JEANNE-IRENE BIYA ÉTAIT AFFECTUEUSEMENT APPELÉE « MAMAN »
CAMEROUN :: LE SAVIEZ-VOUS

CAMEROUN :: JEANNE-IRENE BIYA ÉTAIT AFFECTUEUSEMENT APPELÉE « MAMAN » :: CAMEROON

La première épouse du président Biya décédée le 29 juillet 1992 était «la mère de la nation camerounaise », un symbole d’unité, d’amour pour son peuple.

29 ans après son décès, Jeanne-Irène Biya est décrite comme une femme d’une grande simplicité, discrète et généreuse, dont l’œuvre a été immense. Selon le site camernews ses anciens collaborateurs disent d’elle, qu’elle était maternelle.

« Madame considérait tous ceux qui travaillaient à la résidence à ses côtés comme ses enfants. Que ce soient les gardes du corps, les responsables du protocole, ou encore les cuisiniers et les jardiniers. Elle appelait tout le monde « mon fils », ou encore «ma fille », « mes enfants ». Toujours souriante, elle savait réconforter, après avoir écouté. Elle priait beaucoup pour le Cameroun, afin que les Camerounais soient heureux où qu’ils se trouvent », commente une proche et ancienne gouvernante à la résidence présidentielle du temps de Jeanne Irène Biya.

La première épouse du président Paul Biya ne souhaitait pas se mêler aux problèmes politiques. On se souvient tout de même de sa présence auprès de son époux lors des rencontres avec des hautes personnalités internationales. De Margaret Tatcher la dame de fer et Première ministre du Royaume-Uni, à Lady Diana la princesse de Galles qu’elle recevait deux années avant son décès.

Mais il est révélé qu’elle préférait se consacrer aux œuvres caritatives. Un couple de Soa à Yaoundé raconte d’ailleurs comment elle a investi dans l’aménagement de leur orphelinat, tout comme ses visites au pavillon Baudeloque sont inoubliables. Ces moments de communion avec ces jeunes enfants malades lui procuraient dit-on du bonheur. A son corps défendant, quelques temps avant sa disparition, les responsables de l’Hôpital central ont baptisé ce pavillon Jeanne-Irène Biya. Mais aux dires de certains de ses proches que Le Messager a approchés, cela semblait vraiment agacer cette sage-femme de formation, d’entendre tout le temps son nom à la radio.

Biographie de Jeanne-Irène Biya

L’ex première dame de Paul Biya est née en 1935 à Monengombo dans le département du Nyong-Et-Mfoumou.

Elle exerçait comme sage-femme à l’hôpital central de Yaoundé après avoir étudié à l’école des sages-femmes de Nantes. C’est en 1961 qu’elle devient l’épouse de Paul Biya. De cette union vont naître deux fils, Franck Biya et Roger Ndoumin.

En 1992, elle décède au palais de l’unité de Yaoundé des suites de courte maladie, de source officielle. En effet, elle se serait rendue au village de son époux, où elle avait un projet de lacs piscicoles et la veille de son décès, elle a fait une chute. Transportée par hélicoptère à Yaoundé, elle décède le 29 juillet à l’âge de 57 ans. Elle est inhumée le 1er août 1992 au palais de Mvomeka’a village natal de son mari. Des sources déclarent qu’elle souffrait de cancer depuis 10 années.

La défunte princesse Rabiatou Njoya se rappelant de ces moments nous informait qu’après le décès de Jeanne-Irène Biya, son époux sous le choc avait passé deux jours à Foumban, le temps de retrouver des forces.

29 ans après sa mort, le mystère plane toujours sur des circonstances de la fin de Jeanne Irène Biya. Certains pensent qu’elle a été tuée parce qu’elle demandait à Paul Biya de quitter le pouvoir.

Lire aussi dans la rubrique LE SAVIEZ-VOUS

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo