Sylvain Djache Nzefa : Nous avons lancé une campagne de crowdfunding
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Sylvain Djache Nzefa : Nous avons lancé une campagne de crowdfunding :: CAMEROON

Le commissaire général de l’exposition « Sur la Route des Chefferies du Cameroun : du visible à l’invisible », par ailleurs coordonnateur général de la Route des Chefferies, fait le point des activités au Musée du quai Branly.

La Saison culturelle du Cameroun à Paris non seulement fait bouger le monde, décline enfin ce que l’Afrique peut offrir dans le rendez-vous du donner et du recevoir, pour ainsi équilibrer le rapport de force avec l’Occident. Comment est né le projet ? Etiez-vous convaincus au départ des résultats obtenus aujourd’hui ?

La saison culturelle du Cameroun à Paris (Sccp) s’inscrit dans une volonté de valoriser les industries culturelles et créatives du pays à l’international, notamment en France. Depuis le 04 avril, date de lancement de la saison, le public parisien découvre la culture camerounaise au travers d’activités comme la grande exposition au Musée du quai Branly : « Sur la Route des Chefferies du Cameroun. Du visible à l’invisible ». Mais encore des spectacles vivants avec Kareyce Fotso et Blick Bassy, ou la promotion de la littérature lors de la masterclass de Djaili Amadou Amal. Nous souhaitons présenter le Cameroun dans son entièreté, mais aussi montrer d’autres aspects du pays, et notamment sa riche diversité culturelle. Concernant les résultats obtenus, nous étions assez confiants car ce projet, porté par la Route des Chefferies, bénéficie d’un fort soutien et d’une implication de nombreuses institutions et personnalités, tels que les autorités traditionnelles, administratives, mais aussi les artistes, qui nous ont, dès le début, apporté leur soutien. C’est la mise en commun de nos efforts qui produit le résultat que nous avons aujourd’hui et que nous aurons demain.

En perspective, ce projet peut-il s’implémenter ailleurs qu’en France ?

La Saison culturelle du Cameroun à Paris fait désormais partie de ces événements qui, par leurs approches, deviennent de véritables rendez-vous. Je rappelle que notre but est de promouvoir la culture camerounaise dans le monde entier. Nous avons commencé à Paris mais nous comptons mettre le cap prochainement sur d’autres villes en Europe, en Amérique du Nord et pourquoi pas ailleurs en Afrique.

Le patrimoine matériel de la Route des Chefferies se met progressivement sur pied avec notamment la construction des musées. Dans la même lancée, la Cité internationale du patrimoine est annoncée.

Depuis plus de 15 années nous avons mis sur pied un réseau de nombreux musées au Cameroun, et nous accompagnons plus de 26 d’entre eux dans leurs activités quotidiennes, dans leur développement et dans leurs projets. La Cité internationale du patrimoine et des industries culturelles et créatives est un grand projet dont la construction débutera au dernier trimestre de cette année. Cette cité a vocation à devenir un hub important des ICC en Afrique centrale.

A vous entendre, les échos sont positifs qu’on n’ait plus de doute de ce que tout se déroule au Musée du quai Branly sans difficultés majeures ?

Un évènement comme la Saison culturelle du Cameroun à Paris nécessite de nombreuses ressources humaines, matérielles et surtout financières. Nous avons lancé une campagne de crowdfunding afin de permettre à ceux qui le souhaitent d'être des acteurs de premier rang pour le succès de cette saison, ils peuvent toujours contribuer sur le site web routedeschefferies. Les difficultés existent mais pour un grand projet comme celui-ci, et avec les objectifs que nous nous sommes fixés, il a été nécessaire de se donner les moyens de les dépasser.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo