Camer.be
Canada- Cameroun: Les salutations des ministres de Paul Biya lors des réceptions au palais de l'unité sont-elles des marques de respects normales ou des marques obséquieuses de soumission?
CANADA :: LE DéBAT
  • Pour Camer.be : Emilie Ngoundjo, Montréal, Canada
  • dimanche 11 décembre 2016 17:11:52
  • 41202

Canada- Cameroun: Les salutations des ministres de Paul Biya lors des réceptions au palais de l'unité sont-elles des marques de respects normales ou des marques obséquieuses de soumission?

A des époques, pas si lointaines, même les "Grands de ce Monde-là", grands vassaux, princes et ambassadeurs observaient bon gré malgré, l'étiquette qui voulait qu'au-devant du Grand Seigneur-et-Maître, leur Bon Suzerain, avant de présenter leurs requêtes, ils devaient au mieux, se casser en deux en une courbette plus ou moins gracieuse; et au pire, s'affaler à ses pieds, à genoux, la tête au sol, les fesses en l'air et le souffle bloqué, attendant l'autorisation de se relever...

C'était une autre époque; et ni vous ni moi ne pouvons aujourd'hui la qualifier et encore moins nous octroyer le droit d'en décréter subjectivement, l'exacte nature ...de la simple politesse de Cour à la bassesse de la plus vile des basses-cours, la palette des choix ne serait guère facile à déchiffrer...et les diverses poules à plumer...

Qu'il s'agisse d'un Obama aux Usa , d'un François Hollande en France,du roi Philippe en Belgique, du Souverain marocain, de Robert Mugabe au Zimbabwe, etc.. personne ne s'applati pour leur tendre la main 

Le 9 décembre dernier, Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, ministre des sports et de l'Education Physique, lors de la réception des lionnes indomptables du Cameroun, vice-championnes d'Afrique 2016 au palais de l'unité a de nouveau fait parler de lui lorsqu'il a salué Paul Biya, le président camerounais avec un révérence osée dont lui seul détient le secret

Faut-il vraiment se renverser comme un sac de macabo positionné sur une pente glissante pour montrer du respect à un chef d'Etat ? L'Homme devrait se respecter, nous ne sommes plus à l'ère des vassaux, des Grands Seigneurs et maître, des grands Suzerains.

Nous sommes bel et bien en 2016, le XIXe siècle. Comment ne pas réagir face à cette absurdité qui a transformé le Cameroun au bon vouloir d'un seul homme de président et son épouse, qui font et défont tout un pays avec pour corrolaires, la naissance des nouveaux types de ministres et hauts cadres de la nation  qui se tortillent comme des chenilles devant lui pour une moindre visite dans son palais.

Un ministre qui écorne sa dignité en se courbant comme une chenille affamée, face à un chef d'Etat fut-il en Afrique montre, à quel niveau ce dernier ne veut pas perdre sa fonction ministérielle.Quel bon calcul. Plusieurs de nos compatriotes diront que nous sommes au Cameroun...en 2016 et que le Cameroun c'est le Cameroun. Mais, une question nous taraudent l'esprit:

Les salutations des ministres de Paul Biya lors des réceptions au palais de l'unité sont-elles des marques de respects normales ou des marques obséquieuses de soumission? Telle est la question de la semaine

La rubrique "Le débat" est la vôtre. Vous pouvez aussi comme Emilie Ngoundjo du Canada, nous soumettre des thèmes à débattre.

Nous vous remercions pour votre diligence. Bon débat et à dimanche prochain

11déc.
Lire aussi dans la rubrique LE DéBAT
Vidéo