Camer.be
CAMEROUN :: CABRAL LIBII: CANDIDAT DU PEUPLE... :: CAMEROON
CAMEROUN :: POINT DE VUE CAMEROUN :: CABRAL LIBII: CANDIDAT DU PEUPLE... :: CAMEROON
  • NATIONAL TRIANGLE, CAMEROUN : IBAA
  • mardi 25 septembre 2018 16:58:00
  • 5990

CAMEROUN :: CABRAL LIBII: CANDIDAT DU PEUPLE... :: CAMEROON

Libii, le candidat du peuple


Un ancien Secrétaire Général à la Présidence de la République du Cameroun a récemment déclaré qu´une éventuelle réélection de Paul Biya le 7 octobre 2018 serait synonyme de « catastrophe » au Cameroun. Au fond, cet ancien ponte du régime de Biya n´a pas tort; c´est une opinion partagée par la majorité des Camerounais et Camerounaises. En fait, Biya et ses acolytes ne comptent que sur la fraude, les combines, la tromperie, la fourberie, le mensonge, la manipulation, les intimidations, les interdictions des réunions électorales publiques des candidats sérieux comme Cabral Libii, les provocations et la violence pour remporter le scrutin présidentiel du 7 octobre 2018. Chaque électeur ( chaque électrice) devrait faire un effort de trouver son bureau de vote avant le jour du scrutin — il s´agit de ne pas subir de désagrément le 7 octobre 2018. En fait, en 1992, le gouvernement avait scindé et/ou caché certains bureaux de vote sans avertir les électeurs/électrices si bien que les personnes qui ne retrouvèrent pas leurs noms dans leurs bureaux de vote habituels rentrèrent à la maison le coeur plein d´amertume. Les Camerounais (es) qui ne peuvent pas participer au vote devraient aussi jouer leur rôle pendant le déroulement de ce scrutin historique et/ou fatidique. Ce rôle consisterait à veiller au grain pour qu´il n´y ait ni fraude ni corruption pendant la campagne, le jour du scrutin et après le 7 octobre 2018.

Toutefois, cet ancien ministre n´exprime ce « secret de Polichinelle » ou cette « vérité de La Palice » qu´après avoir subi, pendant un peu plus de trois lustres, la « terreur » et le « rouleau compresseur » d´un régime qu´il avait servi et dont il fut l´un des artisans. Par exemple, cet ancien Secrétaire Général à la Présidence de la République participa activement à la clochardisation des milliers de jeunes Camerounais et Camerounaises à partir de la dernière décennie du 20ème siècle. Par le fait, il supprima les bourses d´État aux étudiants camerounais tant du bercail que de l´étranger et imposa les frais de scolarité obligatoires à l´université. Il se dit que certains jeunes Camerounais et Camerounaises furent obligés d´abandonner leurs études, par manque de moyens financiers. D´ailleurs, cette « réforme universitaire » avait, en réalité, pour but de contrecarrer les révendications du « Parlement » des étudiant(e)s de l´Université de Yaoundé, la seule université d´État à l´époque au Cameroun. Les auteur(e)s de la « réforme universitaire » voulaient réduire le nombre d´étudiant(e)s à l´université et disperser les étudiant(e)s en créant à la hâte de nouvelles universités d´État à Douala, Dschang, Ngaoundéré et Buéa.

La première question qu´on posera toujours et à laquelle ces « fossoyeurs » de l ´Enseignement supérieur au Cameroun ne pourront jamais répondre honnêtement est de savoir s´ils se prévaudraient aujourd´hui des parchemins qu´ils aiment brandir à tout-va s´ils n´avaient bénéficié de bourses d´études. La deuxième question qu´on pourrait leur poser et à laquelle ils ne pourront presque pas répondre sans subterfuge est de savoir pourquoi ils mirent tout en oeuvre pour hypothéquer l´avenir d´un pays en empêchant à des milliers de jeunes Camerounais(es) de poursuivre séreinement leurs études.

Cabral Libii veut donc réinstaurer les bourses aux étudiant(e)s.
Cabral Libii, le candidat du peuple.

Ainsi, contrairement aux opinions que certains officiels de l´époque veulent aujourd´hui colporter dans les médias, la « réforme universitaire » du début de la dernière décennie du 20ème siècle ne naquit pas d´un souci de développer et d´améliorer l´Enseignement supérieur au Cameroun, mais plutôt du désir de détruire le « Parlement » des étudiant(e)s de cette époque-là. Le chancelier ou recteur de l´Université de Yaoundé à l´époque déclara même que les études universitaires n´étaient pas « pour les pauvres ». Or, ce même recteur ou chancelier, qui n´avait pas été riche, avait bénéficié de plusieurs bourses pour poursuivre séreinement ses études supérieures au Cameroun, aux États-Unis d´Amérique et en France.

De plus, l´ancien Secrétaire Général à la Présidence de la République (SGPR) considérait Biya comme un « sage d´Afrique« , qui selon lui avait raison d´exiger la dépolitisation des étudiant(e)s en disant: « La politique aux politiciens et l´école aux écoliers. » On comprend donc que cet ancien SGPR participa aussi à la dépolitisation active du peuple camerounais.

À l´instar de cet ancien SGPR et ministre de la République du Cameroun, Maurice Kamto, un des neuf candidats au scrutin présidentiel du 7 octobre 2018, est actuellement cloué au pilori par beaucoup de Camerounais (es) en raison de son soutien formel au régime de Biya pendant sept (7) ans. Kamto fut ministre délégué auprès du ministre de la Justice de 2004 à 2011. Kamto ne démissionna qu´en novembre 2011, après le scrutin présidentiel de 2011 et surtout après avoir eu vent, comme le soutiennent certaines sources, que son nom ne figurait plus sur la liste du nouveau gouvernement.

Les Camerounais (es) rappellent à Maurice Kamto aujourd´hui qu´il servit consciemment, et ce pendant sept (7) ans, le régime qui martyrise les Camerounais (es) depuis plus de trois décennies. De plus, Kamto avait soutenu que Biya était un homme sage et de paix. Kamto n´avait pas ouvert sa bouche quand Paul Biya et ses acolytes ou congenères modifiaient la Constitution du Cameroun pour permettre au « Caïd » de s´éterniser au pouvoir. Kamto appliquait froidement les deux principes opportunistes des roublard(e)s:

1. » La bouche qui mange ne parle pas« ;

2. » La chèvre broute là où elle est attachée« .

Kamto avait soutenu, par le truchement de la « solidarité gouvernementale », le régime de Biya quand celui-ci réprima dans le sang les Camerounais(es) qui s´inscrivaient en faux contre ce qui fut considéré par certains comme un « coup d´État constitutionnel« . Ce que d´autres Camerounais(es) reprochent à Kamto, c´est sa fibre ethniciste et/ou tribaliste et sa tendance aux combines et intrigues, tout comme son « égoïsme » et sa manie de toujours vouloir « manger à tous les râteliers » . La femme de Kamto a récemment été nommée à un poste de responsabilité par Paul Biya. Ainsi, Biya a fait un clin d´oeil à Kamto. On dirait que ce dernier a tout mis en oeuvre pour torpiller l´idée d´une candidature unique des forces du changement constructif.


L´ethnicisme à outrance de Kamto est donc visible et indéniable aujourd´hui

En outre, les notions d´honnêteté et d´impartialité semblent être des valeurs qu´il n´a jamais assimilées. Sinon, comment peut-on comprendre le goût des intrigues et de l´ethnicisme primaire dont Franck Hubert Ateba (ancien secrétaire général adjoint du MRC) et Fabien Assigana ( co-fondateur du MRC) accusent Maurice Kamto. Assigana « maudit » aujourd´hui le jour où il permit à Kamto de devenir président du MRC. Kamto apparaît comme une personne qui est prête à « poignarder dans le dos » les personnes qui l´ont aidé.

D´autres sources affirment que Kamto aurait « purgé » le MRC des « Betis ». Franck Hubert Ateba raconte par le menu comment Kamto pratiquait et pratique l´ethnicisme au sein du MRC. Les partisans de Kamto avaient cherché à passer sous silence la démission de Franck Hubert Ateba du MRC. Ils avaient même cherché à le museler. C´est encore Franck Hubert Ateba qui révèle que l´expression « bahamisation du MRC« fut forgé par un Camerounais originaire de Bafoussam, région de l´Ouest. La « bahamisation » du MRC désigne la politique mise en oeuvre dans le MRC par Kamto pour favoriser les ressortissant(e)s de Baham dans le MRC. Kamto est clairement le candidat d´un groupe ethnique; et il assume cela. Il s´efforce cependant de dissimuler cela en choisissant un porte-parole et un directeur de campagne isssus d´autres ethnies. Ce porte-parole et ce directeur de campagne ne sont que des faire-valoir et des paravents que Kamto et ses acolytes utilisent pour mieux dissimuler leurs intentions ethnicistes, leurs magouilles et leurs défaillances.

Franck Hubert Ateba a affirmé qu´il ( Franck Hubert Ateba) n´avait jamais approuvé les comptes du MRC quand il ( Franck Hubert Ateba) était commissaire aux comptes du MRC, car la gestion des finances du MRC se ferait d´une manière très opaque.

L´ethnicisme à outrance Kamto est donc visible et indéniable aujourd´hui. C´est ce qui pousse beaucoup de gens à penser que Kamto est une personne dangereuse pour le Cameroun. Des Camerounais(es) le disent depuis des mois — d´abord à cause de sa position floue sur le Franc CFA et les « accords de coopération ». Kamto a eu une position floue sur la « sortie du Franc CFA » et sur » les accords de coopération ». S´il a décidé de présenter d´autres personnes pour mener sa campagne, c´est d´abord parce que certains Camerounais (es) ont commencé à décrier la « malhonnêteté » de certains cadres du MRC. En outre, il veut tout simplement mieux appâter les électeurs et électrices tout en prenant le soin de dissimuler ses vraies intentions. Il veut aussi cacher le fait qu´il est la marionnette ou le pion des forces exogènes et impérialistes; ces dernières veulent entraver l´émancipation totale des Camerounais(es). Quand Kamto soutient, sur le plan économique, que l´État ne se limitera qu´aux secteurs stratégiques, il veut en fait remettre des pans de l´économie entre les mains de ses parrains impérialistes et de ses congénères ethnicistes — même dans le cadre des partenariats entre le secteur public et le secteur privé. Cabral Libii, par contre, va permettre à l´État d´être aussi très actif dans le domaine économique et de créer des entreprises — comme cela se fait partout dans le monde et surtout dans les pays de l´Asie de l´Est et du Sud-Est. La compagnie aérienne de renommée mondiale et prospère » Ethiopian Airlines » est une entreprise qui appartient à l´État éthiopien. Ce n´est que récemment que le nouveau Premier ministre éthiopien a décidé d´offrir aux investisseurs privés la possibilité d´acquérir des parts dans cette société. Néanmoins, l´État éthiopien demeure l´actionnaire majoritaire de cette entreprise.

Le manque d´honnêteté de Kamto est incontestable. Par exemple, Cabril Libii avait proposé l´organisation d´élections primaires dans le camp des opposants au régime de Biya. Libii avait même précisé les modalités d´organisation de ces élections primaires pour désigner le candidat unique qui devait et/ou doit affronter Paul Biya lors du scrutin présidentiel du 7 octobre 2018. En dépit des réponses fournies par Cabral Libii quant aux modalités d´organisation de ces élections primaires, Kamto continue de mentir en soutenant qu´il n´a jamais eu de réponses aux questions relatives aux modalités d´organisation d´élections primaires. À supposer que Cabral Libii n´eût pas précisé les modalités d´organisation de ces élections primaires; Kamto ne pouvait-il pas , dans l´urgence, compléter la proposition de Cabral Libii après avoir gambergé et cogité sur la faisabilité d´un tel projet? Pourquoi Kamto avait-il écrit « L´urgence de la pensée » s´il démontre, montre et prouve aujourd´hui qu´il est incapable de « penser dans l´urgence ou de gamberger urgemment »? Doit-il toujours attendre que d´autres personnes pensent, travaillent ou labourent à sa place pour qu´il vienne par la suite récolter peinardement les fruits du labeur des autres et « se parer des plumes du paon »? L´organisation d´élections primaires était le seul moyen le plus objectif de désigner le candidat unique des forces du changement. Kamto a tout fait pour se soustraire aux élections primaires en avançant des prétextes et en ayant recours à la finasserie.

Kamto et ses congénères ne pourront jamais convaincre les Camerounais ou les plus naïfs que Kamto n´avait pas eu recours aux combines pour gagner le « marché des trois codes » du ministère de la Justice. Kamto était ministre délégué auprès du ministre de la Justice au moment des faits. En outre, il était et est (co-)fondateur de « Brain Trust« . Il détient ou a des parts dans cette entreprise. Le ministère de la Justice était conscient du conflit d´intérêts que présentait « Brain Trust« . Kamto était le plus proche collaborateur du ministre de la Justice de l´époque — Amadou Ali. Or, Messanga Nyamdin, un membre du RDPC comme Amadou Ali, a récemment soutenu qu´Amadou Ali lui aurait fait savoir que c´est Kamto qui s´occupait même de la gestion de tels dossiers au minsitère de la Justice. C´est donc pour cela que beaucoup de Camerounais considèrent Kamto comme un « menteur » et « imposteur« . Chaque fois qu´on attire l´attention de l´opinion publique sur les casseroles et « marmittes » que traîne Kamto, ses partisans tentent de manoeuvrer psychologiquement l´opinion publique et les électeurs/électrices en ayant recours à la combine qui consiste à avancer que certaines personnes auraient peur de Kamto. Ce sont eux qui redoutent la mise à nu des casseroles et « marmittes » que traîne Kamto.

C´est aussi la raison pour laquelle Joshua Osih a affirmé qu´on ne peut pas confier les rênes du pouvoir au Cameroun à un homme comme Maurice Kamto. Cependant, même Joshua Osih aussi traîne des casseroles. Messanga Nyamdin a insinué récemment que même Osih fait des affaires avec le régime en place. Franck Hubert Ateba rapporte que Kah Walla lui aurait confié que Joshua Osih serait plus dangereux pour le Cameroun que Kamto.

Il y a une autre casserole que traînerait Joshua Osih, celle du scandale de son projet de pisciculture à Massoumbou, dans le Littoral. Selon certaines sources, Osih aurait reçu environ 495 millions de Francs CFA du ministère de l´Économie du Cameroun pour réaliser ce projet. Il se dit que des pisciculteurs sont d´avis que Osih n´aurait investi qu´environ 10 millions de Francs CFA pour réaliser le projet en question. Aurait-il mis les autres 485 millions de Francs CFA dans sa poche?

Certaines sources affirment que le SDF avait « marchandé » la victoire de John Fru Ndi en 1992. Ce que personne ne peut nier, c´est que des rencontres et négociations sécrètes entre le régime de Biya et le SDF eurent lieu alors que John Fru Ndi n´obtint pas que les suffrages des militants du SDF en 1992. Par exemple, malgré l´alliance entre Kodock et le « serpent » ( Kodock voulait s´accrocher au « serpent » pour ne pas « se noyer ») et l´alliance entre Hogbè Nlend et l´UNDP, les militant(e)s de l´UPC décidèrent d´accorder leurs suffrages à John Fru Ndi parce qu´ils étaient convaincus que c´est John Fru Ndi qui portait honnêtement les aspirations des populations du Cameroun. De même, la majorité des militant(e)s de ce qui reste de l´UPC aujourd´hui va voter pour Cabral Libii parce que c´est Cabral Libii qui porte les aspirations des populations du Cameroun. D´ailleurs, Habiba Issa, qui a décidé de supporter Akere Muna, avait bien reconnu publiquement que des militants de l´UPC lui disaient que l´UPC devait voter pour Cabral Libii. En réalité, des militant(e)s de l´UPC vont voter pour Cabral Libii le 7 octobre 2018 parce que c´est le seul candidat qui marche sur les traces de Ruben Um Nyobè. La majorité des militant(e)s de l´UPC ne va donc pas voter pour le « serpent » — même si certains utilisent le fils de Ruben Um Nyobè pour truander les militant(e)s et sympathisant(e)s de l´UPC — ou pour Akere Muna.


Cabral Libii n´hésite pas à donner publiquement gloire à Dieu

D´ailleurs, l´UPC devrait être rangée au musée de l´Histoire du Cameroun, car c´est un parti qui était la maison de tous les peuples et/ou ethnies du Cameroun. Aujourd´hui, c´est plutôt l´alliance entre l´association « 11 millions de citoyens » et le parti Univers qui joue(nt) désormais le rôle que Ruben Um Nyobè, Ernest Ouandie, Félix Moumie, Abel Kingué, Ossendé Afana et les autres jouèrent avant et après 1960.

Le refus catégorique de Kamto de se désolidariser de cet « enseignant-activiste » que beaucoup de Camerounais (es) taxent de « poubelle intellectuelle » et de « tribaliste » ( ethiniciste) a fini par convaincre les Camerounais (es) de l´incapacité de Kamto de faire preuve d´impartialité. Beaucoup de gens remettent en question ou mettent en doute l´authenticité des diplômes de cet enseignant – activiste; ceci est dû à son niveau de réflexion et au style de ses propos écrits ou oraux, lequels sont souvent jugés d´ »orduriers », de « médiocres » et de « mensongers »…Certaines personnes se demandent ce que cet enseignant-activiste enseigne concrètement à ses étudiant(e)s. D´autres personnes estiment que la valeur réelle et/ou intrinsèque de cet enseignant-activiste est largement au-dessous de sa valeur nominale. Par ailleurs, on sait que cet enseignant-activiste est le client d´un cadre du MRC; de plus, il est originaire de la même région que Kamto.

Dernièrement, redoutant la mise à nu de ses combines, contradictions et insuffisances, Kamto a refusé de participer à une débat contradictoire dans les locaux d´une station de télévision privée au Cameroun. Pourtant, un débat contradictoire aurait permis de mieux connaître le candidat Kamto. C´est face à certains chroniqueurs et journalistes partiaux, jaloux et envieux, manifestement désireux de discréditer Cabral Libii, que ce dernier a même pu tirer son épingle du jeu et gagner plus de sympathisant(e)s. Le jeu de cache-cache ou à la cachette auquel se livre Kamto prouve tout simplement qu´il a des « intentions cachées » qu´il s´évertuerait à mettre en oeuvre au cas où il obtenait la majorité des suffrages le 7 octobre 2018.

Pour ce qui est de Matomba, il veut remettre l´économie du Cameroun entre les mains des forces privées exogènes ( même dans le cadre du « partenariat public-privé ») alors que la majorité des Camerounais(es) et Cabral Libii veulent que l´Etat ( L´État est l´ » ensemble des personnes formant une communauté indépendante organisée de manière permanente sur un territoire, soumise au même système de lois politiques et jouissant de la personnalité juridique de droit international« ) joue un rôle actif dans l´épanouissement rapide de l´économie camerounaise. Les Camerounais(es) veulent que les routes, les autoroutes, les chemins de fer, l´eau, l´électricité et des entreprises appartiennent à l´Etat du Cameroun. En outre, Matomba a promis qu´il obligerait tous les Camerounais et Camerounaises à parler le français et l´anglais si jamais il remportait le scrutin présidentiel du 7 octobre 2018, ce qui frise la dictature. Enfin, Matomba s´inspire un peu du programme électoral ou politique de Cabral Libii, surtout de son volet relatif à la création massive des emplois dans l´agriculture et l´agro-industrie.
Cabral Libii, le candidat des populations et/ou du peuple du Cameroun au scrutin présidentiel du 7 octobre 2018.

Parmi les candidats au scrutin présidentiel du 7 octobre 2018, seul Cabral Libii a fait preuve de tranparence presque totale. L´opinion publique sait d´où viennent les fonds qui ont permis à Cabral Libii de s´acquitter de la caution de 30 millions de Francs CFA. L´opinion publique sait comment vit Cabral Libii. Tout le monde sait combien le candidat du peuple gagne par mois. Il peut le prouver et il est prêt à communiquer son relevé d´identité bancaire au peuple camerounais. C´est même par ignorance que certaines personnes se moquent souvent de Cabral Libii; à ceux et celles qui disent que Cabral Libii serait mendiant, voici ce que dit l´apôtre Paul, inspiré par l´Esprit de Dieu: » Car qui est-ce qui te distingue? Qu’as-tu que tu n’aies reçu? Et si tu l’as reçu, pourquoi te glorifies-tu, comme si tu ne l’avais pas reçu? » ( 1 Corinthiens 4: 7). Par ailleurs, l´apôtre Paul, inspiré par l´Esprit de Dieu, déclare encore: » […] car nous n’avons rien apporté dans le monde, et il est évident que nous n’en pouvons rien emporter; » ( 1 Timothée 6:7 ).

En outre, Cabral Libii est un croyant pratiquant; il croit en Dieu et en Jésus-Christ. À cet égard, il est un sacrificateur – prêtre de Dieu ( cf. Apocalypse 1: 6). Cabral Libii n´hésite pas à donner publiquement gloire à Dieu. Les Camerounais(es) exigent que les autres candidats dévoilent ou publient leurs accointances occultes, car les Camerounais(es) ne veulent plus être dirigés par des gens qui se font parrainer par des coteries obscures et mafieuses, lesquelles promeuvent la désobéissance à et envers Dieu, le pillage des ressources financière et économiques des pays d´Afrique et les pratiques perverses et pernicieuses.

Kamto est — comme Cabral Libii d´ailleurs — ferré sur les question juridiques. Mais quand on le (Kamto) sort des questions juridiques, il est perdu, paumé et commence à patauger et à nager. C´est un « spécialiste borné« ; c´est la raison pour laquelle beaucoup de personnes estiment qu´il est un « technocrate« . Kamto a lui-même admiré la capacité de Cabral Libii, le candidat des populations et du peuple du Cameroun, de passer facilement d´un domaine à un autre et d´un sujet à un autre. Cabral Libii maîtrise très bien ses dossiers et il répond à toutes les questions avec grâce et compétence. Cabral Libii est le seul candidat qui présente un programme électoral presqu´exhaustif, détaillé, chiffré, pragmatique, réaliste et réalisable à court terme. C´est le seul candidat qui marche sur les traces de Ruben Um Nyobè. Cabral Libii ne va pas s´entendre avec les forces occultes, obscures et impérialistes sur le dos des populations et du peuple du Cameroun. De plus, la collecte des fonds qu´il a organisée s´inspire aussi de Ruben Um Nyobè, dont les voyages et séjours à New-York, pour défendre les aspirations des populations et du peuple du Cameroun au siège de ONU, étaient financés par les populations du Cameroun.


Cabral Libii préconise une régionalisation semblable à celle pratiquée en Espagne et/ou en Italie

Même en soumettant tous les candidats aux critères du candidat à voter publiés par les dirigeants de l´église catholique au Cameroun, on constatera que Cabral Libii est le seul à remplir tous ces critères. Les dirigeants de l´église catholique au Cameroun ont demandé aux croyants de confession catholique de ne voter que le candidat qui est honnête, qui est compétent et qui est capable de résoudre les conflits armés qui endeuillent des familles entières dans certaines régions du Triangle national. Or, on se rend compte aujourd´hui que Cabral Libii est le seul candidat parmi les neuf à remplir le premier critère, qui est celui de l´honnêteté. Quant au deuxième critère, celui de la compétence, c´est encore Cabral Libii qui vient en tête, car il a prouvé qu´il maîtrise bien les dossiers; et certains candidats cherchent plutôt à récupérer certaines de ses promesses de campagne. Pour ce qui est de la résolution des conflits armés qui endeuillent des familles entières dans certaines régions du Triangle national, Cabral Libii a sillonné le Cameroun pour toucher du doigt les réalités de la vie dans ces régions en proie aux conflits armés et à l´insécurité. Il n´a pas hésité de mettre sa vie en péril en se rendant à Batibo, où la guerre bat son plein. Pendant ce temps, certains candidats n´osent pas se rendre dans les zones affectées par les conflits armés et l´insécurité.

Cabral Libii préconise une régionalisation semblable à celle pratiquée en Espagne et/ou en Italie; il veut que les régions soient autonomes au Cameroun. Or, nous savons que la régionalisation selon le modèle espagnol ou italien ressemble beaucoup au fédéralisme et va même souvent plus loin que le fédéralisme. De plus, il est pour l´equilibre régional et l´épanouissement équilibré de toutes les régions du Cameroun. Libii entend construire des prisons aux normes internationales et humaniser l´univers carcéral au Cameroun. De plus, il veut résoudre les problèmes des « enfants de la rue », des « personnes qui vivent dans la rue » et des handicapés.

Franklin Ndifor Afanwi affirme que Dieu l´aurait encouragé dans une vision à se mêler de politique et à changer le Cameroun; seulement, Ndifor se refuse de partager le contenu exact de cette vision. Il se contente de déclarer que Dieu aurait parlé à plusieurs personnes depuis 2015 du contenu exact de la vision en question. Si Dieu a divulgué le contenu de la vision, pourquoi Franklin Ndifor ne veut-il pas divulguer le contenu de cette vision? Le Seigneur Jésus-Christ dit pourtant ceci: « Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en plein jour; et ce qui vous est dit à l’oreille, prêchez-le sur les toits » ( Matthieu 10: 27) . De plus, quel est le rapport de Franklin Ndifor à l´argent? Le Seigneur Jésus-Christ enseigne ceci: » Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent;… » ( Matthieu 6: 19 ). Le Seigneur Jésus-Christ dit encore ceci: « Nul serviteur ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un et aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon « ( Luc 16: 13 ). Mamon ( ou: Mammon) est le démon de
Cabral Libii (au milieu) est le seul candidat au scrutin présidentiel du 7 octobre 2018 à avoir scellé une alliance avec le peuple et/ou le Cameroun profond.

l´avarice ( l´avarice est l´ » attachement excessif à l´argent, [l´] incapacité à dépenser de l´argent, [la] volonté d´acquérir toujours davantage de richesses« ). Le Seigneur Jésus-Christ donne l´avertissement suivant: « Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs » ( Matthieu 7: 15). Franklin Ndifor a affirmé que tous les Camerounais et Camerounaises seraient des « enfants de Dieu », ce qui est évidemment faux. Les personnes qui ont assassiné Narcisse Djomo Pokam sont-ils enfants de Dieu? Les voleurs ou voleuses du bébé de Vanessa Tchatchou sont-ils enfants de Dieu? Les personnes qui louent une maison à Yaoundé pour y faire des rites sataniques ou démoniaques tout en empêchant au propriétaire de la maison d´avoir accès à sa maison sont-elles enfants de Dieu? Ceux qui ont tué beaucoup de Camerounais (es) et sont responsables de la disparaition de neuf (9) Camerounais à Bépanda pendant le « Commandement opérationnel » à Douala sont-ils enfants de Dieu? Les personnes qui ont laissé mourir Monique Koumateke sont-elles enfants de Dieu? Voici ce que le Seigneur Jésus-Christ dit aux Pharisiens et aux personnes qui agissent comme les Pharisiens: » Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne s’est pas tenu dans la vérité, parce que la vérité n’est pas en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, ses paroles viennent de lui-même car il est menteur et le père du mensonge » ( Jean 8: 44). Inspiré par le Saint-Esprit, voici ce qu´écrit l´apôtre Jean: » Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu. C’est par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable. Quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, non plus que celui qui n’aime pas son frère » ( 1 Jean 3: 9-10).

Akera Muna a cherché à se faire parrainer par des forces impérialistes pour devenir Président au Cameroun. Par ailleurs, la soeur d´Akere Muna a porté plainte contre ce dernier pour faux et usage de faux , entre autres. Si Akere Muna peut rouler sa propre soeur dans la farine, comment ne roulerait-il pas les Camerounais(es) dans la farine? Les Camerounais (es) originaires du Sud-Ouest et du Nord-Ouest ont déjà mis les électeurs et électrices en garde contre Akere Muna qu´ils qualifient d´ »égoïste », d´ »opportuniste » et de « traître ». Les « Anglophones » disent qu´ils furent trahis par Salomon Tandeng Muna et John Ngu Foncha. Ils reprochent à Tandeng Muna et à Ngu Foncha d´avoir sacrifié, pour leurs intérêts personnels, l´État fédéral au Cameroun. Or, Akera Muna a toujours été proche de son père. Akere Muna veut maintenant réparer le « mal » ou « tort » que Ngu Foncha et Tandeng Muna avaient fait aux Camerounais « anglophones » et « francophones »; c´est pour cela qu´ Akere Muna prône le retour à l´État fédéral. Enfin, le traitement qu´Akere Muna a infligé au journaliste Sam Séverin Ango pousse beaucoup de gens à mettre les électeurs et électrices en garde contre Akere Muna.

Des Camerounais « anglophones » ont déjà décidé de voter pour Cabral Libii parce ce que c´est le seul candidat en mesure de mettre fin, avec l´aide de Dieu, aux conflits armés et à l´insécurité qui règnent dans certaines parties du Cameroun. De plus, les « Anglophones » vont voter pour Cabral Libii parce qu´il va redresser le Cameroun et surtout accorder l´autonomie à chaque région du Cameroun.

Selon certaines sources, des forces exogènes auraient demandé à Kamto d´ »être prêt à être le prochain [Président du Cameroun] ». Quand on demande à Kamto de s´exprimer un peu plus sur cette affaire, il botte en touche; il noie le poisson. C´est aussi pour cela que certains Camerounais(es) le taxent de « traître« . Par-dessus le marché, il se dit qu´une secte aurait jeté son dévolu sur Kamto. Kamto avait dit dans une entrevue télévisée qu´il n´était pas contre l´homosexualité. C´est la litote, une figure de style et de rhétorique, qu´il utilisa pour dire qu´il est en réalité pour l´homosexualité et le lesbianisme. C´est la raison pour laquelle les croyant(e)s ne peuvent pas voter pour Kamto même si ce dernier use de ses talents de caméléon, fait volte-face et cite certains passages bibliques. On ne peut pas se fier à une personne qui a une tactique de caméléon.

On sait aujourd´hui que les forces impérialistes ont misé sur Kamto, Akere Muna et Joshua Osih; ces derniers sont les pions des forces impérialistes et des coteries mafieuses. Pendant ce temps, les populations et le peuple du Cameroun misent sur Cabral Libii; ce dernier est ancré dans le peuple et représente l´espoir du Cameroun profond. Le peuple camerounais aspire à un assainissement profond des moeurs politiques au Cameroun, à un rajeunissement de la classe politique et surtout à des dirigeants jeunes ou d´âge moyen (quinquagénaires).

En 1992, Samuel Eboa se désista en faveur du candidat du peuple, John Fru Ndi, à quelques jours du scrutin présidentiel. Les autres candidats de l´opposion rendraient un grand service au peuple camerounais aujourd´hui en avalant leur orgueil ou leur jalousie/envie et en se désistant en faveur de Cabral Libii, le candidat du peuple; c´est lui le candidat idéal et le mieux placé.

25sept.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo