Yaoundé : Le Centre des cultures Jld en immersion au Musée national
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Yaoundé : Le Centre des cultures Jld en immersion au Musée national :: CAMEROON

Dans le cadre des activités de Vacances utiles, cette Ong basée à Bangoulap, dans l’arrondissement de Bangangté, a permis aux enfants de visiter ce haut lieu de l’histoire du Cameroun.

Esplanade haute du Musée national de Yaoundé. Il est 16h, le 17  août dernier.  Le responsable du centre des cultures Jld à l'Ong Fondation Jean Félicien Gacha, William Kuihane, tête de file d’une délégation de plus de 50 enfants, admis au programme « Vacances utiles 2022» célèbrent le happy end d’une journée intense. En près de deux heures, slameurs, poètes et conteurs meublent le dernier temps fort de la visite à Yaoundé. C’est un moment de convivialité et de prouesse culturelle. Les applaudissements et cris de joie accompagnent les performeurs. Le slameur, Jeff Tabadjio, habile dans les jeux de mots, étale son talent. Ses textes sont une ode à la Fondation Jean Félicien Gacha qui donne la possibilité aux enfants de se révéler et d’exhumer leur savoir-faire artistique. Ils sont pour la plupart des adolescents, mais l’adage « aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années », leur colle comme des gants aux doigts.

Arrivés autour de 13 heures, après le trajet Bangangté-Yaoundé (environ 250 km pour près de 4 à 5 heures de route), la première étape a consisté à visiter le Musée national. En plus d’une heure d’horloge, les portes des coins et recoins de l’ancien palais présidentiel ont été ouvertes aux enfants sous la conduite des guides et animateurs culturels.

C’est dans cette maison que l’ex-président du Cameroun, Ahmadou Ahidjo a séjourné pendant 20 ans (1960-1980). Les enfants sont émerveillés quand l’on leur montre son  bureau. Ils ont également vu les représentations de l’organisation de l’habitat des quatre aires culturelles du Cameroun, à savoir les soudano-sahéliens, les peuples de l’eau (Sawa), les peuples de la forêt (Fang-Beti-Bulu) et les peuples de montagnes (Grassfields). Il en est de même pour les œuvres d’art, produites par des artisans et artistes camerounais. En l’occurrence le chef-d’œuvre accomplie qui présente un roi, tenant sa coupe de vin de palme ; avec à ses côtés ses deux épouses, portés par quatre hommes sur leurs épaules. Ils partent pour une randonnée de plus de 100 km. Tout près, un lion fabriqué en bronze qui est présenté par le guide, Alain Tetang, tel le totem de tous les Camerounais. Il rappelle aux enfants que c’est à partir de la légende de l’homme qui se transforme en lion, après une menace, que le président Ahmadou Ahidjo a baptisé les équipes nationales du Cameroun, Lions indomptables. C’est en tout plus de 500 œuvres que les enfants-touristes ont découvert.

Réactions

Reine Tondji Tognia (Seconde A4 All). "Nous avons de la chance"

Je me suis sentie joyeuse quand j’ai appris que nous venions à Yaoundé, visiter le Musée national, après l’excursion à Akono, dans le département de la Mefou-et-Akono. L’image des objets et des habitations de nos aires culturelles restera gravée dans ma mémoire. Les guides nous ont longuement parlé du couple présidentiel, Germaine et Ahmadou Ahidjo ; les différentes transformations du palais présidentiel devenu Musée national. J’ai tellement de choses positives à raconter à mes parents. Je dis merci à la fondation Jean Félicien Gacha et sa présidente fondatrice. Ce qu’elle fait pour les enfants du Cameroun est quelque chose d’exceptionnelle. Nous avons de la chance. C’est une sorte de tourisme, mais qui nous met en contact avec des faits historiques de notre pays.

Yvan Bossi Deutou (5ème ). "C’était ma première de visiter un musée"

 

Le voyage pour Yaoundé a été programmé juste quand nous sommes arrivés à la fondation, sortant de Ngaoundéré où je suis élève au Canadian international college. J’ai trouvé cela ennuyant. Surtout que je ne connaissais pas ce que nous allions y faire. Au fil des jours, les encadreurs nous parlaient de la visite au Musée national. J’étais content de faire partie du voyage parce que c’était ma première de visiter un musée. J’ai vu des calebasses ; des trônes ; des peaux d’animaux ; des huttes de pygmées ; les cases mosgoums ; plusieurs objets d’art faits en bois, en argent, en bronze. Je vais rentrer continuer l’école avec tellement de connaissances acquises sur l’histoire vivante du Cameroun. La fondation c’est la meilleure école de ma vie. En peu de temps, j’y ai reçu une éducation inoubliable.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo