Assemblée Générale de la Smid : Qui veut faire tomber le projet de développement de Douala ?
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Assemblée Générale de la Smid : Qui veut faire tomber le projet de développement de Douala ? :: CAMEROON

Quand bien même l'Assemblée générale de cette structure ne se serait pas tenue, ce n'est pas pour autant que le projet, mieux l'idée véhiculée par la la Société Métropliltaine d'Investissement de Douala (Smid) devra être abandonnée et surtout prêter le flanc à des dénonciations calomnieuses contre des personnalités qui oeuvrent pourtant pour le bon fonctionnement de la sutreure.

Qui a intérêt à faire capoter ce projet dont l'idée générale était, est de participer au développement de la capitale économique camerounaise ? La question est d'autant plus pertinante que de par son acronyme, la Smid se veut une structure métropolitaine, mieux, citoyenne qui, en ces temps de décentralisation, serait un maillon essentiel. mais malgré l'importance que revet la structure, on a été très surpris de constater que l'Assemblée générale qui avait été convoquée il y a quelques jours, n'ait pas eu lieu. Et pour cause: les égots des uns et des autres au-delà des incompréhensions, une guerre de leadershid entretenue par les autorités municipales.

Mais en attendant d'y voir un peu plus clair,  Maurice FrançoisNjoh, administrateur provisoire, en raison de l'article 160-2 (3) de l'Acte Uniforme Ohada sur le Droit des sociétés commerciales, a vu son mandat être prorogé de quelques jours afin qu'il puisse convoquer des sessions portant sur la désignation des représentants des actionnaires des catégories C et D du conseil d'administration de la Smid, une session du Conseil d'Administration et une Assemblée générale. Il faut dire que cette idée à la génèse de la Smid, a été mise en forme le 17 Aout 2018.  Au regard de son importance, les souscripteurs ont même adhéré à hauteur de 5,04 milliards de Fcfa.  C’est cette structure qui est mise à mal par ceux voudraient d'une manière ou d'une autre lacontrôler. 

Au point d’évoquer qu’elle se retrouve avec un compte déficitaire avec en prime, le spectre d'un risque fiscal élevé. On en est même à spéculer sur la non-conformité, l’absence de pièces comptables, doutes sur la libération effective du capital, créances non-inscrites dans le bilan ou absence de procédure d’information auprès de la Cosumaf etc. lors de la prochaine Assemblée générale.
En attendant la réaction de l'Administrateur provisoire tel que lui a prescrit le Tribunal de première instance de Douala Bonanjo, la fondamentale question qu'on serait en droit de se poser serait celle de savoir pourquoi une telle fixation sur Fritz Ntone Ntone alorsque l’idée émise par ce dernier ne vise qu’à améliorer les conditions de vie des populations, s’il ne s’agit pas de participer au développement de la ville de Douala et partant, du Cameroun tout entier. 
Eviter de faire l'amalgame

Si un rapport d’audit publié ce mois de juin 2022 par le Cabinet Okalla Ahanda & associés, commissaire aux comptes de la Société Métropolitaine et d’Investissement de Douala (SMID S.A), aurait émis des réserves sur la conformité des activités de la Smid avec son objet social, sur la conformité de la mise en oeuvre des dispositions contenues dans les contrats souscrits avec des prestataires, ainsi que sur le respect des règlements de la Cosumaf, il se trouve que la moralité de certains actionnaires ne devrait en aucun cas être mise en doute. Encore moins la justification des cinq projets pilotes retenus qui ont été lancé lors du lancement de cette structure, notamment la réhabilitation et l’extension du marché NewDeido pour un montant de 5,152 milliards de FCFA dont un montant de 1,781 milliards de FCFA financé par la SMID, la construction du parc de loisirs de la Besseke à hauteur de 2,238 milliards de FCFA, un centre de conférence international, pour un coût de 15 milliards FCFA, le projet de construction d’un centre des expositions, d’un coût prévisionnel de 8,5 milliards FCFA, le projet de construction du marché de Bonamoussadi pour un coût prévisionnel de 10,1 millions de FCFA avec une participation de fonds Smid évaluée à 4,8 millions de FCFA). 

C’est dans ce cadre et par souci de transparence que du communiqué qui a été rendu public le 17 juin 2022, on peut y lire  que les Actionnaires de Catégorie C et D de la Société Métropolitaine d’Investissement de Douala (SMID SA) avaient pris connaissance d’une note d’information à l’initiative du sieur Njoh François Maurice. Laquelle appelle à une nouvelle Assemblée Générale Ordinaire (AGO) le 23 Juin 2022 et à un Conseil d’Administration le 24 Juin 2022. « Par communiqué en date du 10 Juin 2022, paru dans divers journaux et hebdomadaire du 13 Juin 2022, le Conseil d’Administration et les Représentants des Actionnaires de catégorie C et D de la SMID SA relevaient déjà, plusieurs irrégularités et violations des lois en vigueur et recommandaient aux actionnaires de catégories C et D de ne pas donner suite à la forfaiture de la convocation de l’AGO initiale du 15 Juin 2022. Les violations de la loi alors visées, demeurent et nous persistons à les dénoncer », a-t-on pu y lire.  Et le compmuniqué de poursuivre : « Plus édifiant, les conditions des 2 convocations, masquent difficilement les intentions piégeuses et inavouées sous-jacentes. Citons-en quelques-unes : Des ordonnances judiciaires gracieuses mais néanmoins illégales prorogent de manière successive et opportune le mandat de l’administrateur provisoire. Les délais de convocation violés et l’indisponibilité au siège de la SMID SA des documents prévus par l’article 525 de l’AUSCGIE privent sciemment les actionnaires d’une sereine et libre appréciation et formation de leur opinion. 

L’ordre du jour de l’AGO mentionne un « Rapport de l’Administrateur Provisoire » qui n’est donc pas un audit, objet de sa mission de 16 mois maintenant, lequel audit aurait dû être contradictoire. Les actionnaires de catégories C et D seuls, sont convoqués à des assemblées spéciales. Pas un mot sur les assemblées spéciales des catégories A et B. Leurs doléances et listes de représentants seraient-elles déjà entendues et établies par ailleurs ? Sous quelles forme et circonstance. De sorte que l’on aurait voulu conduire aveuglément à cette AGO du 23 Juin, les actionnaires des catégories C et D pour y servir d’alibi et de caution à 16 mois d’errance judiciaire et de destruction méthodique et planifiée de la SMID SA, que l’on ne s’y prendrait pas autrement. 

Le Conseil d’Administration et les actionnaires de catégorie C et D constituant les 67% des parts de la SMID SA, dénoncent une telle imposture et se désolidarisent totalement de telles mises en scènes visant à distraire les actionnaires de leur préoccupation essentielle, la fructification de leurs actions. Les acteurs directs et indirects du projets SMID SA sont dès lors, invités à demeurer clairvoyants afin d’éviter toute instrumentalisation de leur personne à des fins inavouées qui n’engagent que leurs auteurs et les exposent à la sanction des juridictions compétentes. »

C’est donc à chacun d’en juger. Pour l’heure, Fritz Ntone Ntone n’est mû que par la seule volonté de participer au développement de la ville de Douala et partant, de son pays.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo