BELMADI, UN BOUFFON? PAR L'ECRIVAIN CALVIN DJOUARI
ALGÉRIE :: SPORT

ALGÉRIE :: BELMADI, UN BOUFFON? PAR L'ECRIVAIN CALVIN DJOUARI :: ALGERIA

Belmadi s’est comporté comme un boxeur qui a reçu un coup terrible et qui est KO sur le ring, mais qui continue de soulever le bras pour dire qu’il a gagné.

Un match qui a suscité toutes les controverses. Les polémiques ont été telles que si les deux pays étaient des voisins directs, ils se seront lancé des pierres. L'histoire est arrivée jusqu’au fin fond de la planète. Mon confrère chinois, qui habite Pékin m’a téléphoné pour me demander qu’est-ce qui se passe avec l’Algérie ? C’était du jamais-vu. Pourtant, l’Algérie est un vieil ami du Cameroun ;   ce pays a sauvé les camerounais dans des circonstances dont je n’aimerais pas évoquer ici pendant la période de la lutte coloniale. L’Algérie est le passage des Camerounais pour l’occident ; ce peuple une fois qu’il s’est libéré a aidé tous les peuples oppressés, certains ont trouvé refuge chez eux pour organiser à leur tour leur lutte de libération. Elle fut le lieu des retrouvailles des nationalistes camerounais.

Ce qui nous concerne ici est sportif ; les Algériens ont oublié que dans le football on peut perdre même en jouant très bien et on a vu des exemples avec Marseille lors d’une champion League.

La seule chose qui reste à la fédération algérienne de football, c’est de changer d’entraîneur, sans quoi elle doit s’attendre un jour à ce que Belmadi mène ces jeunes joueurs à un suicide collectif.

On a vu des matchs épiques. Les matchs de football sont pleins d’histoires extraordinaires. Oui, dans le football qui reste un jeu simple, il y a de l’extraordinaire ; des moments où personne ne s’y attend, c’est ça qui montre la magie dans le football. Dans une équipe, s’il y a des joueurs magiques, ils font la différence ; cette partie magistrale, c’étaient des joueurs comme Roger Milla, Manga Onguené ou Omam Biyick qui pouvaient avant un match dire le nombre de buts qu’ils allaient marquer et ils les marquaient.

Essayons de donner des matchs dans le monde qui ont été épiques : en 1989, en quart de finale des moins de 21 ans, c’est l’URSS de la légende Salenko qui se présente devant les Baby Eagles. Un duel entre deux sélections qui feront par la suite la joie de cette compétition. Au cours du jeu, le constat est sans appel, ce match est à sens unique. Les soviétiques roulent sur les Africains et l’avantage est de 4-0 à la mi-temps. Le sélectionneur des rouges de l’URSS décide de faire quelques changements pour ménager ses troupes pour la suite de la compétition, ce fut une erreur. Au retour des vestiaires et ceci dans les 20 dernières minutes les Nigérians vont égaliser les 4 buts pour finir par gagner aux tirs au but.

Un match qui s’est joué devant pelé en 89 en Arabie Saoudite. Cette compétition sera le premier fait d’armes du Nigeria avant d’exploser aux yeux du monde avec les seniors devant le brésil et l’Argentine. Après de bons résultats avec les U17, les années qui suivront seront fantastiques.

Un autre match resté dans les mémoires que tout le monde entier a vu et revu est la finale de la League des champions entre le Manchester devant le Bayern. Ce match va faire connaitre Beckham au monde, je ne parlerai pas de Mali Angola en Angola en match d’ouverture de la coupe d’Afrique des nations 2010. Le football est mystérieux, il obéit à une rationalité. Il y a des matchs comme Cameroun-Brésil, qui s’est joué en Australie. Le Cameroun vient à bout du Brésil alors qu’il joue à 9 contre 11.

Lorsque l’Argentine a perdu devant le Cameroun en 90, les dirigeants du football argentin furent invités à s’expliquer devant le président de la République. Ce fut inacceptable aux yeux des argentins, un scandale, quoi ? Une équipe africaine nous battre ? Se disaient les argentins. Tout ce que je dis en ce moment implique le respect de l’adversaire.

J’aime les Anglais, c’est un pays qui est habitué à respecter ces adversaires ; si l’Angleterre a égalisé en 90 contre le Cameroun, alors qu’elle était menée, c’est par ce qu’ils sont restés concentrés dans le match, et l’orgueil de ne pas se voir ridiculiser en tant que pays créateur du football les a poussés à se dépasser et à égaliser.

Dans les grands matchs, lorsque les équipes se valent, l’enjeu devient mental, de ce côté-là, les algériens habitués à jouer des matchs décisifs ont perdu ce tempérament à cause de Belmadi qui n’est pas un leader de groupe, qui promet mont et merveille à son pays.  L’homme était K.O à la fin du match. A la fin du match, il était le premier à s’effondrer. Il y a des moments où le football se joue en quelques secondes, l’arbitre fait partie des merveilles de l’événement et la VAR a bien corrigé les erreurs qu’on avait dans le football.

Belmadi n’est pas un leader, l’émotion d’un entraîneur qui s’effondre sur le sol et qui continue de parler de tricherie est une faiblesse. Ses déclarations montrent qu’il est peu instruit, ce que je me dois de lui pardonner. Mais surtout qu’il n’est même pas cultivé, c'est dommage pour une personne qui a passé sa vie à voyager.

Son appel, qu’il tente de vouloir expliquer par des euphémismes depuis quelques jours, était bel et bien un appel à la violence pour les prochains arbitres. « Il ne faut pas le tuer"... mais c'est dire que vous pouvez le bastonner jusqu’à l’approche de la mort. Chacun doit analyser à sa manière, c’est l’esprit d’une lettre ou d’une parole chacun comprend selon son cœur.

Le fait pour un homme de cette carrure de tenir de tel propos, est un effet détonateur. Si c’est un petit débrouillard comme Muhamed Bouazizi qui l'avait dit, on pouvait comprendre. L’homme de la rue comprendra ce qu’il a compris, « je vais le taper, mais je ne vais pas le tuer », diront les oligaans algériens. Belmadi est un vrai bouffon dont le football algérien va hériter dans les prochains jours, tout ce qu’il a apporté à ce football algérien s’écrira en lettres sinistres avec cette interview. Vous verrez bien les algériens passer à l'action chaque fois qu'ils seront battus sur leur stade.

L’Algérie s’est ridiculisée aux yeux du monde, le spectacle est décevant, c’est une honte pour une nation qui a déjà montré de quoi elle est capable en 1982. Regardez la beauté du football de cette génération, je récitais les noms des joueurs algériens comme ceux du Cameroun, il y avait, Rabat Madjer, Mahdi CERBAH, Mahmoud GUENDOUZ, Noureddine KOURICHI ; Chaabane MERZEKANE, Salah ASSAD, Ali FERGANI, Lakhdar BELLOUMI, Djamel ZIDANE, BENSAOULA Mustafa DAHLEB, Faouzi MANSOURI. Ces joueurs sont des héros algériens.

Il faut changer Belmadi, il ne sera plus jamais en équilibre dans sa tête, ce match contre le Cameroun va le hanter et il ne se remettra jamais. Chaque fois qu’il verra le Cameroun, il va s’effondrer.
Les Algériens sont habitués à des paroles malsaines, ceux qui ne les connaissent pas peuvent s’étonner, quand ils ne peuvent te déstabiliser physiquement, ils font tout pour te toucher mentalement. C’est mal connaitre les camerounais. Quand tu les bats sur le terrain, ils reprennent avec les mots blessants, il cherche à te blesser et à te ramener mépriser, et le plus facile sont des mots racistes, puis ils feront tout pour s’excuser après, mais quand il a déjà dit ce qu’il voulait faire entendre, en 86 Rabat Madjer aurait eu les mêmes égarements avec le Cameroun, pour venir s’excuser dans une lettre qu’il avait envoyé à un journal sportif de l’époque ou à jeune Afrique si ma mémoire est bonne. Belmadi est passé sur les chaînes radio comme pour s’excuser ou s’expliquer, mais l’injure est passé, c’est une habitude, il sait ce qu’il fait.

Tout compte fait, le Cameroun, le Maroc, l’Algérie, le Nigeria, le Ghana, le Sénégal, sont des grandes équipes elles sont les seuls sur les 54 pays d’Afrique qui ont relevé le football au plus haut niveau en Afrique, ils ont battu les équipes qui n’acceptent pas dans leur for intérieur une défaite devant les équipes africaines, le Cameroun a battu le Brésil, le Nigeria a battu le brésil, le Maroc a battu le Portugal, l’Algérie a battu l’Allemagne. Ce sont des belles histoires du football africain et qui servent d’exemple pour les générations présentes à ne pas baisser les bras lorsqu’elles jouent avec n’importe quelle grande équipe au monde.

 

 

Lire aussi dans la rubrique SPORT

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo