Camer.be
CAMEROUN :: COMMISSION MUSONGE : Polémique sur un achat de véhicules :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • L'essentiel : Abraham Ndjana
  • vendredi 31 août 2018 00:35:00
  • 1283

CAMEROUN :: COMMISSION MUSONGE : Polémique sur un achat de véhicules :: CAMEROON

Contrairement à une certaine critique, la consultation pour l’acquisition de 15 véhicules au profit de l’institution a bien respecté les procédures en vigueur, avec en prime, les autorisations accordées par le Premier ministre et le ministre des Marchés publics.

Depuis la publication de la décision du 16 août 2018, portant attribution du marché relatif à l’acquisition de quinze véhicules à la Commission Nationale pour la Promotion du Bilinguisme et du Multiculturalisme (CNPBM) au concessionnaire Cameroon Motors Industries (CAMI), une vague de commentaires et de critiques s’est emparée des colonnes des journaux et des réseaux sociaux. L’on n’est pas allé de mains mortes pour dénoncer un supposé gaspillage des fonds au sein de cette institution, qui aux yeux de certains, n’aura pas respecté la réglementation en matière de passation des marchés publics. Ces derniers pensent que la procédure d’attribution du marché conclu en faveur du concessionnaire CAMI Toyota (le gré à gré), pour l’acquisition de 15 véhicules à hauteur de 700 millions de FCFA, aurait pu se passer par un appel d’offres. Pourtant à la CNPBM, le choix du gré à gré se justifie pleinement.

Car, il y a une réelle urgence quant au déploiement sur le terrain, dans le cadre des hautes missions assignées à l’institution et dont le peuple camerounais attend les résultats tangibles, au regard même de la situation socio-politique mouvementée du pays. Faut-il le rappeler, depuis la création de la Commission en 2017, elle n’avait jamais acquis de matériels roulants en termes de véhicules.

C’est donc face aux enjeux de l’heure et pour le plein accomplissement de ses missions régaliennes, que la CNPBM a opté pour l’acquisition des véhicules à travers un marché de gré à gré. La procédure a ainsi été respectée, les documents pour ce faire ayant été normalement transmis aux autorités compétentes, avec en prime, l’autorisation accordée le 06 juin 2018 par le Premier ministre Philemon Yang. Dans le même ordre d’idée, le président de la Commission Peter Mafany Musonge a saisi le 29 juin dernier le ministre délégué à la présidence de la République chargé des Marchés publics (Minmap), Abba Sadou, pour une demande d’autorisation de passation d’un marché de gré à gré.

Code des marchés publics

La réponse favorable du Minmap est arrivée une semaine après, soit le 06 juillet 2018 : « J’ai l’honneur de vous notifier à titre exceptionnel, l’autorisation de passer ce marché par voie de gré à gré, conformément aux dispositions des articles 50 (1) et 109 (c) du Code des marchés publics », écrit le ministre Abba Sadou. Grâce à ce quitus accordé par l’autorité chargée de la passation des marchés publics au Cameroun, et qui est d’ailleurs sous la tutelle directe du chef de l’Etat, la procédure s’est mise en branle au sein de la Commission. C’est ainsi que trois concessionnaires ont été saisis sur place, à savoir : SOCADA, SACAM et CAMI TOYOTA. Les trois structures ont d’ailleurs été notifiées le même jour (le 23 juillet 2018) pour ce marché de 15 véhicules.

C’est le lieu de rappeler que jusque-là, les membres de la CNPBM se sont déployés sur le terrain avec leurs propres véhicules ou par le biais de la location. Après les étapes de Bamenda et Buea, d’autres missions sont programmées à travers le pays dans les mois à venir. Il faut également dire que les 15 membres de la Commission, au même titre d’ailleurs que le secrétaire général de la Commission, ont tous droit à un véhicule de service. Or depuis deux ans, ils n’ont pas toujours cette dotation. Ces membres de la CNPBM, iront dans des zones difficiles d’accès qui nécessitent des véhicules adaptés. Par ailleurs, c’est le lieu de noter tout de même que le budget 2018 de la Commission a bien prévu une provision pour l’achat de véhicules. Au bout compte, il s’avère que toutes les démarches ont été menées selon la règlementation en vigueur et avec l’aval des autorités compétentes. Il ne reste que la livraison desdits véhicules par le concessionnaire adjudicataire, à savoir CAMI TOYOTA.

31août
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo