ORGANISATION DE LA CAN 2022 : LES POURFENDEURS DU CAMEROUN AUX ABOIS
CAMEROUN :: SPORT

ORGANISATION DE LA CAN 2022 : LES POURFENDEURS DU CAMEROUN AUX ABOIS :: CAMEROON

Par le biais d’un point de presse donné le 09 juin 2021 dans l’enceinte du stade d’Olembe, par le ministre des Sports et de l’Éducation physique (Minsep), le gouvernement a assené un coup de grâce aux rumeurs répandues dans les réseaux sociaux, relayés par la presse, sur un éventuel retrait, ou un autre glissement de la date prévue pour la tenue de cette compétition au pays des Lions indomptables.

Le report de la cérémonie de tirage au sort initialement prévue le 25 juin 2021 par le comité exécutif de la Confédération africaine de footbal (Caf), rendu public le 06 juin dernier, a donné lieu à de folles rumeurs et de fausses informations, circulant dans les réseaux sociaux et même dans certains journaux, de même qu’elle a donné lieu, cette annonce, à des manœuvre de désinformation et de manipulation de l’opinion par des individus sans foi ni loi », tel est l’un des points saillants de la conférence de presse donnée par Narcisse Mouelle Kombi le 09 juin dernier au stade en plein travaux de finition de Olembé à Yaoundé.

Le Minsep a voulu remettre les pendules à l’heure pour taire tous ces sifflets de la délation et de la désinformation, qui veulent une fois de plus mettre à mal les efforts et les sacrifices du Cameroun et de son gouvernement, sous l’impulsion du président Paul Biya, et la supervision du Premier ministre chef du gouvernement, Joseph Dion Gute, à offrir au peuple Camerounais, la plus grande fête sportive qu’abrite le continent africain chaque deux ans. Pour cela, le Minsep a tenu à préciser que le report de la cérémonie du tirage au sort des poules de la Can, est une décision qui n’engage que la Caf, qui a par ailleurs sollicité « l’indulgence » du Cameroun à cet effet. La campagne médiatique mensongère, avec l’intention manifeste de nuire à la crédibilité et à l’honorabilité du Cameroun, n’est donc autre qu’une résultante des rameurs à contre-courant tapis dans l’ombre.

L’expertise camerounaise

La Can féminine en 2016, et le récent Chan en janvier 2021, tenus au Cameroun, ont toutes deux reçues, ces compétitions, les félicitations du comité exécutif de la Caf, qui a magnifié l’expertise camerounaise en matière d’organisation des compétitions à l’échelle internationale. Le Cameroun en l’état actuel de ses infrastructures et son expérience organisationnelle, n’a pas à rougir face aux exigences que demande l’organisation d’une compétition comme la Can sur son sol. Les faits le démontrent à souhait depuis la tenue du Chan sur son sol, le Cameroun dispose des infrastructures ultramodernes à faire pâlir d’envie et de jalousie, les grandes nations sportives du monde. En ce moment même, se tient au Cameroun, la coupe d’Afrique des nations de Handball, au palais des sports de Yaoundé, une autre infrastructure sportive de haute facture qui aujourd’hui fait la fierté d’un pays à qui le sport et les sportifs ont beaucoup apporté.

Acte de foi panafricaniste

« Le Cameroun voit en la Can, un acte de foi panafricaniste », déclare Narcisse Mouelle Kombi. Ce qui traduit l’engagement d’un homme, le président de la République, d’un gouvernement et d’un peuple, à célébrer en communion avec l’Afrique et le reste du monde, la fête du football, dans un pays qui sur le plan de ce sport, a offert à son peuple, au continent et au monde, des intenses moments d’émotion, de communion et de fierté. À cet effet, le pays a mis les petits plats dans les grands pour que la Can au Cameroun, qui prend désormais des allures, sur le plan organisationnel, d’une mini coupe du monde – lorsqu’on sait qu’il n’y a pas longtemps, la coupe du monde comptait juste 22 pays- avec 26 nations en compétition, est un véritable défi que sur plusieurs plans, le pays de Roger Milla s’est déjà montré à la hauteur, à en croire le retour des différentes commissions de contrôle de l’instance faitière du football africain qui y sont venues en visite  d’inspection.

Contexte sanitaire particulier s’ajoutant, le Cameroun s’est mis en conformité avec les exigences particulière imposées par le contexte ambiant, sur les plans de l’hébergement des délégations et même dans les enceintes où vont se jouer les matchs de la compétition. C’est dire les contraintes auxquelles a dû faire face le pays en général et le comité d’organisation pour se mettre à l’épreuve de l’organisation de la Can au Cameroun. Le nombre d’équipes qui a changé alors que le pays s’était déjà vu attribuer l’organisation, avec une évidence, le nombre de stades et d’autres infrastructures à construire et à améliorer, en sus, la pandémie du Covid 19 qui n’est pas une des équations les plus faciles à résoudre. La résilience d’un pays, la détermination d’un homme, et les sacrifices de toute une nation, ne peuvent dès lors qu’aboutir à la satisfaction de vivre sur le sol du pays qui a tant offert à l’Afrique sur le plan du football, l’un des plus beaux spectacles continentaux qui certainement restera dans les annales.

Lire aussi dans la rubrique SPORT

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo