Camer.be
Cameroun: Les militants de base du parti au pouvoir dénoncent Jeune Afrique. :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Camer.be : Yolande Tankeu
  • jeudi 12 avril 2018 12:46:51
  • 3351

Cameroun: Les militants de base du parti au pouvoir dénoncent Jeune Afrique. :: CAMEROON

Le journal panafricain a vu en Laurent Esso, un probable successeur de Paul Biya. Un sujet sensible, pour ne pas dire dangereux, dans ce pays. Les camarades du ministre volent à son secours.

« … en tant que structure basique et consciente de son rôle de socle inexpugnable du parti, le Comité de Base du RDPC de Mélong Centre dénonce avec vigueur, ce coup tordu d’un journal interlope, renouvelle son indéfectible attachement aux idéaux du Renouveau National, réaffirme son attachement viscéral à son promoteur, le Camarade Paul Biya ». Telle est la substance du communiqué publié le 5 avril dernier. 

Par cette sortie, les militants de cette structure du parti au pouvoir, entendent marquer leur solidarité avec leur patron politique. 

Laurent Esso est en effet Coordonateur régional de son parti pour le Littoral, Région dont dépend la ville de Mélong, à quelque 200 Km de Douala. Comme le rappelle le document, dans son édition N° 2985 du 25 au 35 mars 2018, le magazine Jeune Afrique, en grande une, a écrit : « Et si c’était lui ? ». La photo de Laurent Esso, Ministre d’État en charge de la Justice, ainsi que les commentaires l’accompagnant, le désignent sans ambiguïté comme le « lui » en question. 

Démarche pernicieuse

Le communiqué est signé de Michel Mombio, Délégué à l’Éducation et à la Propagande. Il souligne que les commentaires de JA spéculent sur l’éventuelle succession du camarade Paul Biya par son collaborateur le plus apprécié selon le journal. 

Selon les responsables du Comité de Base, si le droit de tout journal à spéculer sur des sujets politiques dans son analyse prospective des événements ne saurait être contesté, force est de constater que dans le contexte camerounais, une telle démarche est pernicieuse.

Eu égard aux usages politiques locaux, révèlent le communiqué, l’article vise sournoisement à opposer le président national du RDPC, à l’un de ses plus fidèles serviteurs. « Une telle démarche tendancieuse dont l’objectif inavoué est de semer la discorde afin de déstabiliser notre cher et beau pays, ne saurait prospérer.  

Ce d’autant moins que Jeune Afrique est habitué du fait de ce jeu trouble.», peut-on y lire.  À cet égard, rappelons qu’effectivement le même magazine s’était déjà livré à un tel exercice avec René Emmanuel Sadi, alors ministre de l’Administration Territoriale.

Aussi, face à ce qui apparait comme une manœuvre dangereuse pour Laurent Esso, le Comité de Base de Mélong centre: « reste mobilisé sous la conduite aussi discrète qu’efficace du camarade Laurent Esso, Coordonateur Régional du RDPC pour la Région du Littoral, afin d’assurer au président Paul Biya, une réélection éclatante à la prochaine présidentielle ». De même, il invite les militants et tous les camerounais de bonne volonté, « à barrer la route aux différentes manœuvres de déstabilisation du parti, de l’État et de son Chef, d’où qu’elles viennent. »

Notons pour finir que cette structure de base du parti aux affaires à Yaoundé, vient une fois de plus de se distinguer. En effet, ce Comité de base est la seule jusqu’ici, à avoir créé une école virtuelle pour former ses militants. Selon nos sources, un livre didactique sera bientôt publié par la même structure pour guider ses adhérents dans leur carrière politique.

12avril
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo
;