Importation : Le Cameroun réduit de 80% les droits de fret maritime
CAMEROUN :: ECONOMIE

Importation : Le Cameroun réduit de 80% les droits de fret maritime :: CAMEROON

Cette mesure présentée comme une réponse aux interpellations du Gicam est valable jusqu’au 28 février 2022 et renouvelable le cas échéant.

Le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, a signé le 16 novembre une décision réduisant le taux de fret à prendre en compte pour la détermination de la valeur en douane des marchandises importées par voie maritime. « Le montant du fret à intégrer dans la valeur en douane des marchandises importées par voie maritime est affecté d’un abattement de 80% de la somme totale effectivement payée ou à payer pour l’acheminement desdites marchandises, dans le contexte de l’augmentation inédite du coût de transport international des marchandises », écrit le Minfi.

Cette mesure, ajoute-t-il, est valable jusqu’au 28 février 2022 et renouvelable le cas échéant. L’incidence de cette mesure va ainsi permettre aux importateurs de bénéficier d’un rabais dans le cadre de l’acheminement de leurs marchandises par voie maritime. « Lorsqu’on veut déterminer les frais et taxes de douane à payer pour une marchandise, on y ajoute le fret et l’assurance. C’est ça la valeur en douane. Or, on assiste depuis presque huit mois à une augmentation inédite du fret maritime qui, en fonction des pays, augmente de 40 à 70%.

Normalement, c’est un gain pour l’État plus ça augmente. Mais ça rend la vie plus chère, ça renchérit le prix des marchandises. Donc ce que le ministre des Finances a fait dans son importante décision a été de neutraliser cette augmentation- là pour qu’on intègre plus le même niveau de fret dans la valeur en douane », explique Guy Innocent Diffouo, chef de la cellule de la législation à la direction générale des douanes.

Dans la décision signée du ministre des Finances, il est indiqué que cet abattement de 80% a été pris en considération de la proposition du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam). En effet, dans un communiqué publié le 9 novembre dernier, le Gicam a indiqué que « les entreprises de divers secteurs d’activités exposées à la hausse sans précédent des prix des produits à l’importation et du fret maritime avec des augmentations variant 20 à 400% ». Avec cet abattement substantiel, l’État affirme avoir consenti de laisser filer des recettes mensuelles de l’ordre de 12 à 15 milliards de Fcfa. « Il s’agit de garantir la secuirité alimentaire du pays en apportant un soutien aux entreprises », soutient Diffouo.

12 à 15 milliards de Fcfa par mois

En rappel le Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam) a récemment alerté l’opinion sur la menace d’une crise alimentaire qui guettait le pays dès janvier 2022 du fait de la flambée des prix de l’importation sur plusieurs produits par voie maritime. « Il est patent que dès lors que les entreprises ne sont plus en mesure de s’ajuster, elles envisagent purement et simplement l’arrêt des activités d’importation et de production au 1er janvier 2022. Dès cet instant, le risque de défaut d’approvisionnement des marchés deviendra réel avec comme corollaire majeur un risque de crise alimentaire et des conséquences sociales inévitables que nul ne souhaite », pouvait-on lire dans un communiqué de presse signé le 9 novembre 2021 à Douala par Célestin Tawamba, président du Gicam.

Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo