Equinoxe télévision : Le PDG  et un présentateur attendus au CNC  sans convocation
CAMEROUN :: MéDIA

CAMEROUN :: Equinoxe télévision : Le PDG et un présentateur attendus au CNC sans convocation :: CAMEROON

Séverin Tchounkeu, président directeur général du groupe La nouvelle Expression et Serge Alain Otou, présentateur de l’émission « Equinoxe soir » pourraient être sanctionnés hors procédure.

Le Président directeur général du groupe La Nouvelle Expression, Séverin Tchounkeu et Serge Alain Otou, présentateur vedette de l’émission «Equinoxe soir» et directeur des programmes du groupe sont dans le viseur du Conseil national de la communication (CNC ). Des sources concordantes au sein de la structure en charge de la régulation des média au Cameroun indiquent que les «deux (journalistes) sont sous le coup de sanctions qui pourraient être entérinées le 14 novembre 2022.» Des sanctions qui, confient les mêmes sources, sont «la suspension de la diffusion du programme à forte audience ainsi que son présentateur pour au moins un mois.» Selon les informations recueillies au sein du Conseil national de la communication, une convocation a été émise par le président du conseil national de la communication à cet effet, le 11 novembre 2022.

Au sein du groupe, l’on indique n’avoir reçu aucune convocation émanant du président du CNC , Joseph Chebongkeng Kalabubsu. Nos sources au sein du Conseil national de la communication indiquent que les sanctions envisagées à l’encontre de la chaîne de télévision Equinoxe sont liées à des propos tenus par un cadre du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), lors de l’émission Equinoxe soir du 3 novembre 2022. Emission consacrée au bilan des 40 ans du président Paul Biya à la magistrature suprême.

Entre guillemets

Au cours de l’émission, l’invité Engelbert Lebon Datchoua, qui disculpe la chaîne de télévision Equinoxe télévision des propos qu’il tient, soutient que «Nos camarades qui sont enfermés sont des gens qui, comme moi, ont eu le courage de dire, quand on veut être excessif, ses propos n’engagent pas votre chaîne de télévision et, ils ne sont pas de moi, c’est pour cela que je vais les mettre entre-guillemets «Monsieur Biya est l’une des malchances que le Cameroun ait connues» Avant de poursuivre, «quand on le dit, c’est parce que nous souffrons dans notre chair. C’est parce que nous savons que nous méritons mieux.»

Les menaces de suspension qui planent sur le journaliste Serge Alain Otou, l’émission «Equinoxe soir» et le PDG  du groupe Equinoxe interviennent à la suite d’une lettre d’observation adressée le 26 juillet 2022. La correspondance signée du président du CNC , Joseph Chebongkeng Kalabubsu accuse la chaîne de télévision Equinoxe d’avoir «diffusé des propos incitant à la haine des institutions, notamment du chef de l’Etat, susceptibles de porter atteinte à la paix sociale et à l’unité nationale.» Des propos, indique la correspondance, qui ont été tenus lors de l’émission Equinoxe soir du 19 juillet 2022.

«Mandat d’arrêt»

Dans la journée du 12 novembre 2022, la toile a foisonné d’alertes annonçant l’arrestation «imminente» du présentateur de l’émission «Equinoxe soir». Selon le journaliste et blogueur, Boris Baeur «Paul Atanga Nji, ministre de l’administration territoriale veut faire arrêter Serge Alain Otou, journaliste d’Equinoxe.» Le récit livré par le lanceur d’alerte connu des internautes camerounais explique que «Franck Atanga Nji a demandé au délégué régional de la police du Littoral, le commissaire Essogo et au commandant de la légion de gendarmerie du Littoral, Pierre Aimé Bikele de faire arrêter le journaliste vedette d’Equinoxe TV, Serge Alain Otou.» La même source souligne que «Paul Atanga Nji argue que Serge Alain Otou est contre le gouvernement ainsi que la chaîne de télévision Equinoxe, présentée également comme proche du MRC.»

Le lanceur d’alerte explique aussi que «Le commissaire Essogo, ainsi que Pierre Aimé Bikele ont demandé un document écrit qui leur demande d’arrêter Serge Alain Otou. Paul Atanga Nji n’a pas toujours envoyé le document.» Dans un communiqué adressée au gouverneur de la région du Littoral, et abondamment relayé sur la toile, le ministre de l’administration territoriale, Paul Atanga Nji  lui instruit entre autres « de faire procéder à l’audition de Engelbert Lebon Datchoua et Serge Alain Ottou dans le cadre d’une enquête administrative à la diligence du préfet du Wouri ». Et « d’inviter ledit promoteur à un meilleur encadrement de ses panélistes, afin d’éviter de telles dérives intolérables ». Pour le MINAT, les « propos injurieux et diffamatoires à l’endroit du chef de l’Etat et des institutions de la République » sont condamnables. Ainsi va la République !

Lire aussi dans la rubrique MéDIA

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo