Camer.be
CAMEROUN :: Mathias Eric Owona Nguini : « Les victoires ont été préparées » :: CAMEROON
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Cameroo Tribune : Propos recueillis par MESSI BALA
  • vendredi 21 septembre 2018 08:51:00
  • 1313

CAMEROUN :: Mathias Eric Owona Nguini : « Les victoires ont été préparées » :: CAMEROON

Comment définiriez-vous la relation entre le Renouveau et le mouvement sportif camerounais ?
La relation entre le Renouveau et le mouvement sportif camerounais est à la fois harmonieuse et organique. Cela veut dire que très rapidement, le Renouveau a tissé des liens avec le milieu sportif compte tenu de l’importance qu’a le sport dans notre vie commune et aussi, de la capacité des athlètes camerounais à réaliser des exploits sportifs qui participent du prestige de la nation.

En restreignant la période d’observation au seul septennat en cours ou sur le point de s’achever, quels sont les éléments considérés comme des victoires sportives que vous mettriez à coup sûr à l’actif du président Paul Biya ?
Les victoires sportives qui ont été obtenues dans divers domaines aussi bien le football, le volleyball, le basketball que les sports de combat sont des victoires qui ont été préparées grâce à l’appui précieux et l’intérêt qui a toujours été exprimé par les autorités officielles, dont le président de la République au premier plan. C’est pourquoi, ces victoires-là comportent nécessairement une référence à l’action que le chef de l’Etat et le gouvernement ont pu jouer. Notamment, en raison de la situation structurelle de notre mouvement sportif qui dépend largement de la contribution des pouvoirs publics.

Professeur, au cours du septennat qui s’achève, on a assisté au lancement des activités de l’Académie nationale de football (Anafoot), avec on s’en doute un pari fait sur la formation à la base. Mais le constat que l’on peut faire jusqu’à présent en matière de football c’est que la professionnalisation du football local est encore balbutiante. Que manque-t-il pour qu’elle soit effective ?
La dynamique de la professionnalisation du football camerounais a bel et bien commencé. Cela dit, elle est confrontée à un certain nombre de contraintes logistiques et de financement de nos compétitions professionnelles. Mais il y a également des contraintes de gestion moderne des différentes équipes professionnelles. Une gestion qui commande d’en améliorer nécessairement le statut juridique en privilégiant notamment les formes commerciales. Des contraintes de gestion qui sont infrastructurelles parce que malgré les efforts des différents opérateurs au rang desquels les pouvoirs publics, les communes et même les opérateurs privés, les infrastructures destinées à la pratique du football ne sont pas encore suffisantes et ne sont pas toujours d’un niveau conforme aux standards internationaux. Il y a enfin, les contraintes managériales liées au fait que nombre de dirigeants de nos clubs professionnels n’ont pas encore changé de perspective et se comportent encore comme si ils étaient des responsables de clubs amateurs. C’est dans ces conditions que la Ligue de football professionnel du Cameroun est confrontée à la difficulté d’institutionnaliser le professionnalisme en permettant que celui-ci se pratique sur une base conforme aux standards internationaux en termes financiers, managériaux, de régulation juridique et en termes de gains économiques.

Pour parler des réceptions qui se sont multipliées soit à la présidence de la République, soit au ministère des Sports et de l’Education physique en l’honneur des sportifs camerounais, quel lien peut-on établir entre ces réceptions et les bonnes performances des athlètes ?
On sait qu’il n’était pas courant que le chef de l’Etat reçoive les athlètes sortis des compétitions en dehors de Lions indomptables. C’est là un des aspects à souli- gner et à féliciter dans la construction de la gouvernance du sport national. Effectivement, il est important de reconnaître le mérite des fédérations, des dirigeants et des athlètes qui ont été impliqués dans les campagnes sportives finalement victorieuses. Il est important de les récompenser et c’est une bonne chose que le président de la République ou le ministre des Sports reçoive de manière régulière, les champions. Parce que cela est un signal important en termes d’encouragement et de stimulation de la capacité de nos athlètes à obtenir des victoires dans des compétitions prestigieuses.

21sept.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo