Covid-19 : Vaccins, cherchent preneurs
CAMEROUN :: SANTE

CAMEROUN :: Covid-19 : Vaccins, cherchent preneurs :: CAMEROON

Selon les données du 26 mai dernier, 57630 personnes ont été vaccinées. Le stock de vaccins Astrazeneca arrive à péremption en septembre 2021. L’ambition du gouvernement est de faire vacciner au moins 20% de la population totale avant l’organisation de la Can. 

«Toute une journée à sensibiliser et seulement sept  personnes qui ont accepté de se faire vacciner», rend compte un mobilisateur communautaire au Major en chef de la formation sanitaire où nous nous sommes rendus jeudi dernier. Il est 16h et quelques minutes. La femme est visiblement éssouflée par les heures de causeries, de persuasions infructueuses auprès des populations, dit-elle à son chef : « Certains nous regardent sans nous voir ». Après cette dure journée, elle vient rendre son chasuble sur lequel est inscrit : « la vaccination sauve des vies » et d’autres équipements. Elle espère néanmoins que le lendemain lui sourira et qu’elle sensibilisera beaucoup de Camerounais pour adhérer à la vaccination contre le Covid-19. C’est sur note d’espoir qu’elle quitte le bureau du major: « Nous espérons que ça ira. Chef, à demain ; s’il y a un programme, tu me fais signe ». 

La vaccination contre le Covid-19 qui a débuté le 12 avril 2021 à Orca, le centre spécialisé de prise en charge des patients atteints de Covid-19 et à l’hôpital Gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé se poursuit. Mais, les Camerounais sont réticents, voire sceptiques vis-à-vis de la vaccination anti- Covid 19, précise un vaccinateur. Le thème au centre des débats et des échanges pendant la semaine africaine de la vaccination, « Surmonter l’hésitation vaccinale », en témoigne. A la date du 11 avril 2021, le Cameroun a reçu 200 000 doses de vaccin Sinopharm et près de 400 000 doses du vaccin Astrazeneca, le 17 du même mois. Mais, selon le rapport de situation Covid-19 publié le 24 mai, entre le 13 et le 19 mai, 46 173 personnes ont été vaccinées dont, 13 278 personnels de santé. Les chiffres du 26 mai indiquent que dans tout le pays 57 630 personnes ont reçu la première dose et 8 988, la deuxième dose. Dans la région du Centre, c’est 12 299 qui ont reçu la première dose et 2 6 27, la deuxième. 

Vaccination intensive ?

Selon un responsable du Pev, il y a un souci. Nous pouvons admettre qu’au départ, la vaccination était fermée et destinée aux personnels de santé, dit-il, l’air perplexe. Il renchérit : « Mais le 26 avril dernier, la campagne de vaccination intensive s’est ouverte à toutes les personnes vivant avec des comorbidités, classées comme prioritaires par le conseil scientifique des urgences de la santé publique et du ‘’National immunisation technical advisory group’’ (Nitag). Cette phase a permis d’activer à la fois les 45 centres de vaccination dans la région du Centre. 53 équipes de vaccination mobiles allaient vers les communautés faire une sensibilisation des populations et proposer le vaccin anti-Covid 19 ». 

« Est-ce que nous sommes satisfaits par la progression et la consommation des vaccins ? Nous dirons non ! », répond un responsable du Pev avec l’air soucieux. Il ajoute : « Si nous nous basons sur la planification qui avait été faite, il était question de consommer tous les vaccins disponibles sur le territoire national au 5ème ou 7ème jour de la phase de vaccination intensive». Selon ce responsable du Pev, la région du Centre a reçu près de 48 000 doses de Sinopharm et 95 000 doses du vaccin Astrazeneca ; alors, près de 24 000 personnes devraient être vaccinées à la première phase et 95 000 à la phase intensive avec Astrazeneca. 

Bientôt la date de péremption

« Il y a un problème, même le personnel de santé n’est pas prompt à la vaccination. Le vaccin Sinopharm se périme en 2023, alors que Astrazeneca en septembre 2021 », insiste un autre. Pour le Dr Brice Edzoa Essomba, coordonnateur du Groupe Technique Régional du Pev de vaccination au Centre, les populations viennent se faire vacciner chaque jour, mais ce n’est vraiment pas l’empressement vers les postes de vaccination. Les équipes mobiles qui ont fait le tour des communes lors de la phase intensive n’ont vraiment pas avancé. 

Un d’entre eux raconte : « Nous étions par exemple censé vacciner 80 personnes par jour, mais nous n’avions vacciné que 05 à 10 personnes. C’était insignifiant par rapport à ce que nous devrions faire. Certains chefs de communauté étaient agressifs envers nous. Ils ne voulaient pas entendre parler du vaccin contre la Covid-19, pourtant cette pandémie demeure une réalité, des familles sont endeuillées ». 

Cependant, dans la région du Centre, 30 districts sont fonctionnels sur les 32 qui existent. Les sept hôpitaux de districts dans la région du Centre offrent des services de vaccination contre la Covid-19. A l’hôpital de district d’Efoulan, le service de vaccination est ouvert. Vanessa Mbouni, le major en charge du service de vaccination affirme qu’ils ont reçu 300 doses de vaccin Sinopharm. Il n’en reste que la deuxième dose des personnes qui ont pris la première. Quant au vaccin Astrazeneca, elle affirme que leur hôpital a reçu 2000 doses. 

Ce 31 mai 2021, il en restait 1750. Jusqu’aux environs de 12 h hier, aucun usager ne s’est présenté pour se faire vacciner. La major a pensé que c’était dû à la pluie qui s’est abattue sur la ville ce jour-là. Elle explique : « Nous recevons parfois deux, trois ou dix personnes pendant certains jours de la semaine ». Le centre de vaccination du Centre médical d’Arrondissement d’Elig-Essono est fonctionnel à l’hôpital de Djoungolo. 

Lire aussi dans la rubrique SANTE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo