Fête nationale du 20 Mai 2022 : La sécurité du président de la République en question.
CAMEROUN :: REVUE DE PRESSE

CAMEROUN :: Fête nationale du 20 Mai 2022 : La sécurité du président de la République en question. :: CAMEROON

Après une trêve due à la pandémie du corona virus, les festivités marquants la fête de l’unité auront lieu le 20 Mai prochain sur toute l’étendue du territoire national. Avec, sans doute, la parade militaire à la place du 20 Mai à Yaoundé la capitale et siège des institutions en présence du président de la République. Pour le bon déroulement des cérémonies, le ministre délégué à la présidence chargé de la défense, joseph Beti Assomo a passé au peigne fin les conditions sécuritaires dans le pays.

Les résultats de ses concertations de haut niveau seront soumis à la présidence de la République pour approbation. Quand on sait que le Cameroon traverse depuis bientôt 6 ans des crises sécuritaires multiformes, dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest avec les velléités sécessionnistes, dans le septentrion avec les incursions du Boko Haram et à l’est avec les rebelles venus du pays limitrophe, Le journal La Voix du Centre écrit que  «La situation sécuritaire du Cameroun passé au peigne fin ». Joseph Beti Assomo, ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense, a tenu une réunion d’évaluation de la situation sécuritaire du pays le vendredi 22 avril 2022 à Yaoundé.

 Avec pour objectif et sous les instructions du chef suprême des armées comme le mentionne Génération Libre « la sécurité sera renforcée dans les 4 coins du Cameroun le 20 mai 2022 ». Sur hautes instructions du chef des Armées, le ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense Beti Assomo a tenu une importante réunion le 22 avril pour évaluer l’état de sécurité du pays et prendre des mesures spéciales pour un déroulement sans faute des festivités du 20 mai prochain.

Le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune est plutôt rassurant, «la sécurité règnera ». La réunion d’évaluation sécuritaire, présidée vendredi dernier par le Mindef, Joseph Beti Assomo, sur instructions du chef de l’Etat, chef des forces armées, a permis de faire le point des différents foyers de tension et de formuler des mesures correctives à soumettre à la sanction du président de la République.

Cependant que le journal Intégration déplore la déliquescence des Symboles de l’unité nationale au Cameroun : «la Réunification qui pleure le 20 mai qui rit ». L’attraction du Monument de la Réunification, lieu mythique et historique, a laissé place à la désolation et à la honte. En revanche, au Boulevard du 20 mai, un nouveau décor devra donner un chic particulier au défilé militaire et civil de cette année.

Sans toute fois naviguer à contre courant de cette action citoyenne d’assurer la sécurité de tous le 20 Mai prochain, le quotidien Le Messager parle de l’Insécurité rampante et dénonce «des limites de la Police-Figuration ». Le grand banditisme fait des enjambées spectaculaires à voir comment, impuissants, sans moyens, ni outils de travail, les forces de police se font moquer et narguer par des malfrats. La dotation des moyens subséquents et efficaces pour l’anticipation est la clef de voûte d’une police opérationnelle sur le terrain.

Lire aussi dans la rubrique REVUE DE PRESSE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo