RECHERCHE DOCTORALE: EXPERTS ET DOCTORANTS AFRICAINS A YAOUNDE
CAMEROUN :: éDUCATION

CAMEROUN :: RECHERCHE DOCTORALE: EXPERTS ET DOCTORANTS AFRICAINS A YAOUNDE :: CAMEROON

Du 6 au 10 décembre, le campus de l’Université catholique d’Afrique centrale (Ucac) abritele   4e  regroupement   de   collège   doctoral   régional   initié   par   l’Agence   universitaire   de   la Francophonie (Auf).

L’objectif est clair: aider les doctorants de la sous-région et des Grands lacs à mieux préparer leurs travaux de thèses, sous l’encadrement des experts et des chercheurs de ces deux régions.

C’est à ce dessein que l’amphithéâtre de l’Ucac, campus d’Ekounou, dans l’arrondissement deYaoundé 4, a servi de cadre à la cérémonie d’ouverture de ce regroupement, présidée par la directrice Afrique centrale et des Grands lacs de l’Agence universitaire de la Francophonie (Auf), Aïssatou Sy-Wonyu.

Des doctorants du Cameroun, du Tchad, de la République centrafricaine,du Gabon, de la République démocratique du Congo, du Congo Brazzaville, du Rwanda et duBurundi, étaient rangés en ordre de discipline, aux côtés de leurs maitres, experts des collèges doctoraux   régionaux   Mathématiques-Informatique-Bioscience   (Mathinbio)   et   Géoscience   del’environnement;   et   Humanité   et   Société.   

Le   directeur   de   l’Institut   de   Recherche   pour   le Développement (Ird) et le représentant de l’Ambassade de France, le recteur de l’Ucac, ont étéprésents   dans   le   panel   des   intervenants.  

Aïssatou   Sy-Wonyu   a   indiqué   que   les   doctorants bénéficieront de l’accompagnement humain, scientifique et financier inestimable, afin de leur permettre d’arriver au terme de leurs travaux de thèse. Elle souhaite qu’à leurs tours, «qu’ils deviennent des contributeurs actifs, au renforcement des écoles doctorales de la région; qu’ils rejoignent la grande famille des chercheurs d’Afrique; et qu’ils participent au rayonnement des universités   africaines».

Pour   le   recteur   de   l’Ucac,   Abbé   Jean   Bertrand   Salla,   la   mise   en perspective est de voir ses étudiants aller jusqu’au bout de leurs travaux. «Et pour que nous nous acheminions dans les années à venir vers une floraison de soutenances, qui rendront compte de l’intérêt que nous avons porté à ce regroupement initié par l’Auf», a-t-il déclaré. Jean Marc Hougard a rappelé les missions de l’Ird. «Nous nous sommes volontairement associés à l’Auf et à l’Ambassade de France pour apporter notre expertise au nouveau collège doctoral Humanité etsociété».  

L’institut   mettra   à   la   disposition   de   ce   regroupement,   des   experts   séniors   enanthropologue et  en  sociologue qui seront très présents et ce, pour apporter  expériences aux différents doctorants. Parmi les pays présents à ce regroupement, la République centrafricaine semble selon ses étudiants, vivre dans la précarité en ce qui concerne la recherche.

Corétha Bokiase réjoui de saisir cette opportunité qu’offre le regroupement de Yaoundé. «C’est un atout defaire   partie   de   ce   regroupement.   Nous   attendons   d’avoir   une   bourse   de   mobilité   et   d’être accompagnés durant nos travaux de thèse». Elle informe que son pays rencontre des problèmes d’équipements de laboratoire et surtout de financement à la recherche. 

Lire aussi dans la rubrique éDUCATION

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo