Pr. Mathias Eric Owona Nguini : « Il n’y a jamais rien de bien chez nous »
CAMEROUN :: POINT DE VUE

CAMEROUN :: Pr. Mathias Eric Owona Nguini : « Il n’y a jamais rien de bien chez nous » :: CAMEROON

Politologue et géo-stratège, vice-recteur de l’université de Yaoundé I au-delà de toutes fonctions, fait la chirurgie de la démocratie. 

Les Camerounais au nom de la démocratie sont-ils libres de prendre ou pas le vaccin du covid-19 ?
Il n’ya pas une question démocratique qui soit finale et qui soit absolument satisfaisante. Et d’ailleurs, le terme démocratique doit être questionné. De mon point de vu, la démocratie est entrain de disparaître en occident au profit d’un super pouvoir structurel, un pouvoir fantôme qui contrôle tout et qui s’appelle la ploutocratie financière. C’est-à-dire le niveau suprême du capital qui contrôle non seulement l’argent, mais aussi les marchés financiers.

A travers ces marchés financiers, contrôlent effectivement le financement de l’activité économique qui contrôle à son tour les médias, les partis politiques et le système de l’hégémonie culturel de production des idées et des idéologies. Donc, voilà le vrai pouvoir qui est entrain  de vider de tout sens, la démocratie représentative. Le modèle occidental qui s’est constitué à partir de l’expérience de l’Angleterre est justement la démocratie représentative autrement dit un système aristocratique. Un système où ce sont les représentants du peuple par le peuple qui gouvernent. Ce système a un certain nombre de qualité mais il peut aussi avoir des défauts. 

Voilà un pays qui malgré les solutions endogènes, opte pour 5 millions de vaccin sur plus de 25 millions d’habitants. Faut-il s’inscrire à l’école des Etats-Unis d’Amérique en matière de démocratie pour garantir une certaine émergence ?
Parlant des Etats Unies l’on parle d’institutions politiques fortes, je pense qu’il faut être relatif, restituons les choses dans l’histoire. Les Etats-Unis d’Amérique ont deux cent quarante-quatre ans d’existence, ils sont nés avec la déclaration d’indépendance du 1776, ont été définitivement consacré comme grande fédération ou grand Etat fédéral avec la constitution de 1787 or ce pays-là a vécu dès le départ avec l’apartheid. Ce pays qui est présenté comme le pays des droits de l’homme et Etat des droits a vécu 189 ans sur 244 ans avec un système d’apartheid.

Les noirs étaient complètement exclus de la vie sociale et politique, ce pays si démocratique a vécu 89 ans sur les 244 ans de son existence avec l’esclavage. Ce pays si démocratique nie jusqu’aujourd’hui son crime originaire et fondateur d’extermination des Amérindiens. Donc faisons attention quand on évalue les institutions parce que, nous ici en Afrique avec la logique coloniale qui nous a appris à nous auto-flagellé, il n’y a jamais rien de bien chez nous et tout ce qui est bien est ailleurs.

Sur le débat, la démocratie représentative n’est pas la seule forme de la démocratie, et c’est peut être l’une des causes de nos problèmes, parce que nous voulons absolument et exactement appliquer cette démocratie représentative comme en occident, et pourtant nous n’avons pas les configuration sociales identiques et si même l’Afrique veut approfondir la démocratie au moyen de la technologie de représentation, elle sera obligée d’inventer d’autres types d’institutions qui correspondent à sa configuration.

Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo