Etoudi : Les arracheurs de sacs sont de retour
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Etoudi : Les arracheurs de sacs sont de retour :: CAMEROON

Ils sont pour la plupart des jeunes résidant aux environs selon certaines victimes. Des actes qui créent la psychose de jour comme de nuit.

Debout devant un comptoir de fortune conçu en planches en face de Fokou-Etoudi, Henriette Ngono ne sait à quel saint se vouer. La jeune dame, la vingtaine bien entamée, a vu son sac à main être violemment arraché. Son bourreau a emprunté une ruelle dont l’obscurité dissuade tout courageux de s’y aventurer. La demoiselle tient désespérément entre ses mains l’anse de son sac. Il est exactement 22h-30. Elle baie les corneilles en racontant le film de l’évènement à ceux qui voulaient en savoir davantage au sujet de sa mésaventure. 

« J’attendais un taxi. Il y avait un garçon derrière moi. Je savais qu’il attendait également le taxi. Sauf qu’à un moment, il a arraché avec force mon sac à main au point où les cordes ont lâché », raconte-t-elle désespérée. Dans son sac confie-t-elle, il y avait une somme de 2 000 Fcfa et sa carte nationale d’identité (Cni). Avec les difficultés qu’il y a à se faire établir cette pièce nationale en ce moment, elle avait de quoi fondre en larme : « Qu’il vienne au moins me remettre ma Cni », lance-t-elle avec l’espoir que son voleur l’entend. « Ma chérie il ne faut pas attendre. Ce bandit ne reviendra pas par ici », conseille un  passant.

Ce phénomène avait presque disparu au quartier Etoudi, nous renseigne un commerçant. Sauf que depuis quelques semaines, « les grands du quartier » comme les appellent certains habitants du coin, sont de retour. « On peut arracher votre téléphone ici à Etoudi même en plein jour. Ces gars qui se livrent à ces sales pratiques habitent dans ce quartier même si certains viennent d’ailleurs », explique Noël Ngouffo, vendeur de vêtements.

Même les taximen sont au parfum de cette délinquance d’un autre genre. Au moment d’emprunter l’axe Tongolo, Hervé Fru invite toujours ses clients à bien tenir leur sac et téléphones. « La ville baigne de plus en plus dans l’insécurité. Les arracheurs de sacs et de téléphones portables sont de plus en plus nombreux. Il suffit d’un petit moment d’inattention pour voir un jeune garçon surgir de nulle part pour vous piquer le téléphone ou le sac. J’attire toujours l’attention des passagers ».

Ces actes répréhensibles qui ont élu domicile au niveau de l’avenue Kennedy et de la poste centrale, étendent progressivement leurs tentacules vers d’autres quartiers de la cité capitale tout en mettant à mal la sécurité des populations et de leurs biens. « Les autorités doivent nous aider à éradiquer ce phénomène. Je pense que la police devrait multiplier des patrouilles question de dissuader ces délinquants », souhaite Eloundou Jean Yves. 

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo