Renouvellement des organes de base : Le RDPC entérine la sécession politique du NOSO
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Renouvellement des organes de base : Le RDPC entérine la sécession politique du NOSO :: CAMEROON

Le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), parti au pouvoir à Yaoundé revendique d’être présent dans les 360 communes que compte le Cameroun. Et pourtant, lors des opérations de renouvèlement de ses organes de base, aucune délégation n’a été présente dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

Les régions du Nord-ouest et le Sud-ouest sont elles coupées du RDPC. C’est la question qui vient après les opérations de renouvèlement des organes de base de ce parti. A cette occasion, l’émulation connue ca et là n’a pas été perceptible dans ces deux régions en proie aux revendications sécessionnistes. Le ministre de l’administration territoriale, Paul Atanga Nji, lors de l’une de ses sorties avait rassuré que la situation dans ces régions étaient sous contrôle. Il n’y avait donc pas de raison pour les délégations de supervision des élections de redouter une descente sur le terrain.

Au demeurant, qu’est ce qui a donc dissuadé le RDPC à competir dans le NOSO ? Le quotidien Le Messager parle de black out et explique « Comment le Rdpc a fui le Noso ». Silence radio,

blackout total sur le renouvellement des bureaux des organes de base dans les régions du Noso, alors qu'il y a peu de temps, le parti du flambeau ardent, s'est vanté d'y avoir fait carton plein aux élections sénatoriales, législatives et municipales.

Le journal recense « 65 sections Rdpc en zones interdites ». Dans l'impossibilité et l'incapacité à renouveler son personnel politique dans la soixantaine des sections du Noso, le Rdpc est obligé de revoir sa carte politique, conscient qu'il y a désormais des zones interdites.

Dans la région du sud, socle granitique du parti, on s’organise autrement. Par le Rassemblement Fraternelle du Sud (Refras), une rencontre de toutes les déclinaisons politique, administratives, sociales et culturelle. Elle s’est tenue dans la capitale de la region. Ce que le journal La Meteo qualifie de « grand bluff d’Ebolowa ». Au lendemain de la tenue, ce 16 octobre, du "Grand dialogue régional du Sud ", la plupart des Camerounais trouvent cette initiative opportunistes et dangereuse car portant les germes du repli identitaire.

Finalement, le NOSO est il exclu du RDPC ? La réponse vient de cet extrait du discours de Jacques Fame Ndongo, ministre et élite du sud lors de son discours d’ouverture de la rencontre « Eclairé par un adage de notre région qui nous apprend qu’une seule main ne peut pas attacher un fagot, nous avons opté pour l’addition et la multiplication en éradiquant la soustraction et la division, voire le divisionnisme, une plaie que nous devons expurger à jamais de nos schèmes mentaux »

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo