Molyko-Buea, jeudi 14 octobre 2021 : Sadness, tears and blood.
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Molyko-Buea, jeudi 14 octobre 2021 : Sadness, tears and blood. :: CAMEROON

La petite Louise Ndialle, à peine 5ans est tombée, sur le chemin de l’école. Sous le coup d’une balle de celui là même chargée de la protéger, dans une ville en proie aux velléités séparatistes. La tension est montée d’un cran. On a frôlé le pire chez le gouverneur dont les bureaux ont été pris d’assaut par une foule en furie. La presse en fait un large écho.

Le journal Emergence parle du « drame de Molyko ». Une élève tuée alors qu’elle se rendait à l’école. Des manifestations chez le gouverneur.

La Nouvelle Expression vient aussi rappeler un autre drame qui s’est produit dans la ville voisine de kumba ou des séparatistes avaient assassinés à bout portant sept élèves. « Assassinée sur le chemin de l’Ecole ». Le gendarme qui a tiré sur la fillette alors que sa mère la transportait à l’école, a été aussitôt lynché à mort par une foule en furie. Puis s’en est suivie une scène d’émeute dans la ville. L’armée confesse ses péchés dans un communiqué du ministère de la Défense.

Le quotidien Le Messager va plusloin pour parler de « Décapitée sur le chemin de l’école... ». Caro Louise Ndialle a été tuée par le tir d’un gendarme sur le véhicule dans lequel se trouvait lors d’un contrôle dans la ville hier. L’agresseur présumé, lynché à mort par une foule en furie. Toutes choses qui, selon le journal La Voix des jeunes ont mis « La Nation en larmes ».

Le quotidien Mutations a emprunté dans la langue de Shakerspear, proche d Buea pour s’interroger trois fois« Why ? Why ? Why ? » Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?. Un gendarme tue par balle une fillette qui se rendait à l’école et se fait lapider par une foule en furie.

Et L’Info à Chaud s’exclame « Plus jamais ça ! ». Par rapport au comportement irrévérencieux du conducteur de Molyko-Buea. Le gouvernement reconnaît la réaction inadaptée du gendarme au mépris du sacro-saint principe de précaution.

Devant ce drame qui a fait la peine, les larmes et le sang, le ministère de la défense a publié un communiqué. Pour le journal Le Soir, il s’agit des « clarifications du Mindef ». En regrettant le malheureux événement, Joseph Beti Assomo adresse ses condoléances les plus attristées à la famille durement éprouvée. Le communiqué rendu public par le Capitaine de Vaisseau, Atonfack Guemo Cyrille Serge, chef de la division de la communication précise qu’une enquête a été ouverte par les autorités administratives locales et les forces de Défense et de sécurité. Elle permettra de dévoiler les contours et les responsabilités de cet incident doublement mortel.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo