Yaoundé : Un  ingénieur agronome se suicide devant sa femme et ses enfants
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Yaoundé : Un ingénieur agronome se suicide devant sa femme et ses enfants :: CAMEROON

La tragédie se déroule ce dimanche 15  août 2021, dans le 3 ème Arrondissement de Yaoundé la capitale politique du Cameroun. 

Vidal Bodo, ingénieur agronome en service à l’Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD) de Nkolbisson à Yaoundé, était propriétaire un secrétariat et d'une vente emportée au lieu-dit Efoulan Pont. Selon selon épouse,  il  s'est donné la mort cette nuit, en se tranchant  la gorge, devant son épouse et ses enfants. D'après le récit émanant des siens, ces derniers ont été pris de court, et ont été incapables de réagir pour l'empêcher de se donner la mort. 

Selon le récit de son épouse que rapporte nos confrères du journal Échos Santé, Vidal Bodo s'est tranché la gorge  à trois  heures du  matin. « Mon mari s’est subitement réveillé dans la nuit. Il est parti à la douche. Quelques minutes après, je suis parti pour voir pourquoi il mettait autant de temps à la douche. A ma grande surprise, il me dit qu’il médite. Quelques instants après, il est sorti. Il est entré dans la chambre conjugale et a fermé la porte derrière lui. J’ai toqué et finalement, j’ai décidé de faire appel à sa première fille qui vient de réussir son Cep.

Elle a demandé à son père d’ouvrir la porte. Quand il ouvre la porte, il a un poignard à la main et menace de nous assassiner si on entre dans la chambre. Pris de peur, j’ai commencé à appeler à l’aide. Aucun voisin n’est sorti, je suis parti en courant au commissariat du 7ème qui est non loin de la maison. A mon retour, il s’était déjà tranché la gorge, les mains et le ventre », relate l'épouse dont les propos sont rapportés par Échos Santé. Le couple vivait derrière la mairie de Yaoundé 3, au quartier Efoulan.   

 Âgée de 11 ans la première fille de Vidal Bodo qui quitte l'école primaire pour la classe de 6 ème dès cette rentrée scolaire, il s'agit d'un grand malheur pour la jeune famille. Elle a vécu l'horreur de la mort de son père. Son récit des faits plonge l'assistance dans une profonde émotion où incompréhension, désolation et chagrin s'entremêlent. L'abondance de sang  au sol dans la chambre à coucher et à la chambre à coucher, témoignent encore de la gravité de l’acte.

Seulement, quelques esprits sceptiques et se revendiquent de la plus rigoureuse rationalité, doute de la thèse du suicide avancée par l'épouse de l'ingénieur, en arguant qu'il est trop peu probable qu'un candidat au suicide choisisse de se trancher la gorge au vu et au su de tout le monde, sachant très bien qu'il.peut être rattrapé, et même que cette tentative de se donner la mort, a peu de chance d'aboutir. " Je crois à la thèse d'un assassinat maquillé, avec certainement subornation de témoignage vis-à-vis des enfants. Il faut que la police judiciaire soit très méticuleuse sur cette affaire, et s'intéresse beaucoup à l'épouse du défunt. C'est une histoire difficilement cohérente", nous confie un criminologue que nous avons consulté.

De toute façon, il importe de laisser la police judiciaire faire son travail, et d'attendre sereinement le résultat des enquêtes, en accordant la présomption d'innocence à toute personne susceptible d'intéresser la police judiciaire dans le cadre de cette tragédie. Quant à la dépouille, elle a été déposée dans un funérarium de Yaoundé.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo