Fer de Lobe-Kribi: Le mystérieux permis d’exploitation
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Fer de Lobe-Kribi: Le mystérieux permis d’exploitation :: CAMEROON

Alors que le Mindcaf vient de déclarer d’utilité publique la zone de circonscription du projet, à Campo et Kribi, les doutes persistent, à tort, quant à l’existence d’un permis d’exploitation octroyé par le chef de l’Etat.

« Il est signé ». « Non, il ne l’est pas ». Deux phrases contradictoires qui reflètent l’état d’esprit actuel des populations de Kribi et de Campo. Au sein de l’opinion publique dans ces deux localités, le doute persiste quant à l’existence d’un permis d’exploitation du fer de Lobe-Kribi accordé par le chef de l’Etat à la société Sinosteel Cam S A. Ce sentiment nait de ce que, courant juillet dernier, alors même que les points de vue continuent de se ramasser à la pelle concernant l’acceptation ou non du projet par les riverains, une plaque ait été posée sur le site à Ebodje avec un message fort imposant. Là, on peut lire aisément : « Borne H. Sino Steel Cam S.A Bp 252 Yaoundé. Permis d’exploitation. Décret n°2022/273 du 1er juillet 2022 portant institution d’un permis d’exploitation valable pour le fer au profit de la société Sinosteel Cam S A ».

Sauf que, tous ou presque tous les actes posés par le chef de l’Etat en date du 1er juillet 2022 ont été relayés au poste national et se trouvent dans le site officiel de la Présidence de la République. Excepté ce décret. De quoi aiguiser la curiosité. « Si ce décret existait réellement on le retrouverait dans les sites officiels y dédiés. A mon avis sinosteel veut seulement capter les réactions des populations » pense Albert Mbotto, acteur de la société civile. « C’est une duperie. Le Président de la République ne peut signer rien de tel et que cela reste caché. Le même jour plus de 4 décrets ont été signés. Tous sont officiellement mis en ligne. Sauf le leur. C’est très curieux » réagit Doyle Ngomi. « Je mets Sinosteel au défi de nous montrer une copie de ce document. Déjà que des débats continuent. Nous n’avons pas encore accordé nos violons en ce qui concerne le cahier des charges. S’il est vrai que Paul Biya leur a accordé un permis d’exploitation, je dirai alors que décidément le gouvernement fait des choses contre les populations » commente un activiste originaire de Campo.

Mystère.

La confusion qui abonde au sein du peuple n’inquiète pourtant pas le top management de l’entreprise détentrice du projet. La sérénité observée de ce côté fait croire que le  précieux document qui semble relever du mystère pour les uns, existe en réalité mais qu’il est de la volonté des décideurs internes et externes de le garder encore secret. «Le permis est octroyé depuis le 1er juillet. Nous le devons aux populations de Kribi et de Campo qui ont compris le bien fondé de ce projet important et ont apporté leur soutien. Nous sommes totalement reconnaissants aux pouvoirs publics et disons notre profonde gratitude au chef de l’Etat, qui offre à travers ce permis l’opportunité à Sinosteel d’investir au Cameroun » réagit le chargé de communication de l’entreprise, Franck Meme. Ce cadre de Sinosteel, lui-même fils de l’Océan ajoute que « nous sommes là pour accompagner le développement du Cameroun, offrir des opportunités aux populations de l’Océan, de Kribi et de Campo, surtout les jeunes, qui seront privilégiés pour les emplois ».

Le mystère reste également entretenu du côté des autorités administratives. En effet, le préfet de l’Océan, Nouhou Bello, reconnait officieusement que le décret existe. Mais le fait que sa haute hiérarchie ait choisi de le rendre secret donne une autre connotation. « Je ne peux donc pas me prononcer sur la question car officiellement je n’ai pas été notifié par ma hiérarchie de l’existence du décret accordant un permis d’exploitation. Mais le fait que le Mindcaf l’ait mentionné dans son décret déclarant d’utilité publique le site, signifie que le chef de l’Etat aurait effectivement signé ce document » suppose Nouhou Bello. Bien entendu, le 4 août dernier, le ministre des domaines, du cadastre et des affaires foncière (Mindcaf) Henri Eyebe Ayissi, a signé un décret de Déclaration d’Utilité Publique (Dup) du site abritant le projet. Des préalables cités, au quatrième point, il est bien mentionné «… vu le décret n° Décret n°2022/273 du 1er juillet 2022 du Président de la République  portant attribution d’un permis d’exploitation de fer au profit de la société Sinosteel Cam S A … ». Une mention qui vient conforter la position du préfet. Mais qui, cependant, continue de créer la confusion et d’alimenter des commentaires tendancieux. Ce, d’autant plus que le Mindcaf a instruit au préfet de l’Océan par courrier daté du 4 août de mettre sur pied une commission de constatation et d’évaluation des biens des populations impactées dans le cadre dudit projet. A date, cette commission est déjà constituée et la première descente sur le terrain se profile.

Par ailleurs, des sources internes dans l’entreprise de droit chinois confient que le Top management travaille en ce moment, en respect avec la réglementation,  pour que le processus d’indemnisations des bénéficiaires impactés se mette en place, si possible, avant tout début d’exploitation. Quant au document qui fait actuellement jaser dans les deux villes balnéaires du département de l’Océan, Franck Meme informe que « nous communiquerons au moment opportun et le montrerons à qui voudra le voir. Mais priorité sera faite à un échange public à Kribi ou à Campo ».

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo