Grand dialogue national : Où est passé le Comité de suivi des résolutions ?
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Grand dialogue national : Où est passé le Comité de suivi des résolutions ? :: CAMEROON

Plus d’un an après sa création, l’instance placée sous la présidence du Premier ministre attend toujours la nomination de ses membres.

La création d’un comité de suivi de la mise en oeuvre des recommandations du grand dialogue national organisé du 30 septembre au 04 octobre 2019 était l’une des résolutions phares de ces pourparlers. Mais en procrastinateur compulsif, le président de la République, Paul Biya, avait pris six mois pour le mettre sur pied. Et depuis le 23 mars 2020, date à laquelle il signe le décret portant création, organisation et fonctionnement de ce comité placé immédiatement sous la présidence du Premier ministre, il semble avoir oublié d’en nommer les membres. Selon le décret présidentiel susmentionné, l’instance doit avoir en son sein des représentants de la société civile, des communautés religieuses, notamment ceux de l’Église catholique relevant de la province ecclésiastique de Bamenda, ceux de la communauté musulmane établie dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, de la diaspora et des associations de femmes de ces deux régions. Sa cellule technique doit être composée de représentants de l’administration et des institutions gouvernementales concernées. 

Ce comité qui n’existe que sur le papier est chargé, outre le « suivi des recommandations telles qu’approuvées par le chef de l’État », de prendre les orientations stratégiques nécessaires à la mise en oeuvre desdites recommandations, et de prescrire les activités susceptibles de concourir à leur mise en oeuvre pertinente. Il doit, par ailleurs, prescrire «toute mesure visant à mobiliser les Camerounais de l’intérieur et de l’extérieur en vue de leur implication à la construction de la paix et à la poursuite du développement national». Il lui revient également de recueillir les avis et suggestions susceptibles de faciliter la mise en oeuvre de ces  résolutions.

Statut spécial

En fait de recommandations, le grand dialogue national avait suggéré, entre autres, la reprise immédiate des projets qui ont été suspendus au cours des trois dernières années, la réhabilitation des installations et des infrastructures publiques détruites ou rendues obsolètes, la reconstruction des infrastructures économiques prioritaires, le recensement des personnes déplacées de la crise dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest et l’évaluation de leurs besoins socio-économiques de base. Les commissaires avaient également recommandé qu’un statut spécial soit accordé aux régions anglophones et que les conseils régionaux soient mis en place dans les huit autres régions. Les deux dernières résolutions ont déjà été mises en oeuvre, même si l’implémentation du statut spécial reste floue. 

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo