CAMEROUN :: Autoroute Douala-Yaoundé : L’occupation des emprises ralentit les travaux :: CAMEROON

CAMEROUN :: Autoroute Douala-Yaoundé : L’occupation des emprises ralentit les travaux :: CAMEROON

CAMEROUN :: Autoroute Douala-Yaoundé : L’occupation des emprises ralentit les travaux :: CAMEROON
CAMEROUN :: Autoroute Douala-Yaoundé : L’occupation des emprises ralentit les travaux :: CAMEROON
Faute de financements, la phase I qui concernait à l’origine un trajet de 60 kilomètres a été réduite à 49,5 kilomètres d’après le maître d’ouvrage

Le projet avait été annoncé en grandes pompes par les autorités. L’autoroute Douala-Yaoundé doit en effet relier les deux plus grandes villes du Cameroun, respectivement la capitale économique et la capitale politique. Ce qui en principe devrait fluidifier le volume des échanges non seulement entre ces deux métropoles, mais également entre le Cameroun et ses pays voisins. La République centrafricaine notamment. Mais sur le site le 11 décembre dernier, les ouvriers ne sont pas bien nombreux. Quelques rares engins mécaniques effectuent des va-et-vient. Les opérations ici se déroulent au ralenti.

Les responsables de l’entreprise chinoise chargée de l’exécution des travaux déplorent le fait que les emprises demeurent occupées à ce jour par les populations, ce qui bloque les travaux au point kilométrique 20. Des retards sont déjà accusés. En juillet dernier, le gouvernement déplorait une consommation des délais de l’ordre de 70% contre 40% de réalisation. Des indiscrétions parlent d’indemnisations non-bouclées.

Conséquence, les populations riveraines refusent toujours de libérer les lieux. Un problème de financements, d’après les ingénieurs chinois qui nous font visiter le chantier, serait aussi à l’origine d’un travail effectué seulement à moitié.

Les travaux étaient prévus pour s’exécuter en plusieurs phases. La première, qui est en cours actuellement, devait être longue de 60 km et coûter l’équivalent de plus de 316 milliards FCFA. Ce montant est financé à hauteur de 85% par un prêt préférentiel de Eximbank of China. Le reste est à pourvoir par l’Etat du Cameroun. Mais, les financements disponibles jusqu’ici ne permettent de réaliser que 49,5 kilomètres. D’après les ingénieurs, seulement 55% des travaux relatifs à cette distance ont déjà été effectués. Difficile donc de savoir quand est-ce que tout sera terminé.

Flou  total également quant au démarrage de la deuxième phase. De plus, il faudrait également penser à construire une autre route qui permettrait de raccorder cette infrastructure routière à la ville de Yaoundé. Jusqu’ici en effet, l’accès au site se fait grâce à une route en terre qui traverse le quartier Nkolbisson dans l’arrondissement de Yaoundé 7è. Pourtant, les 20 premiers kilomètres déjà visibles de l’autoroute Douala-Yaoundé - et dont la longueur totale est de 195 Kilomètres - font rêver le visiteur. Trois épaisses couches de bitume ont déjà recouvert le sol. Pour une vitesse de conception de 110Km/h, la route dispose de quatre voies dans les deux sens, avec la possibilité de rajouter deux voies à l’intérieur. Ce qui donnerait un total de trois voies dans les deux sens.

La nature a également été domptée avec une facilité déconcertante. Sur le trajet, on peut voir en effet la majesté d’immenses collines et ainsi que des rochers, soumise par les dynamites et les engins de l’entrepreneur. Les ouvrages d’art sortent eux aussi de terre progressivement. Au point kilométrique zéro, l’on annonce la construction d’un péage ultramoderne. C’est aussi à quelques mètres de là que le maitre d’ouvrage a installé sa base. Cette dernière dispose de laboratoires ultramodernes pour tester les différents produits utilisés sur le chantier, et s’assurer de leur solidité.

Plus loin, se trouve une énorme carrière qui fournit le chantier en matériaux tel que le gravier. L’autoroute en construction est en réalité une habituée des troubles. A plusieurs reprises, les travaux ont accusé un arrêt du fait de paiement à doses homéopathiques de la contrepartie camerounaise.

© Source : Mutations : Lucien Bodo

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@