Mort sur la plateforme en juillet 2016:la famille de Christian Ikand fait une descente sur Perenco
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Mort sur la plateforme en juillet 2016:la famille de Christian Ikand fait une descente sur Perenco :: CAMEROON

Douala- La famille est descendue à la base Perenco à Douala ce vendredi 15 Juillet 2016 pour exiger réparation. sur la disparation par noyade d’Ikand Nyee Isaac Christian le 30 Juillet 2016 au large du Rio Del Rey. Elle est déterminée à aller jusqu’au bout de ses revendications.

Et le port s’est mis en ébullition, les téléphones d’alerte ont sonné. Le vieux Ikand Nyee, géniteur de la victime accompagné de ses enfants et petits enfants avait la voix à peine audible «Christian n’a ni tombe, ni sépulture: c’est une abomination.  Je suis venu chercher mon fils. Je veux aller au village faire son deuil au village » L’esplanade de Perenco à Douala a été prise par une procession de la famille Ikand. Au milieu de cette famille visiblement éprouvée, un grand portrait de la victime sur laquelle on pouvait lire « Ikand Nyee Isaac Christian 1977-2016 » Avec, affiché sur le ventre de chaque membre de la famille une inscription « Juillet 2016-Juillet 2022 : 6 ans déjà, remettez moi mon fils » ou bien « Juillet 2016-Juillet 2022, remettez moi mon frère »

On se souvient de ce Samedi 30 juillet 2016. Ce jour-là, Christian Ikand, électricien employé chez Cible Rh, une entreprise sous-traitante de Perenco-Cameroun, s’est noyé après une chute du site Munja, dans le Rio Del Rey, au large de Kribi.

C’est  de façon laconique que la famille de Christian sera informée du drame de leur fils.« Il est tombé dans la mer ». Avec ce commentaire: « Il travaillait dans la plateforme, il s’est adossé sur la rambarde qui a lâché » Depuis lors, les négociations entre Perenco et la famille se sont soldées par des échecs. La famille accusant Perenco de faire dans le dilatoire et la diversion.

Depuis le drame du 30 juillet, la famille n’a rencontrée aucun des trois Directeurs qui se sont succédé à Perenco Cameroun. Bien plus et pire encore, deux autres décès parmi lesquels un expatrié de nationalité Française se sont produits dans les mêmes conditions après Christian, leurs corps ont été remis à leur familles respectives et les indemnités reversées.

Le ton est monté d’un cran lorsque la famille a exigé de rencontrer le Directeur de Perenco personnellement. Le vieux Ikand était déterminé et la famille a repris en cœur « Le Directeur de perenco ou rien. Sinon nous préférons mourir comme notre frère » Panique dans l’entreprise. Pour calmer la famille, un vigile rassure que le Directeur est en concertation avec son staff pour la rencontre. Diversion ! C’est plutôt une escouade de la gendarmerie du port qui arrive pour « Chasser cette famille de l’enceinte du port ». Explications avec les gendarmes qui comprennent qu’il ne s’agit pas pour la famille de faire le trouble mais d’une revendication légitime. Les éléments de la sécurité du port arrivent à leur tour pour les mêmes explications.

Pour illustrer le dilatoire entretenu par Perenco, la famille présente aux gendarmes une convocation du procureur de la République invitant le Directeur de Perenco à se présenter au tribunal le 20 juillet 2022, diligenté par un huissier de justice que les  services Perenco ont refusé de recevoir. Sous la promesse de la gendarmerie d’exiger la présence du Directeur de Perenco, rendez-vous a été pris pour le tribunal le 20 Juillet prochain. Toute tentative d’entrer en contact avec le service de communication de Perenco s’est avérée sans succès. Aussi bien que le conseil de Perenco qui a refusé de « parler de cette affaire »

 

Lire aussi:  MORT SUR SA PLATEFORME:PERENCO-CAMEROUN FAIT MAIN BASSE SUR LES DROITS DE CHRISTIAN IKAND

 

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo