Hausse du prix de la viande : La mise en garde du Sg/Pr
CAMEROUN :: ECONOMIE

CAMEROUN :: Hausse du prix de la viande : La mise en garde du Sg/Pr :: CAMEROON

Dans une correspondance signée le 6 janvier 2022, ce dernier demande au Minepia de prendre des mesures nécessaires en vue de structurer la filière bovine.

Sur les étiquettes affichées devant les comptoirs au marché du Mfoundi, le prix de la viande de bœuf est statique. Comme avant les fêtes, le kilogramme de cette denrée est respectivement vendu à 2800 Fcfa pour la viande sans os et à 2300 Fcfa pour celle avec os. « Pour l’instant, c’est encore le prix pratiqué pendant les fête. Il est toutefois élevé par rapport à il y a quelques années. Le kilogramme de la viande sans os était vendu à 2200 Fcfa ».

A un taxi du marché Mfoundi se trouve le marché Etoudi. Ici, le prix du kilogramme n’est pas le même à tous les endroits. Il oscille entre 2800 et 3000 Fcfa. En revanche, celui de la viande sans os est vendu à 2300 Fcfa. Accostés, les bouchers justifient cette hausse par l’augmentation du coût du boeuf sur les marchés. « Or, nous voulons récupérer la somme investie au départ et faire aussi des bénéfices », explique l’un d’eux. « C’est, poursuit-il, la raison pour laquelle nous sommes tentés de faire des surcoûts ».

C’est nul doute au regard de cette situation et pour éviter le pire dans les jours à venir que le ministre d’Etat, secrétaire général à la présidence de la République (Sg/Pr) a fait une mise en garde relative à l’augmentation du prix de la viande bovine. « Afin d’éviter à l’avenir le phénomène de la hausse des prix de la viande bovine récemment observée sur nos marchés [… ] bien vouloir travailler à la structuration de la filière bovine.

Cette structuration devra viser la résolution de tous les problèmes identifiés dans ce secteur, notamment : l’insuffisance de l’offre nationale et la forte dépendance de notre marché vis-à-vis du bétail provenant de l’extérieur ; l’incapacité des bouchers à s’autofinancer ; l’absence d’encadrement des acteurs ; la lente opérationnalisation du marché à bétail d’Etoudi. », écrit Ferdinand Ngoh Ngoh, dans une correspondance adressée au ministre de l’Elevage, de la Pêche et des Industries animales (Minepia), datée du 6 janvier 2022.

Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo