CAMEROUN :: Mida, l’affaire  :: CAMEROON

CAMEROUN :: Mida, l’affaire :: CAMEROON

CAMEROUN :: Mida, l’affaire  :: CAMEROON
CAMEROUN :: Mida, l’affaire :: CAMEROON
J’avais gardé le silence depuis que cette affaire grouille. Mais, comme vous le savez, quelle musique, le silence! D’abord, j’ai développé une telle aversion pour les média dans cette histoire de gros sous ! Tiens, un hebdo de la place paru le lendemain seulement de la fermeture des locaux de la fameuse Mission d’intégration et de développement pour l’Afrique alias Mida, nous proposa tout un « dossier » basé sur le seul communiqué du Mincom.

Seules les grandes rédactions font ça lorsqu’un grand de ce monde s’en va bouffer la tomate par la racine. Pourtant j’ai dû me pincer fort pour continuer d’avaler cette bouillie pour les chats. Aucune enquête ni reportage !

Nos télévisions descendirent avec leurs lumières sur les lieux terminant toujours leur show avec un stand-up suivi du standing ovation du Fan’s club du quartier. Aucun son ni gargouillis des plénipotentiaires de la Mida vite agitée à la face du monde comme « une secte », « un blanchiment d’argent », « une milice » s’apprêtant à sauter sur le Renouveau éternel. Et vous savez ce qui arrive lorsqu’on agite le chiffon rouge du coup d’Etat au chef de l’Etat ! A ce propos, mon bon sens paysan m’inspire quelque interrogation. Où est donc passé l’équilibre si cher au métier ? C’est visible comme une mouche dans un bol de lait qu’il y avait des choses qui se cachaient derrière les choses là-bas à la Mida ! Quoi donc ?

Vraiment, je ne ferai pas un séminaire sur le journalisme ici, mais c’est le travail du journaliste de dévoiler ce qui se cache derrière les légendes ! Faisons du mot-à-mot. La Mida, « une secte » ? Probable. L'information claire et nette . Qu’y avait-il donc sous ces soutanes bizarroïdes avec des croix cousines de la gammée qui fit tant de bien au monde ? Sauf qu’il arrive aussi à nos femmes de voir leur fameux pagne du 8 mars estampillé de triangles et cercles pas toujours catholiques… « Blanchiment d’argent ». Possible. Tant de marmites de milliards loin du circuit bancaire normal. Mais, on a vu pire avec Famm Cameroun et Leadership Academy !

Ah, notre brave Mincom ! Quand le gouvernement va à la bataille, il n’est pas à l’arrière, il est devant. Jamais il n’a autant communiqué sur le désastre ferroviaire d’Eseka en 2016 ! Seulement, face aux petites voix, ceux-là qui n’ont pas demandé à être « floués », s’il en fut, par la Mida, il varie comme une girouette. Un coup, il assure :

« le gouvernement va rembourser les épargnants. » Un autre coup, prenant le costume de Pilate, il annonce que « le gouvernement n’est responsable en rien ». Un écart à la Van Damme qui rappelle cet autre qu’il y a entre les 3 622 928 550 Fcfa que le gouvernement dit avoir trouvés dans les cantines à Ahala. « Sornettes ! », hurle la Mida. « C’est 12. 798. 825.000 Fcfa.» Débat !

Mon frère huissier de justice me dit toujours que l’huissier est l’officier ministériel qui ouvre et ferme les portes de la justice en ce qu’il initie les procédures et exécute les décisions de celle-ci. Y avait-il un huissier parmi ceux qui ont compté l’argent ? Si oui, avait-il dressé un procès verbal de constat et d’inventaire des sommes querellées ? J’avoue que lorsqu’ on voit ce qu’on voit et que l’on entend ce qu’on entend, on a bien raison de penser qu’il n’y a pas qu’une seule anguille mais plutôt mille sous la roche. Que ça glisse, l’anguille !

© Quotidien Mutations : Le Mutant


REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Licences de clubs : un rendez-vous régional à Nairobi
Licences de clubs : un rendez-vous rgional  Nairobi
Facebook
réclame
partenaire
CAMEROUN :: Mida, l’affaire  :: CAMEROON
S.E. ABDOU LATIF Coulibaly Ministre de la Culture du Sénégal au Festival des Continents
évènement
CAMEROUN :: Mida, l’affaire  :: CAMEROON