Eric Golf Kouatchou: « Cette distinction est une invite à mieux faire pour mon pays »
CAMEROUN :: DIASPORA

CAMEROUN :: Eric Golf Kouatchou: « Cette distinction est une invite à mieux faire pour mon pays » :: CAMEROON

Le journaliste, Correspondant de Canal 2, en France, et président de l’Union des Camerounais de l’Etranger, qui avait été abusivement arrêté à Douala puis gardé à vue pendant onze jours, est l’un des 21 récipiendaires méritants de la promotion du 20 mai 2021. 

« Je remercie le Chef de l’Etat pour cette distinction qui sonne comme une invite à mieux faire pour le développement de notre pays. Je remercie le PDG de Canal2, Emmanuel Chatue et Madame, je remercie Eric Fotso et Madame, je remercie mes collègues et ma famille pour leur soutien. Je suis conscient des attentes que suscite ma distinction de Chevalier du Mérite camerounais. Cette décoration signifie que quand on pose des actes, quand on travaille pour le pays, c’est reconnu. Cela me met la pression de devoir faire mieux encore ». Visiblement très ému, Eric Golf Kouatchou, ne boude pas ce moment de plaisir, qui s’apparente à une revanche sur le sort, qui semblait s’acharner sur sa personne, il y a seulement 15 mois.

Devoir d’exemplarité 

Le journaliste et promoteur associatif,était sorti miraculeusement indem de l’emballement encore difficilement compréhensible dont il a été victime, avec son arres tation le 02 avril 2020, à Douala.

« Je sais aujourd’hui que j’ai été très chanceux de m’en être sorti ainsi et encore plus d’être encore vivant. Je me demandais ce que je faisais en cellule et surtout combien de temps ça va encore durer ». 

Réagissait Eric Golf à l’annonce de la mort en détention de Samuel Wazizi, mesurant alors à quel point il l’a échappé belle en avril 2020, lorsque, venant au Cameroun à titre privé, il s’est soudainement retrouvé en garde à vue pendant presque deux semaines.L’affaire avait fait grand bruit mobilisant le monde de la presse au Cameroun, en France et dans le monde. Une pression qui a probablement joué pour mettre fin au calvaire du journaliste et prés ident de l’Union des Camerounais de l’Etranger (UCE) qui promeut l’accueil et l’intégration de nos compatriotes hors du triangle national. Aussi, lorsqu’il est appelé pour recevoir sa médaille, des mains de SEM André-Magnus Ekoumou, on entend quelques murmures du fond de la salle. D’aucuns semblent voir dans ce geste, une reconnaissance par l’Etat camerounais du tort qu’il a causé à notre confrère et une volonté de réparation.

Un argument qui serait battu en brèche si l’on s’en tient aux dires de M. Golf lui-même, avouant que c’est sous SEM Lejeune Mbella Mbella, alors Ambassadeur du Cameroun en France, que la demande de distinguer le journaliste avait été formulée, soit plus de 5 ans auparavant. 

Quoiqu’il en soit, la reconnaissance de la nation à un compa- triote est à la fois un acte de célébrité et à appel à un devoir d’exemplarité. Une exemplarité dont il a su faire preuve même au plus fort de la tourmente.

Lire aussi dans la rubrique DIASPORA

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo