Cameroun, la République du japap !
CAMEROUN :: FRANCAISCAMER

Cameroun, la République du japap ! :: CAMEROON

Pendant que d’autres peuples réfléchissent sur le développement de leur pays et sur leur postérité, la population camerounaise est plutôt focalisée sur les faits divers et sur le japap. Et ensuite, elle s’étonne d’être manipulée par des incompétents qui sont au pouvoir depuis quarante ans…

La République des faits divers

Pendant que d’autres populations avancent, nous nous sommes plutôt concentrés sur les faits divers ! Nous nous sommes focalisés sur le procès qui oppose Martin Camus Mimb au collectif d’avocats cornaqué par Me Dominique Fousse. Nous sommes préoccupés par les propos du père de la petite Erica Mouliom, cette jeune fille qui a été tuée dans un accident de voiture impliquant l’artiste-musicien Tenor.

Le Cameroun est une République de faits divers. Nous sommes toujours préoccupés par la dernière information qui fait le buzz. Le peuple camerounais a complètement perdu le sens de ses priorités, au point où une femme qui accouche de quintuplés va devenir plus importante que le rapport d’audit sur l’utilisation de nos 180 milliards…

La République de la vie privée d’autrui

La vie privée d’autrui ici, cela n’a aucune intimité. Au contraire ! On se bat tous les jours pour savoir finalement qui est le vrai papa de l’enfant de Nathalie Koah. On veut connaître le vrai géniteur du politicien Gilbert Baonlag. On s’incruste tout le temps dans la vie privée des personnalités publiques comme Pierre La Paix Ndamè, au point où on est même parfois plus informés sur lui-même que certains autochtones qui habitent à Dibombari…

Le japap ! Le Camerounais ordinaire aime trop parler de la vie privée des autres, et il met surtout l’accent sur leurs salaires et sur leurs principaux défauts. La Camerounaise ordinaire veut toujours connaître l’origine de ta greffe brésilienne ou de ta nouvelle robe. Les habitants d’ici sont généralement des voyeurs, à vrai dire, puisqu’ils aiment voir les clashs en direct et qu’ils se préoccupent principalement de la vie privée de leur entourage. Et donc, quand tu passes devant tes voisins tous les matins, tu ne t’imagines même pas qu’ils sont déjà en train de décortiquer ta vie de A jusqu’à Z.

La République du scoop

Les gens qui sont sur Internet veulent toujours démontrer qu’ils sont les premiers à détenir une information importante. Et pour cela, ils balancent des fake-news !

C’est chacun qui veut vous prouver qu’il était le premier à avoir appris une mauvaise nouvelle (dès que quelqu’un est malade, on annonce déjà qu’il est mort). Et voilà comment on ne vérifie plus grand-chose, et ensuite, on balance du n’importe quoi ! La recherche du scoop à tout prix a poussé certains individus à se méfier des informations qu’ils rencontrent sur les réseaux sociaux.

Certains médias en ligne ont perdu toute crédibilité. Certaines personnalités fiables qu’on considérait auparavant comme des personnes ressources, sont dorénavant perçues comme des informateurs fades. Et il n’y a que des lanceurs d’alertes méthodiques et bien documentés, comme mon ami Boris Bertolt, qui surnagent un peu dans ce paysage rempli de désinformateurs et de manipulateurs des consciences…

La République des mauvaises mœurs

Que dire ? Que nous sommes dans une République à la sexualité anarchique, ou alors, dans un territoire administré par le grand maître Bacchus lui-même en personne ? Hein ? Est-ce que je dois encore vous apprendre que nos mythologies sont désormais dans les églises de réveil, et que les cours de morale ont été supprimés de l’éducation nationale pour laisser la place à des enseignements sur le cunnilingus ?

Les bonnes mœurs au Cameroun, elles n’ont plus de valeur ! Les gens veulent devenir milliardaires par les chemins les plus courts, que ce soit en volant l’argent du contribuable ou alors en se servant d’un miraculeux porte-monnaie magique. Les parents ont cessé de professer les bonnes valeurs à leur progéniture, puisqu’ils laissent leurs fillettes sortir en mini-jupe et ils ne leur demandent jamais d’où est-ce qu’elles ont ramené tout cet argent. La prostitution est devenue la normalité dans tous les groupes WhatsApp. La gendarmerie commence aussi à se mêler des histoires de sextape et de partouzes. Les jeunes Camerounaises sont dans les bureaux en train de sucer les micros des gens parce qu’elles veulent devenir des influenceuses, et il y a des hommes comme Shakiro qui sont des stars parce que l’homosexualité est vraisemblablement devenue un moyen de réussite…

Cameroun, la République des futilités !

Donc pendant que d’autres pays réfléchissent sur le développement de leur nation et sur leur prospérité, la population camerounaise est plutôt focalisée sur les inutilités et sur le kongossa. Et après, elle va s’étonner d’être manipulée par des irresponsables qui sont au pouvoir depuis 1982…

La République du japap ! Tous les jours, on coule des larmes lorsqu’il y a un accident de la circulation sur nos axes-lourds, mais dix minutes, après les Camerounais sont déjà passés à un autre fait divers. La République du bavardage ! Les gens d’ici font comme s’ils s’émeuvent de la situation dramatique qui prévaut au Nord-Ouest et au Sud-Ouest, mais en réalité cette barbarie n’est qu’un banal sujet de conversation. La République de l’inconscience et de l’immobilisme, parce que tout ce que je critique aujourd’hui fera encore partie de nos mentalités d’ici cinquante ans !

Puisque nous sommes une République de faits divers, nous sommes une République de la vie privée des gens et nous sommes dans une société qui est essentiellement constituée de mauvaises mœurs. Nous avons déjà banalisé la violence, à tel point que nous sommes perpétuellement à la recherche d’un nouveau scoop ou d’un mauvais buzz.

Nous sommes tellement focalisés sur le japap, au lieu de se préoccuper des vrais problèmes qui concernent l’avenir de notre pays le Cameroun…

Lire aussi dans la rubrique FRANCAISCAMER

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo