Pourquoi CALIBRI CALIBRO est Camerounais !!!
CAMEROUN :: SOCIETE

Pourquoi CALIBRI CALIBRO est Camerounais !!! :: CAMEROON

Samedi 22 février 2020, nous sommes au parc des expositions de la porte de Versailles. Le lieu est très animé, parce que c’est la rencontre annuelle des agriculteurs, communément appelée le Salon d’Agriculture. Au milieu de ce grand Forum Français, un groupe de camerounais attend. Ce groupe qui attend en toute tranquillité est aussi attentif à tout mouvement qui se déroule autour d’eux. Que font les Noirs dans une fête des agriculteurs en France ? Se demandent les curieux français qui passent par là. Ce ne sont pas des étudiants, encore moins des hommes d’affaires, ou encore des artistes qui veulent peut-être avoir quelques inspirations. Il faut noter que les membres qui composent le groupe ont tout fait pour se placer à la première loge, c’est-à-dire à un endroit où ils verront le président Emmanuel Macron passer. Ce dernier ne va pas tarder.

Au sein de ce groupe, un certain Calibri Calibro de son vrai nom Abdoulaye Thiam. Ce dernier est grand de taille, toujours coiffé de rastas, une face peu intelligente et une barbe crépue sous un menton rustique. Une figure affreusement triste, affreuse, jamais séduisante même quand son visage est au repos. Soudain au sein de ce groupe, il surgit tel un fantôme embarrassant et se met à hurler, il crie, un cri strident qui attire l’attention du président français, qui finit par le rejoindre. Devant le président français, tel un enfant qui pleurniche devant sa maitresse, Calibro vomit tout.  Il dit tout, tout ce qui lui vient à l’esprit, dans un langage vulgaire, jamais vu dans notre diaspora, il demande à Emmanuel Macron d'intervenir dans son pays. Tout indique une affaire savamment préparée. Un coup de voyou. C’est aussi ce jour-là que Calibri signe sa dénaturalisation, tout le monde doute désormais de sa « camerounité. » Puisque la carte d’identité qu’il détient porte le nom de  Thiam qui n’est pas une identité camerounaise.

Poussé à la faute, le président français, dans un langage peu diplomatique promet de mettre le maximum de pressions sur le Président Paul Biya. La vidéo fait le tour des réseaux. Calibro Calibri, comme dans un mauvais film où le chef bandit gagne, est aux anges. Il vient de marquer un coup, qu’aucun camerounais n’avait fait depuis le Général de Gaulle. Au retour, il gambade de joie, s’en va dans le 18ème prend un coup avec ses amis et fait une vidéo. Le voilà devenu une vedette de cinéma.  Héros médiocre pour certains, fantastique pour d’autres. Il reçoit les coups de fils tous les cinq minutes. Il est salué par les activistes du monde entier. L’homme cherchait le sommet, il l’a obtenu ce jour-là. Il est désormais une autorité morale auprès de ses camarades. Son rêve d’enfance vient d’être couronné.

Dans les hautes sphères du gouvernement camerounais, c’est la stupeur. Les camerounais d’habitude, on le sait, sont des gens civilisés. Qui a osé appeler le nom du Président Paul Biya pour dire des idioties ? Se demandent ses ressortissants.  Le lendemain, une marche de protestation est organisée devant l’ambassade de France à Yaoundé.

Les camerounais rappellent la souveraineté de leur pays et le devoir de respect envers son président. Désormais, les agents ont les yeux sur Abdoulaye Thiam alias Calibro Calibri. Ce sobriquet annonce les couleurs. Soit cabri, soit calibre. Yaoundé ne veut plus le reconnaitre comme camerounais. Le nom qu’il porte sonne sénégalais et malien.

Faisons une tentative d’explication pour dire pourquoi un camerounais peut s’appeler Thiam.  Diverses raisons poussent, un aventurier à porter un nom malien ou guinéen au cours de son aventure. Je dis bien malien ou guinéen. Car, le faux n’est pas possible au Sénégal en matière de fabrication de document officiel.

Tout camerounais se rendant en Afrique du nord, passe par le Mali, une fois arrivé dans ce pays, il change de document pour faciliter son entrée au Maroc ou en Algérie. Les ressortissants maliens, guinéens et sénégalais n’ont pas besoin de visa pour entrer dans ces territoires de l’Afrique du nord. Certains prennent des noms. Moussa Coulibaly, Kaloga Traoré, Amineta Diallo, etc. Ces noms sont souvent ceux de leur parrain pendant leur séjour. Au Mali, je m’appelais Camara Laye en souvenir de l’écrivain guinéen. Ce qui est curieux dans le cas de Calibri Calibro, il détient une carte d’identité Camerounaise et s’appelle Abdoulaye Thiam.

Il y a des souvenirs qui me reviennent à l’esprit, j’aimerais le dire ici. Entre 1980 et 1995, beaucoup d’étrangers résidant au Cameroun, en l’occurrence les maliens, les guinéens, nigérians, ghanéens possédaient la carte d’identité camerounaise. Ils l’établissaient sans problème jusqu’à l’obtention du passeport. Dans les contrôles, les nigérians se passaient pour les anglophones camerounais, et les maliens et guinéens disaient qu’ils étaient du nord Cameroun. J’ai vécu au Sénégal, la plupart des sénégalais ayant résidé au Cameroun possédait une carte d’identité camerounaise en carton à l’époque, c’était toujours suivi par la question rituelle : « tu es de douala ou de Yaoundé ? »

Pourquoi Calibri Calibro est camerounais.

Depuis la nuit des temps, il y a des rencontres et des unions entre Les femmes camerounaises et les étrangers (Africains et Européens) qui voyagent dans notre pays pour des brefs séjours. A la suite de tels rencontres amoureuses temporaires, l’étranger peut enceinter la jeune fille et il disparaît. Devenue mère d’un orphelin, la maman préfère souvent donner à l’enfant le nom de son père évanescent. Par ailleurs, les cultures des pays comme la Mali ou le Sénégal sont compliquées. Généralement, lorsque ces hommes sont au courant que leurs copines sont enceintes, ils prennent la poudre d’escampettes. Ils ne veulent pas épouser une étrangère. La mère, malgré sa déception associe le nom du géniteur en fuite à celui de l’enfant. Au vue des agissements de Calibro Calibro, on peut imaginer qu’il est le fruit d’un enfant qui a eu une carence d’amour paternel, et ceci justifie sur son manque d’éducation. Il ne respecte personne, il dit tout, sans discernement. Il prend des risques. 

Qu’est ce qui fait l’identité d’un camerounais ?

Il y a plusieurs éléments : c’est d’abord son physique. Calibri est noir, il est pugnace et bavard, il y a  sa langue maternelle,  Calibro Calibri parle la langue Mboo de Pendja, il parle couramment le pidgin. Ensuite c’est l’art culinaire, il mange tout ce qui est camerounais avec appétit ; il a l’accent camerounais sans oublier son humanisme. Ce garçon est doté d’un humanisme rare dans nos sociétés. Pendant son aventure, il a toujours porté secours à tous ses congénères qui se trouvaient dans la peine en chemin ; il n’aime pas voir les gens souffrir.

Je tiens à rappeler hors du Cameroun, personne ne peut s’autoproclamer camerounais   alors qu’il ne l’est pas. De même, il est difficile pour un camerounais de se mêler à une diaspora sénégalaise, en prétendant être sénégalais ; ils le sauront.

 Les moments de disette passés au Maroc l’ont révolté. La misère au Maroc pousse de jeunes africains, surtout les nigérians à pratiquer la mendicité. Certains camerounais mangent dans les poubelles, d’autres tombent dans la feymania, alors qu’ils étaient des gens normaux et correctes au début de leur aventure. Le Maroc est dur. Si tu y arrives, saches que c’est pour souffrir, la vraie souffrance. En effet, il n’y a pas de travail même pour les marocains dont la population est en pleine croissance. 

Calibri Calibro arrive en occident.

Calibri Calibro est arrivé à Paris, il a été séduit par les premiers activistes dénommé le CODE. Ceux-ci le trouvent courageux malgré ses prises de position en contrepèterie qui irritent très souvent les intellectuels du groupe. Et au fil des années, il a découvert d’autres personnages congolais qui s’étaient illustrés dans les manifestations d’ambassades de leur pays. Le gouvernement de Kabila à l’époque avait fait pression sur la France et ceux-ci sont en prison aujourd’hui. Ce sont les congolais de Kinshasa qui inspire Calibro. L’Afrique copie tout. C’est son habitude.  Il y a chez Calibro Calibri, comme je l’ai dit une forme de dualité :  le côté humain et animal qui coexistent fortement.  Quand il prend l’état animal il est bon. Quand il prend l’état humain, il devient animal. C’est peut-être là que réside la force de ce jeune homme. Et cela apporte une certaine résonnance à son caractère.     

A Paris, des proches du quartier Makéa de Douala vont lui accorder l’hospitalité temporaire dans ses débuts. Dans une petite chambre qu’il occupe souvent dans une ville du 91. Toujours enfermé dans la chambre. Lorsqu’il manque d’air, il étouffe ; et comme il n’a que la chambre, avec interdiction de sillonner au salon, il est obligé de dormir. C’est alors que Calibro Calibri va dormir entre 20 heures et une semaine. A ces moment-là, tous ses camarades le recherchent partout : Où est Calibri ? il dort. Le jour qu’il se lève, il est régénéré ; il peut alors prendre son téléphone et faire son direct. Et, malgré son manque d’instruction, Il dégage curieusement ce petit quelque chose, qui draine la foule virtuelle à le suivre religieusement.

Qui est-il ? Ce Calibri Calibro.

Personne jusqu’à ce jour n’est capable de dire avec certitude où il a résidé au Cameroun. On retrouve ses traces à Pendja dans sa prime jeunesse, puis au quartier Makéa de douala, après un détour au feu rouge Bessengué.  A son arrivé en France, il a cherché une voie. Par chance il trouve un groupe dénommé le CODE. Dans ce groupe il va s’imposer par son courage. C’est là qu’il se dessine une carrière. Les gens l’aiment parce qu’il est courageux.  Il devient le bras séculier des leaders. C’est dans le CODE qu’il fait ses premières actions décisives. Dans le CODE il y a déjà beaucoup d’agitateurs qui menacent le pouvoir en place. Ceux-ci écrivent et crient haut et fort… que le Cameroun va mal, et qu’il ne tardera pas à retrouver sa grandeur, sa fierté et son rayonnement. Sur le champ, Calibro croit en ces activistes. Il avait la foi, mais elle va s’accroitre ici quand il voit des personnages se livrer avec emphase. Il ne connait forcément pas les règles ou les stratégies, mais il sait les appliquer dans la vie sociale, sans grand intelligence, il utilise l’essentiel, c’est-à-dire son instinct et sa spontanéité. 

Et un jour, il devient le père de la division en occident. À partir de ce moment, il crée le mouvement appelé « brigade anti-sardinard. » C’est un homme qui ne vole pas.  Il n’est pas un fêtard. Mais un têtu.  La brigage anti-sardinard a créé la brigade des tontinards.  Un autre groupe puissant va naitre les Ekang. Des mouvements qui divisent singulièrement ; à la suite de cette création ils se sont rapprochés très clairement des partis qui favorisent leur action. Le mal c’est que la plupart n’ont aucune formation politique, ils ne connaissent que le vandalisme. Ils n’ont aucun respect des institutions aucun respect des valeurs humaines, les brigades insultent des gens à longueur de journée, par manque d’arguments.

En 2018 c’est l’heure des élections présidentielles au Cameroun, il découvre à la télé Maurice Kamto. Pour lui c’est son heure aussi qui a sonné. La défaite de ce candidat le met dans une posture qu’il ne quittera plus.  Il répondra présent à toutes les opérations violentes. Il est toujours présent, et à l’heure, et il fait peur. Il conteste tout, il s’accroche à tout il ne veut plus rien écouter.  On a même peur de lui parce qu’on croit qu’avec son physique d’athlète il est physiquement fort. Pourtant, le courageux Calibri est plus faible qu’une femme. Il ne parle qu’en groupe. Seul, Calibri n’est qu’une mouche. Je me souviens l’avoir rencontré dans un train sur la ligne D, aux environs de 22h. j’avais arboré le maillot des lions, je me suis assis à ses côtés. Il a ouvert des grands yeux, croyant que je venais l’arrêter, il a eu la peur de sa vie. Il fixait la fenêtre comme s’il voulait s’envoler. Je lui ai dit : « n’aie pas peur. »  Il tenait entre ses mains des calicots, il m’a dit qu’au prix de sa vie, il ne cessera l’activisme tant que le président Paul Biya est au pouvoir. Ce jour-là en vérité, j’ai découvert un jeune homme ordinaire, simple mais qui sûrement suivait une troupe comme un mouton de panurge.

Que vaut la brigade anti-sardinard ?

Généralement une personne qui n’était rien au Cameroun dès qu’il est arrivé en Europe croit qu’il est supérieur à ceux qui sont restés au pays. Il prend la position de donneur de leçon malgré son bas niveau de culture. Le fait pour lui d’avoir séjourné chez l’homme blanc lui fait croire qu’il a qualité pour parler au nom de tous camerounais du pays. C’est aussi ça le mythe de Paris, où on s’égare entre deux cultures, l’une qu’on veut débarrasser l’autre qu’on veut accéder. Et souvent on choisit et on choisit mal. Je vis depuis une dizaine d’années en Europe pour confirmer que les plus mauvais modèles de camerounais toute catégorie confondue se trouve en occident. Ils sont des camerounais pleines d’illusions, jaloux, hypocrites et vantards.

Les « Benguistes » camerounais sont des hommes partagés, persuadés d’appartenir à un grand pays. Le Cameroun. Ils sont désireux d’être admirés et aimés comme ils croient le mériter. Ils s’affirment, vantent leur personne, et quelquefois leur pays. Adorent les décorations, parlent le pidgin pour leur fierté, et tiennent à faire partout figure d’individus singuliers, sinon exceptionnels. Ils s’adaptent rarement aux mœurs des sociétés qui les entourent, et ne se conforment pas aux usages du pays d’accueil. Ils ont fort peu de goût pour les assemblées nombreuses, et les regroupements nécessaires, car ils sont caractérisés par l’individualisme critique et intraitable qui est la marque. Le camerounais dira toujours, « je n’entre pas dans les milieux camerounais. » Une attitude qui est d’ailleurs leur pire défaut et en même temps les plus précieuses de leurs qualités. Fidèles à leur pays, épousent une étrangère et restent camerounais, ils voyagent parfois en groupe, à l’étranger les données changent chacun prend sa route. Peu honnêtes. C’est tout de même des personnages extraordinaires, à la fois pittoresques ; malgré leur éloignement avec le terroir, ils ne rompent jamais avec le réel, ils savent où retrouver tout leur cocon. On les dit puissants. Regroupés en village, toujours bien informés, rêveurs et mystérieux, ils courent le monde pour répandre la lumière, ils ne mentent jamais, mais ils sont ce qu’ils sont.  Pédant.

En 1965 le Général de Gaulle a livré les agitateurs Upécistes en Afrique et l’affaire était close. Les activistes de l’heure, je persiste à croire que, l’Etat Camerounais a encore besoin d’eux. Quand on aura plus besoin d’eux, je doute fort qu’ils ne soient pas « touchés. » Personne n’est à l’abri même pas ceux qui écrivent comme nous. La diplomatie camerounaise a toujours été une diplomatie lente, nonchalante même, à la fin très efficace. Souvent ils font semblant d’oublier. Quand ils rient, méfie-toi, tu ne sais pas s’ils ouvrent la bouche pour te mordre.

Les activistes leur servent encore de motifs pour déstabiliser le MRC, c’est dommage que les membres de ce parti ne comprennent pas. C’est pourquoi ce parti en gardant son silence assombrit son avenir. Les partis camerounais sont essoufflés par la machine camerounaise très stratégique. Les activistes viennent en renfort comme des professionnels de football qui viennent souvent renforcer l’équipe nationale. Mais ils utilisent un mauvais moyen, parce qu’une fois que le président qui est garant des institutions est humilié, ses troupes se remobilisent. Il renait de nouveau, d’où le symbole de renouveau. C’est pourquoi on parle aujourd’hui de sphinx ; c’est une haute pratique mystique.

Jusqu’à ce jour il n’y a pas encore eu d’action de force des services camerounais contre qui que ce soit, les déclarations qui font allusions à ce genre de faits sont des simples allégations venues de la peur.  Les camerounais frappent là on s’attend le moins. Il serait aussi temps de savoir arrêter, quand on vous voit trop, vous finissez par énerver. Et même si vous êtes dans la résistance, il y a des moments où les gens ne les soutiendront plus. Il faut toujours donner de bons conseils à nos « amis » de la BAS.

Un mauvais président français ne va pas les laisser continuer, le futur président va vouloir renouer avec l’Afrique et la seule façon il fera comme De gaulle. Les russes sont en Afrique, l’OTAN n’est pas contente, et le Cameroun est une plaque tournante, ils seront obligés de livrer les opposants au régime pour redorer leur blason. La France n’acceptera pas perdre le Cameroun comme elle perd la Centrafrique ou le Mali.

Paul Biya aujourd’hui agit en sage, mais le nouveau président va leur tenir tête comme Paul Kagamé, ce dernier ne tarde pas à supprimer ses opposants où qu’ils se trouvent.

Il ne faut pas aussi oublier qu’une ambassade a le droit d’abattre une personne qui entre dans son enceinte sans son autorisation. Jusque-là le Cameroun n’a pas opté pour ce genre d’action. Il faut admirer ce grand sens de l’honneur.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo