DU RIFIFI AU SOMMET DE L'ETAT: TREMBLEZ! PAUL BIYA EST DE RETOUR A YAOUNDE
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: DU RIFIFI AU SOMMET DE L'ETAT: TREMBLEZ! PAUL BIYA EST DE RETOUR A YAOUNDE :: CAMEROON

Vraie ou fausse information Paul Biya est de retour à Yaoundé après un séjour dans son village de Mvomeka’a dans le sud profond du Cameroun. Apres ce séjour de travail, à quoi pourrait-on s’attendre ? Plein de rebondissements. Allusion est faite au nouveau gouvernement, à la succession et aux affaires de la République. Depuis lors, Le grand peuple piaffe d’impatience.

Depuis hier,  la toile s’embrase et des informations vraies ou fake s’amoncellent. Le nouveau gouvernement est il dans la mallette du chef de l’Etat ? La réponse insidieuse vient de  Boris Berthold, internaute bien connu des réseaux sociaux « A l’exception de ceux qui sont déjà en mission, ordre vient d’être donné à tous les membres du gouvernement de ne pas se déplacer hors de Yaoundé » Voire donc.

De meme, Alex Nguepi, un militant du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun qui s’en prend au « Très honorable Cavaye Yegue Djibril, au lieu de vous prononcer sur la vacance du pouvoir au Cameroun, vous préférez nommer vos proches à l’assemblée Nationale »

Dans les tabloïds, c’est plutôt une onomatopée à la Camerounaise qui ouvre l’édition du journal l’Essentiel paraissant à Yaoundé. «Papa oh oh oh y aya tooh ! ». Le président de la République est de retour à Yaoundé. La fin avant-hier soir de la longue retraite de Paul Biya à Mvomeka’a est accueillie avec soulagement par de nombreux Camerounais. Tant les rumeurs et les fake news sur une vacance du pouvoir ont alimenté les réseaux sociaux pendant cette absence. Les regards sont maintenant tournés vers Etoudi pour connaître la moisson du travail effectué dans le calme du village. 

Les Batailles de succession au sommet de l’Etat sont au menu du quotidien La Nouvelle Expression, paraissant à Douala. «Ngoh Ngoh/ Motaze : qui va ‘’ tuer ‘’ l’autre»,  Le Sg/Pr et le Minfi engagent la lutte finale pour la conquête du pouvoir. Le dossier Amougou Belinga en round décisif avec, en spectateur un Paul Biya usé, fatigué et vieilli. Au sujet de la Crise anglophone, le journal  fait dire que « les prisonniers redoutent le pire ». 116 prisonniers assurent faire l’objet de promesses d’élimination physique de la part d’autres détenus. Ils ont écrit au président de la République.

Une autre affaire d’Etat est celle du cabinet Atou. Première heure parle du Retour de manivelle. Pour le journal «Les inquiéteurs inquiétés ». Jusqu’ici trimbalé de contrôles malveillants en procédures intempestives par le Consupe (Contrôle supérieur de l’Etat), Lazare Atou cet huissier téméraire qui gère les actifs dits résiduels de certaines sociétés d’Etat qui avaient été liquidées, est lui aussi passé à l’attaque. Par une citation directe servie à cette structure d’inquisition et à trois de ses inspecteurs d’Etat, il entend stopper net, cette spirale de harcèlement à son égard qui cache mal d’autres batailles d’arrière-garde au cœur même du pouvoir central... 

L’autre question est celle de l’ancien couple présidentiel Germaine et Ahidjo tous décédés à Dakar au Sénégal. Le quotidien Le Messager revient sur «L’héritage enseveli » Pour le journal, Un an après son décès à Dakar au Sénégal, le combat de l’ex Première dame du Cameroun, de faire revenir les restes de son défunt époux, reste vraisemblablement un vœu pieux.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo