Minette Kamdem : L’anti-djansang structurée
CAMEROUN :: ECONOMIE

CAMEROUN :: Minette Kamdem : L’anti-djansang structurée :: CAMEROON

La jeune entrepreneure se pose en défenseure de la peau noire et propose des produits naturels pour l’entretenir.

Un Master décroché à l’École supérieure de commerce de Paris (ISC Paris Business School) et un MBA en stratégie digitale obtenu à l'Institut européen du digital. Malgré ce bagage dont beaucoup de jeunes gens de son âge rêvent avec en creux l’ambition de bosser dans les plus grosses boîtes de la planète, Minette Kamdem est allée apprendre les fondamentaux de la cosmétologie dans l’optique de collaborer efficacement avec des laboratoires du secteur des produits de beauté. Vu sous l’angle essentiellement mercantiliste qui veut que « la blancheur a été érigée en norme universelle de progrès », comme elle aime à brocarder cette tendance, l’on suppose forcément qu’elle a eu le bon flair. 

Mais à voir de près, sa motivation semble avoir été une réaction structurée à la tendance du blanchissement de la peau, pratique qui, si elle n’est pas nouvelle, a pris des proportions inquiétantes ces dernières années en Afrique subsaharienne. Au Cameroun, la proportion des femmes devenues blanches à l’âge adulte ne cesse de croître en même temps que le marché des cosmétiques est florissant. Moquée par ses contempteurs sous le nom « djansang », cette pratique de la dépigmentation inquiète de plus en plus les autorités sanitaires, jusqu’au ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, qui vient même d’interdire la commercialisation des produits décapants (importés ou fabriqués localement) sur le marché camerounais. 

Cette mesure est un motif de soulagement pour Minette Kamdem, qui, elle, se bat depuis quelques années pour la préservation de la peau noire grâce à l’utilisation de produits cosmétiques naturels. Elle a créé une Pme, Teint d’Afrique Cosmétiques, qui propose depuis trois ans une large gamme de produits faits avec ingrédients botaniques et végétaux de locaux. Elle entend ainsi « restaurer l’identité et l’image de la femme africaine ».

Tête bien faite, elle disserte au quotidien sur des thématiques telles que l’acceptation de soi, la dignité africaine et la diversité culturelle. Femme de caractère selon son entourage et fervente défenseure de la peau noire autant que farouche opposante à la dénaturation de la peau noire, l’originaire de l’Ouest Cameroun se présente aussi comme « une femme dévouée qui déborde d’ambition pour la génération féminine actuelle et celles à venir ». 

Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo