SOUTENABILITÉ DE LA DETTE : Les facteurs de l’enlisement
AFRIQUE :: ECONOMIE

AFRIQUE :: SOUTENABILITÉ DE LA DETTE : Les facteurs de l’enlisement :: AFRICA

Les pays africains ont lourdement emprunté durant les années 70, soutenus par les prix élevés des produits de base et l’empressement des prêteurs commerciaux à décharger leurs excédents de pétrole.

La détérioration des termes de l’échange et l’augmentation des taux d’intérêt n’ont pas empêché les pays africains d’emprunter pendant les années 80 du fait du besoin de développement. Entre-temps, la région a connu une stagnation et même une diminution de la production industrielle et des exportations. En 1990, les pays africains étaient sous pression de la dette et incapables de rembourser les prêts. L’incapacité de rembourser les prêts faisait s’accumuler des arriérés qui étaient capitalisés.

Le stock de la dette est passé de 9,9 milliards de dollars américains en 1970 à 271,9 milliards de dollars américains en 1990. La dette extérieure exprimée en pourcentage du PIB, qui était de 13% en 1970, avait atteint 112,4% en 1990. La dette n’était pas viable, car les pays africains étaient incapables de rembourser leurs obligations de service de la dette réelles et futures sans avoir recours au rééchelonnement de la dette, à l’allégement de la dette ou à l’accumulation d’arriérés. Le fardeau insoutenable de la dette a contribué, entre autres, à la non viabilité budgétaire, à la baisse des indicateurs sociaux, au déclin de la production industrielle et à la détérioration des institutions de développement.

Globalement, il a aussi contré les efforts de réduction de la pauvreté. L’allégement de la dette était inévitable et a été garantie par des annulations de dettes par des donateurs bilatéraux et multilatéraux à travers diverses initiatives et finalement par l’initiative (PPTE initiée en 1996 et l’initiative (IADM initiée en 2005. Les initiatives post-PPTE ont abouti en une diminution de la dette dans 26 pays africains, d’une moyenne pondérée du PIB de 104% à 27% en 2006.

La période après la crise financière mondiale de 2008 a commencé à montrer des tendances vers des niveaux élevés de dette publique des pays africains, certains d’entre eux atteignant déjà des niveaux d’endettement insoutenables en 2018, certains pays atteignant un ratio dette / PIB de 200%. Le paysage changeant du financement du développement a incité les pays africains à rechercher d’autres sources de financement du développement.

Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo