Pénurie d’eau à Yaoundé : Le Minee et le Dg de Camwater sur le banc des accusés.
CAMEROUN :: REVUE DE PRESSE

CAMEROUN :: Pénurie d’eau à Yaoundé : Le Minee et le Dg de Camwater sur le banc des accusés. :: CAMEROON

Le manque d’eau à Yaoundé, la capitale du Cameroun est de plus en plus criard. Les habitants de la cité capitale sont exposés aux maladies hydriques. Pendant que les responsabilités se rejettent entre le ministre de l’eau et l’énergie et le Directeur General de la Camwater, la presse se délecte.

Et pourtant, Eloundou Essomba, ministre de l’eau et de l’énergie se veut rassurant,  «Le gouvernement réitère l’instruction de prendre toutes les mesures nécessaires pour augmenter le niveau de production de la station d’Akomnyada de 80.000 mètres cubes à 130.000 mètres cubes par jour» Et indexe la Camwater «J’instruis monsieur le président du conseil d’administration de Camwater de convoquer d’urgence une réunion du conseil pour passer en revue toute la chaîne d’approvisionnement des produits de traitement et prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer le niveau de production de la station».

Toutes choses que le quotidien Le Messager balaie le, revers « Contrairement aux gesticulations gouvernementales, la principale station de traitement d’Akomnyada est dans un état de délabrement avancé. Les habitants de la capitale et de ses environs ne peuvent espérer la fin du calvaire qu’avec l’entrée en service, encore hypothétique, de la station sur la Sanaga »

Aussi bien que le journal Reperes paraissant à Yaoundé qui pense à  « Un Minée aux abois ». Dans un contexte marqué par la recrudescence du choléra et d’autres maladies hydriques, les mesures adoptées par le ministre de l’Eau et de l’Energie pour améliorer l’approvisionnement en qualité et en quantité des ménages sont plutôt improductives. En posture de défiance de sa tutelle, le directeur général de Camwater n’est pas exempt de tout reproche dans le calvaire quotidien que vivent les populations des grandes métropoles. La crise s’amplifie davantage avec des coupures intempestives et le système de rationnement qui montre ses limites.  

Le Point Hebdo s’intéresse à la Station d’Akomnyada pour parler  «Du rififi... ». C’est du moins le mauvais cinéma qu’on observe ces derniers temps pour justifier la pénurie d’eau dans la cité capitale. Pourtant, depuis quelques années, le gouvernement de la République a mis beaucoup de moyens pour au moins freiner ce manque au Cameroun. Si les principaux acteurs de cette situation qui n’honore pas notre pays tentent, chacun, de tirer la couverture de son côté, nombreux sont les observateurs qui savent, aujourd’hui, plus qu’hier, que les vrais responsables se la coulent douce et préfèrent tirer les ficelles dans l’ombre. Jetant en pâture l’actuel Dg de la Camwater. Derrière le Pca et ses fournisseurs.

Le Quotidien parle de l’Humanisation du Travail domestique : « Les techniciens de surface ont aussi des droits ». Ils sont boys/bonnes, personnels domestiques ou techniciens de surface. Suivant l’appellation usitée, ils sont soit minorés, soit pris en considération. La Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (Cnps) voudrait rompre avec cette mentalité esclavagiste. Dans une récente note signé de son Directeur Général, Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo, il est rappelé l’obligation sociale due aux ‘’ personnels de maison

Lire aussi dans la rubrique REVUE DE PRESSE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo