Burundi : un troisime mandat pour Nkurunziza dnonc par quatre ex-prsidents

Burundi : un troisime mandat pour Nkurunziza dnonc par quatre ex-prsidents

Burundi : un troisime mandat pour Nkurunziza dnonc par quatre ex-prsidents
Burundi : un troisime mandat pour Nkurunziza dnonc par quatre ex-prsidents
Quatre anciens chefs d’Etat burundais ont jugé anticonstitutionnelle la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, estimant qu’elle risque de compromettre les acquis de la paix depuis la fin de la guerre civile en 2006.

Dans un courrier adressé en début de semaine aux chefs d’Etat de la région et transmis vendredi à l’AFP, ces quatre ex-présidents constatent les inquiétudes exprimées par les Burundais sur la candidature de M. Nkurunziza (élu en 2005 et réélu en 2010) à la présidentielle du 26 juin.

Cette décision de briguer un troisième mandat a déclenché depuis le 26 avril un mouvement de contestation émaillé de violences qui ont fait au moins 20 morts.

Alors que les chefs d’Etat de la région, dont le président Nkurunziza, étaient en Tanzanie mercredi pour un sommet consacré à la situation politique burundaise, des officiers de l’armée ont mené une tentative de coup d’Etat qui a finalement avorté vendredi.

Dans leur courrier, en date du 11 mai, les ex-présidents Jean-Baptiste Bagaza (1976-1987), Sylvestre Ntibantunganya (1994-1996), Pierre Buyoya (1987-1993, et 1996-2003), et Domitien Ndayizeye (2003-2005) se disent convaincus, en leur âme et conscience, qu’une nouvelle candidature de Pierre Nkurunziza est anticonstitutionnelle.

Une telle candidature risque de compromettre les acquis de l’accord de paix d’Arusha, ceci alors que le parti au pouvoir a opté pour une répression sans merci des manifestations.

L’accord d’Arusha (Tanzanie) avait permis de mettre fin à une sanglante guerre civile (1996-2006) entre majorité hutu et minorité tutsi, qui reste dans toutes les mémoires au Burundi.

Cet accord d’Arusha a permis une maîtrise de la donne ethnique (…), une paix réelle -malheureusement aujourd’hui menacée- depuis plus d’une décennie, la mise en place de forces de défense et de sécurité dans lesquelles les différentes composantes ethniques se sentent représentées, et enfin une stabilisation des institutions élues du pays, rappellent les anciens chefs d’Etat dans leur lettre.

Selon eux, la candidature de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat pourrait également porter atteinte à la stabilité de la région des Grands lacs.

Les quatre hommes demandent aux leaders régionaux d’aider le président à prendre la décision qui convient, qui n’est autre que le renoncement à un troisième mandat controversé et porteur de dangers.

Cette décision mettrait fin automatiquement aux manifestations et aux violences qu’elles entrainent, et permettrait l’organisation d’élections libres (…) après un remodelage du calendrier électoral et la mise en place de garanties pour des élections libres et vraiment pluralistes.

La lettre avait été envoyée aux chefs d’Etat de la région avant leur sommet de mercredi, qui a été bousculé par le lancement de la tentative de coup d’Etat contre Pierre Nkurunziza.

Ce courrier a été authentifié auprès de l’AFP par M. Ndayizeye: oui c’est une lettre que nous avons écrite et signée ensemble, nous les quatre anciens chef de l’Etat encore en vie. C’est pour montrer que l’heure est grave, a-t-il souligné, s’exprimant depuis la Tanzanie où il était allé participer mercredi au sommet régional sur le Burundi.

L’histoire post-coloniale du Burundi a été marquée par de nombreux massacres interethniques, et une succession de coups d’Etat, menés notamment par MM. Bagaza et Buyoya.

Source : AFP
© Source : AFP

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

WiseMan
Burundi : un troisime mandat pour Nkurunziza dnonc par quatre ex-prsidents United States (Rockville)
Merci chers anciens presidents. Mieux vaut tard que jamais. Ainsi, seuls les imbeciles ne changent jamais. Vous avez decide de changer.

Comme un certain Laurent Gbagbo, Nkurunziza ne peut toujours continuer a s'enteter mais ne poura jamais dire qu'il n'etait pas prevenu. Bientot, il aura toute la communaute nationale et internationale contre lui...

On mesure encore une fois toute la GRANDEUR du president Jonathan....
mbechao
Burundi : un troisime mandat pour Nkurunziza dnonc par quatre ex-prsidents United States (Washington)
@Wiseman:

Il n'y a rien de commun entre Gbagbo et Nkurunziza. GBAGBO N'A PAS FAIT MODIFIER LA CONSTITUTION POUR S'ETERNISER AU POUVOIR. Il a mme permis et autoris Ouattara se prsenter aux lections contrairement ses prdcesseurs. Il a accept et organis un dbat prlectoral avec son concurrent comme cela ne se fait dans aucun pays africain "francophone".
Le problme en Cte-d'Ivoire tait et est celui des rsultats de l'lection prsidentielle et l'implication des occidentaux en faveur du candidat qu'eux croient vainqueur. Arrtez de dvier le dbat et de raconter des conneries tout le temps.
WiseMan
Burundi : un troisime mandat pour Nkurunziza dnonc par quatre ex-prsidents United States (Washington)
Mbechao,

Tu diras cela a tes petits enfants qui n'ont pas vecu l'histoire. Tu pouras meme leur dire comme a moi que Gbagbo avait remonte le temps pour faire nommer Ouattara au FMI quand il y avait deja acheve sa mission!!!

Nous l'avons vecu en direct et vi une "court constitutionnelle" de Laurent Gbagbo supprimer en toute violation de la constitution ivoirienne, 600 000 voix de la meme region pour le proclamer vainqueur.

La constitution etait pourtant claire et exigeait la reprise totale des election en cas de litige pareil...

Il y a eu d'autres violations sur lesquelles je ne reviendrais pas. En cela nkurunziza est bien la replique de gbagbo.
samory
Burundi : un troisime mandat pour Nkurunziza dnonc par quatre ex-prsidents France (Svres)
@mbechao 100/100
Certains prennent souvent des raccourcis en voulant mlanger les choux et les carottes, en imaginant tromper mme les esprits avertis par ces subterfuges compltement dbiles.

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@