Cameroun : la paix, et ses « vrais » mendiants :: CAMEROON

Cameroun : la paix, et ses « vrais » mendiants :: CAMEROON

Cameroun : la paix, et ses « vrais » mendiants :: CAMEROON
Cameroun : la paix, et ses « vrais » mendiants :: CAMEROON
Le sillon funeste creusé par les sécessionnistes armés des régions du Nord-ouest et Sud-ouest (NoSo) ne cesse d’être parsemé de cadavres, de violence et d’effusions sanglantes.

Ce chemin sinueux et indigne vient de nouveau d’être irrémédiablement entaché par le décès en captivité d’une autorité traditionnelle du Sud-ouest précédemment kidnappée par des milices sécessionnistes. Sa majesté … est donc réapparue morte, les mains entravées et dédaigneusement emmailloté dans un linceul de fortune par ses bourreaux.
Or, les enlèvements tous azimuts, à l’image de la gardienne de prison enceinte enlevée durant l’attaque de la prison de Ndop le weekend dernier et les assassinats ciblés des forces de l’ordre se poursuivent sans discontinuer avec le corolaire de victimes civiles prises entre deux feux. Désormais, des sanctions commencent enfin à s’abattre sur les brebis galeuses, voire violeuses, ternissant les rangs de la grande muette en opération sur le « front » des deux Régions NoSo, marquant un tournant majeur dans la gestion de ce conflit imbécile.

C’est dans cette atmosphère que le Cardinal Christian Tumi, de concert avec d’autres éminences cléricales chrétiennes et musulmanes, a rendu public le 25 Juillet dernier le projet d’organisation d’une « Conférence générale des anglophones » dans la ville de Buéa, en prélude à un dialogue national ultérieur concernant la crise au NoSo. Annoncée pour les 29 et 30 août prochains, il ne s’en est pas fallu de plus pour que la scène médiatique bruisse d’un vacarme causé par des myriades de vociférateurs déchainés contre ce projet.

Certes, quelques erreurs d’appréciation du collège clérical auteur de l’initiative ont offert une perche fouettarde aux détracteurs. Aussi, le ministre de la Communication dans une sortie ambigüe a-t-il condamné d’une part – et à juste titre d’ailleurs – la mise sur un pied d’égalité de l’armée camerounaise et des sécessionnistes armés via cette évocation tout de go d’un cessez-le-feu ; ainsi la libération suggérée des personnes arrêtées en relation avec les affrontements en cours, additionnée à l’appel au retour des réfugiés sont autant d’exhortations prématurées, irréalistes et inopportunes en l’état.

Une impression de messe toute dite se dégage ici, car on se serait attendu que cela figure comme propositions constituant un train de mesures édictées dans le document final de la conférence. Idem avec le caractère exclusif aux « anglophones » apparaissant dès l’intitulé de la Conférence qui peut prêter à conjectures auprès de certains citoyens mal informés sur le pourtant véritable caractère inclusif de cette conférence. Evidemment, ceci servira de terreau fertile aux vociférateurs de l’apocalypse désireux de perturber et brouiller le signal du collectif clérical « providentiel ».

Néanmoins, les détracteurs peineront en vain, car il est impossible de justifier le refus de formulation de solutions face à ce problème justifiant l’objet de la conférence. Autrement-dit, les opposants à cette conférence tel le très sulfureux maire de Buea, ne réussiront qu’à faire tomber les masques des véritables partisans de la pacification du NoSo et ceux qui s’y opposent. En effet, malgré les imperfections communicationnelles de sa mise en orbite, cette conférence par l’incontestable autorité morale de ses promoteurs est une idée formidable, indispensable et limite « miraculeuse ».

Une claque de dégourdissement assenée à la société civile camerounaise, citoyens ordinaires inclus, en faveur d’une prise d’initiative pour un processus de pacification et de réconciliation dont le blocage actuel semble arranger ceux qui, paradoxalement, ont la responsabilité principale d’y œuvrer. Vivement donc qu’elle essaime en d’autres initiatives citoyennes semblables sur l’ensemble du territoire, la résolution de la crise au NoSo relevant au finish d’une responsabilité générale de gouvernants et gouvernés mendiants « sincères » de la paix.

© Quotidien Mutations : Par Bibou Nissack *JURISTE D’AFFAIRES


REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Le gouvernement camerounais consulte les anciens Lions indomptables
Le gouvernement camerounais consulte les anciens Lions indomptables
Facebook
réclame
partenaire
Cameroun : la paix, et ses « vrais » mendiants :: CAMEROON
S.E. ABDOU LATIF Coulibaly Ministre de la Culture du Sénégal au Festival des Continents
évènement
Cameroun : la paix, et ses « vrais » mendiants :: CAMEROON