Maire de la ville-maires d’arrondissement : Dialogue de sourds à Yaoundé
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Maire de la ville-maires d’arrondissement : Dialogue de sourds à Yaoundé :: CAMEROON

Malgré l’arbitrage du préfet qui a convoqué manu militari une réunion de crise le 04 mai, l’atmosphère reste tendue entre le chef de l’exécutif communautaire et ceux des sept exécutifs communaux.

«Il faut savoir que chaque commune d'arrondissement a son territoire, et que la mairie de la ville couvre le territoire du département du Mfoundi. Pour cela, chaque intervention sur le terrain susceptible de dégénérer devrait être portée à l'attention de l'autorité administrative pour anticiper tout désordre ». A travers ce propos prononcé face à la presse au sortir d’une réunion de crise qu’il a convoquée et présidée mardi dernier en vue de désamorcer la bombe, le préfet du Mfoundi avoue implicitement que l’atmosphère reste tendue entre le maire de la maire de la ville de Yaoundé, Luc Messi Atangana, et les sept maires d’arrondissement du département. 

Un mauvais signe pour le cadre de concertation permanente qu’a cru devoir réactiver Emmanuel Mariel Djikdent, qui n’a de cesse de répéter que les dissensions enregistrées jusque-là entre le chef de l’exécutif communautaire et ceux des sept exécutifs communaux sont le  fait d’un « déficit communicationnel ». L’autorité administrative appelle les uns et les autres à « travailler main dans la main». 

Ce qu’attendent de voir les maires d’arrondissement qui estiment,outre « un caractère cassant et très peu coopératif », que Luc Messi Atangana est dans une posture de tutelle. Lors de la réunion de crise mentionnée supra, le maire d’arrondissement de Yaoundé 1er, Jean-Marie Abouna, a parlé sans fard en convoquant l’article 2 (3) de la loi du 24 décembre 2019 portant Code général des collectivités territoriales décentralisées, qui dispose : « Les collectivités territoriales sont d’égale dignité. Aucune collectivité ne peut établir ou exercer de tutelle sur une autre ». Le même texte prévoit qu’«en cas de conflit de compétences entre la communauté urbaine et la commune d’arrondissement, le maire de la ville ou le maire de la commune d’arrondissement saisit le juge administratif territorialement compétent ». 

Et selon l’esprit de cette loi, la décision du juge administratif doit être notifiée aux entités opposées. Les maires d’arrondissement reprochent au maire central de sortir à chaque fois les muscles en procédant à des casses sans préavis ou plutôt à un « nettoyage » pour emprunter au vocabulaire de Luc Messi Atangana. Selon nos informations, la réunion tenue sous la présidence du préfet Mfoundi et qui n’est pas la première du genre, était un vrai dialogue de sourds entre le maire de la ville qui n’a eu de cesse de répéter que la délivrance des actes tels que le permis d’implanter, le permis de construire ou encore le permis de démolir relèvent de sa seule compétence.

Il s’agit, en effet d’un argument imparable au vu de la loi. Toutefois, ses collègues des communes d’arrondissement estiment qu’il abuserait de cette position, notamment en bloquant systématiquement tous leurs projets dans le secteur de l’assainissement, en les rangeant dans le registre du désordre urbain. 

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo