Séjour sous haute tension pour Paul Biya à Genève
SUISSE :: POLITIQUE

SUISSE :: Séjour sous haute tension pour Paul Biya à Genève :: SWITZERLAND

L’ambassade du Cameroun en Suisse veut faire empêcher une manifestation de la BAS visant à déloger le chef de l’État de l’hôtel Intercontinental

Sur fond de surenchère, la Brigade anti-sardinards (BAS), un regroupement de Camerounais de la diaspora hostiles au président de la République et à son gouvernement, a lancé depuis hier lundi une opération dénommée « 5000 Camerounais sur Genève », pour déloger Paul Biya et son épouse de l’hôtel Intercontinental où ils seraient logés depuis leur arrivée dans la capitale suisse, le 11 juillet. La manifestation est envisagée pour le 17 juillet prochain, et l’ambassade du Cameroun en Suisse prend la menace très au sérieux. Dans un communiqué, le chef de la mission diplomatique du Cameroun dans la fédération helvétique, Léonard Henri Bindzi, se dit outré par « un projet insensé » « qui vise à déstabiliser nos institutions en s’en prenant à celui qui les incarne », et condamne « une attitude irresponsable et haineuse » de la part de ses initiateurs.

L’ambassadeur invite, par ailleurs, les membres de la diaspora camerounaise de Suisse et des pays voisins « à ne pas s’associer aux manœuvres inacceptables visant par ailleurs à ternir l’image [du Cameroun] et à porter atteinte aux excellentes relations d’amitié avec notre pays d’accueil, dont les autorités, notamment celles en charge de la sécurité, ont dument été saisies au sujet de cette situation ». Les diplomates camerounais en poste en Suisse sont confrontés à un immense challenge : mettre tout en œuvre pour éviter que les « vacances d’été » du chef de l’État ne soient perturbées. Paul Biya ne tolérerait certainement pas que les activistes de la BAS le poussent à nouveau à écourter son séjour douillet au bord du très mythique lac Léman, comme en juin 2019. Le président de la République avait été prié par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) de quitter précipitamment la Suisse, la veille d’une nouvelle manifestation de Camerounais devant son hôtel.

Les autorités suisses voulaient à tout prix éviter un nouvel incident sur leur territoire après que des éléments de la garde président camerounais ont roué de coups un journaliste de l’audiovisuel public suisse qui couvrait une altercation entre ceux-ci et des activistes camerounais. Six agents de la sécurité de Paul Biya avaient d’ailleurs été condamnés avec sursis et immédiatement expulsés de la Suisse à la suite de cet incident. Et depuis lors, le président de la République avait comme pris des distances avec ce pays.

Son nouveau voyage dans la capitale mondiale du multilatéralisme est résolument sous haute tension, et il est manifestement dans l’intention du chef de l’État de faire un pied de nez aux activistes de la BAS qui se bombent le torse en soutenant que c’est grâce à leur action que Paul Biya limite depuis deux ans ses fréquentations dans les capitales européennes.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo