UN NOUVEAU COURANT DANS LE RDPC
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: UN NOUVEAU COURANT DANS LE RDPC :: CAMEROON

Le Cadre Amiable et Prophétique de Paul Biya en abrégé CAPPB/RDPC prend corps. A l’initiative de Pierre Numkam, ancien cadre supérieur de la Beac converti auditeur bancaire. Il a pour but essentiel lutter contre les exactions des épargnants des banques en faillite dans le cadre amiable.

Son cheval de bataille, le « cadre amiable », ordonnance N 003 du 27 Avril 1990 du président de la République Paul Biya, fixant les conditions de liquidation des banques au Cameroun. Trente un ans après, le cadre n’a jamais été mis en place. Et pourtant, s’offusque Numkam « le cadre amiable joue un rôle central dans la stabilisation de notre système bancaire » Aussi, cette absence du cadre amiable a laissé libre cours à toutes sortes d’exactions et de spoliation des épargnants des banques en liquidation. A l’instar des épargnants de Cofinest qui sont aux abois avec plusieurs affaires pendantes dans les juridictions.

Il fallait faire quelque chose et Pierre Numkam a pris la mesure de la situation. Pour éviter la saignée « Redresser les banques et les micro finances en faillite » Par une action citoyenne qui se veut à la fois politique et économique. La précision a été donnée au cours d’une conférence de presse « Nous allons, nous les victimes de ces exactions, former notre propre courant politique dans le Rdpc pour établir un pont qui nous conduira jusqu’au président de la République, président national du Rdpc » Bien plus, cette lutte politique se fera dans le cadre exprimé par Paul Biya dans son ouvrage « Pour le libéralisme communautaire »

Sur la plan pratique économique, le Cappb/Rdpc s’appuie sur l’ordonnance présidentielle qui fait ressortir quatre principales missions. Redresser les banques et les microfinances actuellement en faillite ou menacées de faillite. Vaincre la pénurie des devises qui frappe nos pays et évolue vers une nouvelle dévaluation du franc CFA. Restituer aux populations les épargnes bloquées dans les banques et les microfinances qui ont fermé leurs portes. Ouvrir aux microfinances l’accès aux ressources monétaires.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo