EXAMENS OFFICIELS : OBC... à l’autel du sacrifice
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: EXAMENS OFFICIELS : OBC... à l’autel du sacrifice :: CAMEROON

Réception des épreuves, dispatching dans les centres et sou centres, corrections, délibérations et proclamation des résultats sont les missions de l’organe chargé du déroulement des examens au Cameroun.

L’Office du Baccalauréat du Cameroun (OBC) est un maillon très important dans le processus du déroulement des examens relevant de ses compétences, mais son rôle est purement opérationnel. « L’Office du Baccalauréat s’occupe du volet administratif et technique des examens. Pour le moment, on est à la première étape qui est celle des compositions. Après cette étape, ce sera la phase des corrections et délibérations et enfin la proclamation des résultats définitifs pour certains et partiels pour d’autres. Ceux qui ont eu les résultats partiels, pourront passer à la phase pratique et pourront donc avoir les résultats définitifs », explique une source interne.

Et de poursuivre, « c’est vrai que cet aspect pratique est en train de sortir du circuit des examens, je pense que c’est la dernière année. Prochainement, l’écrit et la pratique vont se dérouler en une étape ». Grosso modo, « l’Office du Baccalauréat du Cameroun s’occupe de l’organisation et de la certification ».

Sélection des épreuves

La sélection des épreuves est une étape cruciale. « L’Office du Baccalauréat prend la banque des épreuves par exemple de géographie ou histoire, tire une enveloppe. Lorsqu’une épreuve est tirée, elle est multipliée. Nous n’avons même pas le droit de savoir quel en est le contenu, encore que ce n’est pas nous qui faisons les programmes. Et tout le monde n’a pas accès aux épreuves jusqu’au partage dans les régions. Nous, nous organisons, on s’assure que tout est mis en place, on met en musique tous les éléments légaux administratifs et techniques pour organiser », fait savoir un responsable de l’OBC.

Et en plus, «il faut s’assurer que le matériel est disponible, que les élèves auront les épreuves, que les chargés de mission sont déjà là, que les surveillants sont disponibles, que les paiements seront faits, que les salles de classe sont disponibles ». Dans la même veine, poursuit notre source, « on rend disponible les textes qui régissent les examens de l’OBC. On prend tous les actes administratifs visant à désigner les auxiliaires aux chargés de mission, on prépare ceux relevant de la signature du ministre, comme la désignation des chargés de mission, les présidents de jury, la réorganisation des centres et sous-centres en fonction des effectifs ». Autre chose : « les inscriptions démarrent avant toute chose. C'est les effectifs recensés qui permettent la suite du travail en ce qui concerne la reprographie de sujets, la quantification du matériel... ».

« Après ce volet, on s’organise sur le volet technique qui commence par l’inscription des candidats. Il faut créer les centres d’examens et sous-centres, designer les chefs de centre, faire des découpages par jury et sous-centre, puisque nous devons avoir 24 candidats par salle. En résumé, sur le plan technique, on organise en s’appuyant sur les textes légaux c’est-à-dire la règlementation », précise-t-on.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo