LA TRANSITION ENERGETIQUE  DOIT ETRE AU CŒUR DE L’EMERGENCE DU CONTINENT
CAMEROUN :: ECONOMIE

CAMEROUN :: LA TRANSITION ENERGETIQUE DOIT ETRE AU CŒUR DE L’EMERGENCE DU CONTINENT :: CAMEROON

L’Afrique est un continent  ayant assez été morcelé,  d’où la difficile intégration entre les peuples  à l’ origine du blocus de l’émergence économique. L’entrée en vigueur de la zone de libre-échange Africaine  sonne comme  un espoir pour ce continent au potentiel immense inexploité. Le développement du continent passe par l’industrialisation et la question énergétique occupe une place centrale.


Vers quelle source d’énergie doit-on aller ?


En 2021  Jennifer Granholm, la secrétaire américaine à l'Energie déclarait sur la transition énergétique aux USA : «L'étude éclaire le fait que le solaire, notre source d'énergie propre la moins chère, qui connaît la croissance la plus rapide, pourrait produire assez d'électricité pour toutes les maisons aux Etats-Unis d'ici 2035 et employer jusqu'à 1,5 million de personnes durant le processus", avait-t-elle déclaré dans un communiqué.


Dans les prévisions américaines ,  l'énergie solaire représenterait 37% de l'électricité en 2035, le reste étant fourni par l'énergie éolienne (36%), l'énergie nucléaire (11%-13%), l'énergie hydroélectrique (5%- 6%), la biomasse et la géothermie (1%).Alors que  l’hydroélectricité représente 6% de la production d’électricité aux États-Unis et plus de 90% de la capacité de stockage électrique ,les États-Unis comptent un nombre sans précédent de barrages qui doivent faire l’objet d’une nouvelle maintenances  en raison de leur âge, 90 000 barrages dont  l’âge moyen  est de près de 60 ans. La  maintenance de ces barrages  nécessite d’énormes mobilisations de ressources financières et provoque  l’asséchement des eaux .L’énergie hydroélectrique est donc à la croisée des chemins et son avenir au 21ème siècle est très incertain aux États-Unis.


Il y a pas que les états unis car en Chine, la première usine du monde, la part du renouvelable dans le mix énergétique chinois est ainsi passée de 7% à 15% d'ici 2020. Objectif final : 40 % d’énergie renouvelable produite en Chine d’ici 2040. Sa part dans la production mondiale d'électricité solaire photovoltaïque s'élève à 32 % en 2020.


En Afrique 
Sous-équipée en termes de production énergétique,   le solaire ne représente que 2 % de son mix énergétique avec 1.5 GW Sur 80 gigawatts (GW) installés. Les barrages hydroélectrique en terme d’avantages comparatifs coutent plus cher que les centrales solaire, la durée de mise en service, deux à trois fois plus longue et use le continent d’eau indispensable à l’agriculture et l’élevage. 
Moins chere, moins polluant et abondance du soleil, le solaire devrait bénéficier du don gratuit  de la nature  .Avec  17 milliards FCFA  le Cameroun construit  deux centrales solaires de 25 MW dans les villes de Guider (10 MW) et de Maroua (15 MW).En trois mois des travaux les premiers mégawats sont disponibles sur le site.  Le tout avec un prix  du kWh inférieur à 50 FCFA. Par contre, le barrage hydroélectrique de Mekin toujours au Cameroun aura couté de source officielle 35 milliard de FCFA pour une production de 15 MW.


Le potentiel hydroélectrique du Cameroun est énorme, environ 25GW.Seulement pour les viabiliser et faire tourner il faut  tirer l’eau de l’Adamaoua pour le barrage de retenue de Lom Pangar. Ce qui jusqu’ici provoque des délestages en période d’étiage. A partir de là le Cameroun a des difficultés pour approvisionner le bassin du Lac Tchad


Le Lac Tchad   dans les années 60 était  en Afrique la plus grande réserve d’eau de la région du Sahel, elle occupait  environ 26 000 kilomètres carrés, soit à peu près la taille de l’État américain du Maryland et une superficie plus grande que l’État d’Israël ou du Koweït. 


Un  des plus importants sites du patrimoine agricole mondial, qui selon les études DU Directeur de la Division des terres et des eaux de la FAO, Parviz Koohafkan assure la survie de quelque 30 millions de personnes réparties dans quatre pays : le Nigéria, le Cameroun, le Tchad et le Niger. Le Lac Tchad couvre aujourd’hui moins de 10 % de la superficie d’il y a 60 ans.


Très investi dans le développement des énergies renouvelables, Global CapacIity Building Foundation développe un vaste programme de de promotion et d’incitation à investissement dans ce secteur qui représente l’avenir de l’Afrique.
 (Global CapacIity Building Foundation)

Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo