Affaire Nathalie Yamb : la diaspora Camerounaise de Belgique dénonce l’attitude de la France
BELGIQUE :: DIASPORA

Affaire Nathalie Yamb : la diaspora Camerounaise de Belgique dénonce l’attitude de la France :: BELGIUM

Les peuples éveillés, avertis, se sont réveillés au début de cette semaine, avec une autre nouvelle embêtante, inquiétante, troublante, humiliante, compromettante et déroutante.

Citoyens du monde et loin ailleurs sur un autre continent, la diaspora Camerounaise Combattante du Royaume de Belgique se pose une simple question : Mais qu’est ce qui ne va pas vraiment avec la France ? Est-elle consciente du mal qu'elle a faite en Afrique ?

Africains et amis de l'Afrique et premier concerné sur la scène quelque part au Cameroun,en France, Angleterre, Italie, Espagne, aux Etats Unis d'Amérique, au Canada, en Ethiopie, Nigeria, Gabon, Tchad, Centrafrique, Congo, Soudan, Guinée, Mali...., nous ne pouvons pas nous taire,comme être humain doué de mémoire et de capacité de réflexion, pour ensuite nous exclamer : peut-être que nous sommes vraiment maudits.

Hélas, leader d’opinion et soucieux du respect des valeurs démocratiques et humaines, nous ne saurions nous taire.

Suite à l’information relayée par des médias occidentaux portant interdiction d’entrée et de séjour de Madame Nathalie Yamb en France à cause de ses opinions, nous regrettons cette décision qui porte atteinte à la liberté d’opinion et la libre circulation.

Cette position des autorités Françaises est regrettable au moment où le monde entier aspire aux idéaux des libertés fondamentales notamment la liberté d’opinion et la libre circulation.

Il n’y a ni posture très dure, ni besoin de justifier notre démarche. Nous pensons qu’il est temps d’avoir plus de courage et surtout d’engagement, quand il s’agit de défendre les vrais intérêts des peuples africains.

Il faut savoir raison garder et éviter la confusion là où les choses sont claires. Nous n'avons jamais soutenu une scène d'injustice, et invitons d’ailleurs la France à réviser ses appréhensions sur la liberté de ton que développent les Africains sur la politique française en Afrique

Il est clair que dans tous les cas, il y a un sentiment de rupture entre la France et plusieurs pays de l'Afrique francophone.

L'Afrique toute entière, fait face à une situation où un ancien maître colonisateur, veut s’arroger le droit de vie sur le peuple entier, le droit de décider de la couleur de son drapeau, le droit de changer ses partenaires et ses habitudes alimentaires et vestimentaires...

Nul ne peut supprimer d’un coup de crayon les réalités historiques, mais nul ne saurait non plus, enfermer les peuples dans des constructions historiques chroniquement toxiques, déséquilibrées, indignes et dépersonnalisant.

Nous ne dictons rien à la France et aux autres puissances étrangères, et elles à leur tour, ne devraient rien nous dicter. Chaque peuple dispose des ressources intellectuelles et de la sagesse nécessaire, pour se prendre en charge, pour s’élever ou pour se rabaisser.

Ce n'est pas en interdisant d’entrée et de séjour de Madame Nathalie Yamb en France à cause de ses opinions, qu'il n' aura plus d'autres Nathalie Yamb. Nous sommes tous des NATHALIE YAMB

Fait à Bruxelles le 19/10/2022

- Le Collectif des Organisations Démocratiques et Patriotiques des Camerounais de la Diaspora (CODE); Ophilia Mbi

- Action Solidaire Internationale (ASI); Gisèle Emegue

- Le Cercle Belgo-Africain Pour la promotion Humaine ( CEBAPH); Hugues Seumo

- Le Mouvememnt de Février 2008 au Cameroun; Marcel Tchangue

- Fondation Moumié; Emene Louise

- Action Solidaire pour Marafa (ASMA): Fabrice Njayou

Lire aussi dans la rubrique DIASPORA

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo