Comment l'héroïsme de Lazare Atou de trainer Ngoh Ngoh et Cyrus Ngo'o au tribunal modifie les cartes
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Comment l'héroïsme de Lazare Atou de trainer Ngoh Ngoh et Cyrus Ngo'o au tribunal modifie les cartes :: CAMEROON

Règlement de comptes. Il y a quelque chose d’étonnant avec Lazare ATOU. Avec lui, il s’y passe toujours quelque chose à la Une de l’actualité depuis qu’il a courageusement décidé de porter plainte contre le Dg du Pad et le ministre d’Etat Sg/Pr. 

Pourtant, vu des yeux des bons connaisseurs des arcanes du pouvoir, on a le sentiment que l’essentiel passe au travers de ces radars médiatiques décidément braqués sur lui. 

A savoir, ces changements qui s’opèrent, sans tambours ni trompettes, à la tête des structures sensibles dont la charge était jusque-là aux mains  des affidés de Ferdinand Ngoh Ngoh. Et de ces changements notables, aucun média n’en parle… On va dire d’emblée que ces changements, comme on vient de l’observer à travers les récents mouvements dans l’armée, ne sont nullement le fruit du pur hasard. Et le ministre d’Etat Sg/Pr le I sait. Surtout qu’il a commencé à le percevoir comme un désaveu. A tout le moins, pense-t-on dans les milieux du renseignement, après les dénonciations de Lazare Atou au Tcs, la belle mécanique dans les castings du président  de la République, s’esttrès rapidement mise en branle pour opérer des changements judicieux sur le plan du dispositif sécuritaire dans l’armée et au palais de l’Unité. Bienqu’en apparence, l’on donne l’air ainsi en haut-lieu de prendre tout son temps comme le python pour avalerses proies. BAROUD D’HONNEUR D’ailleurs, l’anecdote qui s’est emparée de ces changements au niveau du Bir, rapporte que tous les éléments de ce corps d’élite affectés au palais de l’Unité à côté de ceux de la Gp et de la Dsp, ont de ce fait été tous reversés à leur corps d’origine. 

De même d’autre n’explique l’origine de cette frénésie qui transparait dans ses actes. De sa posture de ministre d’Etat Sg/Pr, rongé par cette inconsolable et indicible angoisse des lendemains incertains, mais aiguillonné comme pour un dernier défi, tendu comme une corde de guitare et particulièrement dopé par une inextinguible soif de revanche, il a décidé d’abattre Lazare Atou par tous les moyens, en tentant un dernier baroud d’honneur. 

Pour une version plus longue, c’est le sentiment qu’on perçoit enLazare Atou face au rouleau-compresseur. Depuis sa dénonciation faite auTcs en date du 1er juillet 2021, de l’affaire Portsec portant sur le marché spécial de la sécurisation du Port de Douala-Bonaberi, affaire dans laquelle le ministre d’Etat secrétaire général de la présidence de la République (Sg/Pr), Ferdinand Ngoh Ngoh et le Dg du Pad, Cyrus Ngo’o, sont accusés d’avoir détourné une somme colossale de 53 milliards de Fcfa (une somme qui aurait pris la direction des paradis fiscaux), une véritable opération chasse à l’homme s’est curieusement engagée contre le cabinet Atou.Par Jacques Blaises Mvié y a quelquechose d’étonnant avec Lazare Atou. Avec lui, il s’y passe toujours quelque chose à la Une de l’actualité depuis qu’il a courageusement décidé de porter plainte contre le Dg du Pad et le ministre d’Etat Sg/Pr. 

Pourtant, vu des yeux des bons connaisseurs des arcanes du pouvoir, on a le sentiment que l’essentiel passe au travers de ces radars médiatiques décidément braqués sur lui. A savoir, ces changements qui s’opèrent, sans tambours ni trompettes, à la tête des structures sensibles dont la charge était jusque-là aux mains des affidés de Ferdinand Ngoh Ngoh. Et de ces changements notables, aucun média n’en parle… On va dire d’emblée que ces changements, comme on vient de l’observer à travers les récents mouvements dans l’armée, ne sont nullement le fruit du pur hasard. Et le ministre d’Etat Sg/Pr le sait. Surtout qu’il a commencé à le percevoir comme un désaveu. A tout le moins, pense-t-on dans les milieux du renseignement, après les dénonciations de Lazare Atou au Tcs, la belle mécanique dans les castings du président de la République, s’est très rapidement mise en branle pour opérer des changements judicieux sur le plan du dispositif sécuritaire dans l’armée et au palais de l’Unité. Bien qu’en apparence, l’on donne l’air ainsi en haut-lieu de prendre tout son temps comme le python pour avaler ses proies. 

BAROUD D’HONNEUR

D’ailleurs, l’anecdote qui s’est emparée de ces changements au niveau du Bir, rapporte que tous les éléments de ce corps d’élite affectés au palais de l’Unité à côté de ceux de la Gp et de la Dsp, ont de ce fait été tous reversés à leur corps d’origine. De même que ceux qui étaient chargés de la protection des membres de la famille présidentielle, à l’instar de ceux de Brenda, la fille du président qui aurait récemment séjourné au pays. Vrai ou faux ? Selon les chuchotis de ces gazetiers qui ne débordent pas particulièrement d’affection pour le ministre d’Etat Sg/Pr, poser la question, c’est déjà y répondre en observant seulement toute l’agitation et ce branle-bas incommodant qui gagnent davantage les rangs des hommes de Ferdinand Ngoh Ngoh. Pour eux, en effet, riend’autre n’explique l’origine de cette frénésie qui transparait dans ses actes. De sa posture de ministre d’Etat Sg/Pr, rongé par cette inconsolable et indicible angoisse des lendemains incertains, mais aiguillonné comme pour un dernier défi, tendu comme une corde de guitare et particulièrement dopé par une inextinguible soif de revanche, il a décidé d’abattre Lazare Atou par tous les moyens en tentant un dernier baroud d’honneur. Pour une version plus longue, c’est le sentiment qu’on perçoit en filigrane en lisant la correspondance qu’il adresse au ministre des Finances, Louis Paul Motaze, le 10 septembre 2021. Une correspondance qui apour objet : « déploiement opérationnel des missions spéciales du Consupe dans le contrôle et la vérification de la gestion parle cabinet Atou, des actifs résiduels des ex-Regifercam, Onpc et Oncpb. » Mais alors,avec quelle étonnant débauche d’énergie etde moyens ? Ce d’autant plus que, 2 semaines avant de mettre ainsi aux trousses du cabinet Atou, une meute de 18 inspecteurs et contrôleurs d’Etat du Consupe, il avait déjà mis en branle l’Anif pour que celle-ci remue toutes les transactions bancaires de ce cabinet conseil et même privées de Lazare Atou.Toujours « sur très hautes instructions »du président de la République … Comme si, quand on est un vice-dieu, un chef, un vrai, un homme d’ordre, confortable au sommet de la hiérarchie, on doit afficher la très haute opinion qu’on a de soi-même avec une ardeur inusitée. Pas de quoi nous émouvoir outre mesure… Et quedit la correspondance ainsi adressée à Louis Paul Motaze ? « Enexécution des très hautes directives du président de la République, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir mettre à la disposition de madame le ministre délégué à la présidence de la République, chargé du Contrôle supérieur de l’Etat, une dotation spéciale de105 184 500 Fcfa, pour la prise en charge des dépenses liées au déploiement opérationnel des missions de contrôle et de vérification susmentionnées (…) »

TÉMOIGNAGE
Cabossé par les accusations de Lazare Atou au Tcs, on dirait que Ferdinand Ngoh

Ngoh veut démontrerà suffisance qu’il est toujours en état demarche, tant que les leviers du pouvoir sont entre ses mains. Le président Paul Biya n’aurait-il pas besoin d’un Sg/Pr fort, décomplexé, conquérant ? Fait à peine croyable :à d’autres occasions(Can 2019, Covidgate,etc..), il n’aurait nullement manifesté le même zèle. Surtout pas la même débauche d’énergie dépensière des finances publiques comme l’atteste cette correspondance du 28 décembre2020 relative au déploiement d’une mission d’audit et de vérification de la gestion de l’université deYaoundé 2 Soa. Tenezà titre de témoignage! « J’ai l’honneur de vous demander defaire débloquer et de mettre à la disposition du ministre délégué à la présidence de la République, chargé du Contrôle supérieur de l’Etat, une dotation de vingt millions (20 000000) Fcfa, pour la couverture des dépenses inhérentes à la mission portée en objet », demande-t-il à l’occasion à Louis Paul Motaze.On est prié de ne pas s’esclaffer ! Car, tout se passe ici dans le calme et la modestie la plus raboteuse…Explication : on dirait que les canards boiteux dont les flancs sont déjà pourtant plombés de tous les scandales explosifs de la Can 2018, ne sont pas face à la guillotine branlante comme c’est le cas aujourd’hui face aux embarrassantes accusations de Lazare Atou au Tcs…Ce qui contribue à conforter davantage la thèse de ceux qui pensent que Ferdinand Ngoh Ngoh use désormais de sa position de pouvoir, avec les moyens humains, matériels et financiers del’Etat à des fins personnelles. Tous ces faits étant d’ailleurs-là pour révéler à profusion ces représailles flagrantes contre le principal témoin de l’accusation dans l’affaire Portsec/Pad pendante devant le Tcs. Il ne faut pas pour autant un petit mode d’emploi particulier pour le comprendre en voyantavec quelle fréquence, il organise depuis lors, des séances de travail avec certains hauts responsables gouvernementaux dans l’optique de se constituer son émirat personnede bras cassés, comme le confirme cette correspondance adressée le 29 septembre 2021 au Sg des services du Premier ministre. Tenez une fois de plus ! «J’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir vous faire représenter à la réunion prévue à la salle A 339 de la présidence de la République, le mardi 05 octobre 2021 à partir de 11 heures précises, consacrée à l’affaire sous rubrique. Votre représentant voudra bien se munir des éléments d’appréciation concernant le budget proposé pour la réalisation de l’audit, ainsi que des informations détaillées sur les cabinets pressentis pour cette mission »,demande-t-il avec une insistance pointilleuse à Séraphin Magloire Fouda, apparemment peu coopérateur. Pour la petite histoire, nos sources confient au passage que ce choix devrait se faire entre les cabinets Waterhouse, Deloitte et Mazars pour un budget qui oscille entre 300 et 400 millions de Fcfa.Du vrai grain à moudre…

GUILLOTINE 

Mais là encore, la paranoïa du ministre d’Etat Sg/Pr n’est ni nouvelle, ni cachée.Est-il encore besoin de rappeler que, dans sa logique de représailles contre le cabinet Atou depuis la dénonciationdu 1er juillet 2021 faite au Tcs, la première vague aura été d’obtenir « sur très hautes instructions du chef del’Etat » du 02 juillet 2021, l’annulation du contrat du cabinet Atou par le ministre des Finances et le ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières. Chose queces derniers n’auront pas pu exécuter, à la lecture de leur rapport adressé dernièrement au Sg/Pr. 

Et pour cause ? L’absence de motif contractuel. Et de ce fait, des lourdes condamnations auxquelles l’Etat aurait pu être exposé devant  les juridictions administratives que le cabinet Atou s’apprêtait déjà à saisir, au regard même de son recours gracieux qui aura fuité à travers les réseaux sociaux. D’ailleurs, il faut encore se souvenir, que ce même 02juillet 2021, d’autres « très hautes instructionsdu chef de l’Etat » demandaient au Sg des services du Premier ministre de recruter un cabinet indépendant pour l’audit de la gestion du même cabinet Atou. 

Seulement, on peut retrouver résumé dans cet acharnement jusqu’au-boutiste du Sg/Pr, tout ce qui laisse découvrir le vrai visage de Ferdinand Ngoh Ngoh : un cynisme radical, de bois et sanslimites. Un acharnement qui devrait nécessairement comporter une traduction politique : l’instinct de survie d’un vice-dieu ambitieux apparemment sur les starting-blocks,aujourd’hui en difficulté et en proie à d’intenses convulsions de colères noires et intérieures qui, dans un effort  quasi surhumain, se trouve confiné malgré lui dans le refus résolu d’échapper à la guillotine branlante du Tcs. 

Et qu’en est-il donc de Lazare ATOU ?Malgré le mauvais vent des boulets ahurissants, en fervent chrétien qui ne perd jamais son aplomb, il a la parole rare. Critiqué pour sa prétendue proximité avec le ministre d’Etat Laurent Esso ; accusé dans les journaux et sur les réseaux sociaux d’avoir pillé et bradé le patrimoine des ex-Regifercam,Onpc et Oncpb ; traqué par ces nombreux audits commandités dans son sillage pars es adversaires comme l’atteste un recours daté de l’année 2019 largement partagé dans les réseaux sociaux, il n’ignore pasqu’il est devenu la cible de ce rouleau- compresseur mis en branle contre lui. Si l’homme est méfiant, son large sourire ne le montre guère. Surtout qu’il atoujours décrié le caractère illégal de ces mesures de contrôle qui, d’après la loiN°2018/011 du 11 juillet 2018 portant code de transparence et de bonne gouvernance dans la gestion des finances publiques au Cameroun, ne s’imposent pas aux organismes privés. 

Sous des airs de fausses confidences, des informations concordantes font à cet effet savoir qu’en plus d’un recours gracieux effectué auprès du Consupe, le cabinet ATOU a d’oreset déjà déposé une autre plainte à l’encontre de toutes les personnes impliquées dans ces opérations qu’on taxe d’illégales, pour rébellion, abus defonction, coalitioncontre les lois, outrage à témoin, fabrication de preuves, détournement de biens publics,en coaction et complicité. 

De quoi craindrele pire, même si on a beau forcer le sourire.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo