Can totalEnergie 2021 : Les embouteillages persistent
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Can totalEnergie 2021 : Les embouteillages persistent :: CAMEROON

Lors des matchs, la forte densité du trafic paralyse une partie de la ville de Yaoundé.

Le 25 janvier 2022 les populations de Yaoundé sont encore sous le choc. Le calme est revenu après la triste et longue une soirée. Le trafic est moins dense comparativement à la veille. En effet, toutes les artères qui menaient au stade. Pas moyen de se déplacer en véhicule ni à pied le lundi 24 janvier dernier sur l’axe qui mène au Stade d’Olembé à Yaoundé.

Aux environs de 16 h, peu de temps avant le début du match qui opposait les Lions indomptables du Cameroun au Coelacanthes des Comores, il était impraticable voire impossible pour les usagers de joindre l’autre bout de la ville. Une situation qui porte à croire qu’il y aurait eu relâchement au niveau du plan de la sécurité et du plan de circulation arrêté par la DGSN. Même des équipes et les officiels sont pris au piège des embouteillages.

« J’ai l’impression que les routes ne sont plus barrées 4 h avant le début de chaque match et 4 h après comme c’était le cas lors de la phase des poules. En descendant pour le stade, j’ai laissé le bus des Comoriens dans les embouteillages de Tradex Emana, chose qui n’est pas normal », renseigne Mammanuel Tolo Tolo, usager. Après avoir été retardé par les bouchons, les comoriens ont eu du mal à se rendre au stade pour les 8e de finale.

Les deux côtés de la route étaient coincés c’était le chao total entre les supporteurs et les véhicules. Les policiers qui bloquent souvent les routes n’arrivaient plus à maitriser la situation. « La police n’a rien relâché. Le problème c’est que la foule était nombreuse et incontrôlable », explique un policier. Et de poursuivre :

« Lors du match Cap-Vert-Cameroun, le portail de l’entrée Nord du stade Olembé a été cassé par la foule à la sortie du stade », ajoute-t-il. Du côté de la foule, les embouteillages n’ont laissé personne. Elles se plaignent tous au passage. « Je ne sais pas ce qui est mieux entre barrer la route et laisser ouverte.

Dans les deux cas, il y a toujours embouteillages. Mais le mieux c’est de fermer et de laisser au moins les joueurs et les officiels arriver au stade comme prévu. Ce que j’ai vu en route lundi avant et après le match Cameroun-Comores ne s’explique pas », se désole Rodrigue Tamdjoum, supporteur.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo