Le Minpmeesa remet les tout premiers agréments aux structures privées d'incubation
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Le Minpmeesa remet les tout premiers agréments aux structures privées d'incubation :: CAMEROON

Le Cameroun forme sa jeunesse à sortir du diktat de l'emploi salarié pour promouvoir l'entrepreneuriat et stimuler l'auto emploi dans un pays où le taux de chômage des jeunes diplômés explose.

Aussi, pour changer le visage de l'économie Camerounaise et impacter durablement sur la vie des populations, le pays s'est doté d'une vision décennale contenue dans la Stratégie Nationale de Développement (SND 2020-2030).

C'est dans ce cadre que le gouvernement à travers le ministère des Petites et moyennes entreprises, de l'économie sociale et de l'artisanat (Minpmeesa), a octroyé ce mercredi les tout premiers agréments aux structures privées d'incubation.

Sur les dizaines de structures privées d'incubation existantes, 4 ont rempli les conditions pour recevoir les tout premiers agréments.

Il s'agit de Jacky Felly Nafack Institute of Technology (JFN-IT), du Groupement des Femmes d'affaires du Cameroun (GFAC), de Digital Transformation Alliance (DTA) et N'lonako Valley Authority (NVA).
 
Achille Bassilekin III, le ministre en charge des Petites et moyennes entreprises de l'économie sociale et l'artisanat (Minpmeesa) qui présidait la cérémonie, a expliqué aux tout premiers bénéficiaires d'agréments que l'octroi de ces documents s'inscrivait dans le cadre de la dynamique des réformes et actions initiées par le département ministériel dont il a la charge et visant à améliorer les conditions de  gestation des PME, de promotion de l'esprit et de l'initiative privée. Car au Cameroun, 8 PME sur 10 survivent.

"Dans le cadre de la stratégie décennale qui vise la nécessaire transformation structurelle de l'économie et le développement inclusif, le gouvernement entend faire du secteur privé productif, le moteur d'une croissance économique pérenne et soutenue créatrice des richesses et génératrice d'emplois", a-t-il expliqué.

De leur côté, les structures privées d'incubation partagent cette initiative du gouvernement et estiment qu'une bonne formation des incubés peut-être à la base de la création de startups pérennes.

"Nous exprimons toute notre reconnaissance et gratitude au Minpmeesa pour cet appui. Et pour l'opportunité qui nous est offerte de soutenir la formation des jeunes à l'entrepreneriat. Et, de sortir de l'informel pour la légalité. Aussi, nous nous engageons à respecter notre cahier des charges. Nous devons être des modèles et de bons exemples", a soutenu Jacky Felly Nafack, porte parole du groupe des bénéficiaires des tout premiers agréments.

Parmi ces 4 structures privées d'incubation, le GFAC a été jugé éligible à bénéficier d'un financement de 50 millions FCFA pour son activité.

En rappel, les structures privées d'incubation ont pour principale activité l'accompagnement des porteurs des projets innovants.

 Elles ont aussi pour rôle de participer à la vulgarisation de la culture entrepreneuriale.

À ce jour, le Minpmeesa a déjà déployé plus de 2 milliards FCFA pour soutenir les incubateurs dans les universités d'Etat.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo