Après le temps de l’indispensable rappel à l’ordre,vient le temps du pardon et des grâces paternelle
CAMEROUN :: POINT DE VUE

CAMEROUN :: Après le temps de l’indispensable rappel à l’ordre,vient le temps du pardon et des grâces paternelle :: CAMEROON

Le 31 décembre 2021, comme il est de coutume institutionnelle, le Président de la République, chef des institutions, a parlé aux camerounaises et aux Camerounais, aux amis et partenaires du Cameroun ainsi qu’à la postérité. Si c’était un rituel, incontestablement, c’était également un moment très attendu, tant nous avons traversé des épreuves et des soubresauts tout le long de l’année, tant les espoirs par-ci et par-là de lumières pour des solutions voire des réponses aux diverses attentes, ne faisaient aucun doute dans l’urgence.

Tout a été bien dit et entièrement explicité, dans une allocution dont le ton et les images, étaient suffisantes, pour rétablir quelques équilibres perturbés dans quelques esprits fertiles dans l’art de la spéculation morbide, et des publicités insensées voire criminels pour des prophéties sataniques. Certes, il est toujours difficile de réconcilier toutes les positions, de rassurer tout le monde, de taire tous les doutes et les craintes. Mais l’essentiel, c’est dans la synthèse ci-dessus, que nous mettons en exergue, et en faisons nôtre. En citoyens responsables, en patriotes, nous avons compris.

Le débat, la palabre, la dispute familiale au Cameroun ne tient plus en un pouvoir face à une opposition, mais bien à un choix simple, entre les partisans d’un dialogue franc et sincère avec pour ambition de promouvoir une paix réelle seule en mesure de préserver, de garantir et de protéger notre unité nationale et notre intégrité territoriale d’une part, et d’autre part les partisans du tout ou rien, de la fracture, du désordre, de la sécession fantaisiste, de la violence et des destructions pour satisfaire les ambitions de certains compatriotes sectaires, minoritaires, complotistes et bruyants.

Le président a parlé, avec la main en permanence tendue, et le langage du père franc, soucieux et conscient de ses responsabilités suprêmes. Il frappera quand, où et sur qui il faudra, et il fera ce qui est en faveur de notre bien-être et pour notre progrès.

Le MPDR a pris connaissance de la vague de condamnations intervenues la veille, des punitions en application des lois sur des bases matérielles irréfutables certes, mais dans la pure tradition des grands sages. En effet sanctionner et punir en fin d’année, peut exprimer, annoncer et prévoir le pardon, la grâce, l’appel à la prudence et à l’attention, pour l’apaisement à bref délai des rancoeurs et autres insatisfactions dans la grande famille. Laissez au père, qui seul sait, par ses pouvoirs, privilèges et prérogatives, programmer ses temps, ceux du blâme et de la punition, et ceux du pardon et des grâces le soin de méditer et de décider. Laissez au Président qui préside, laissez à Paul BIYA, dont le caractère profond ne fut jamais, n’a jamais été et n’est jamais celui d’un méchant fouettard et revanchard, le soin de son travail, de la direction du pays, et du nécessaire pardon. C’EST NOTRE PLUS GRAND VŒUX./.

Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo