TRES CHER IDRISS DEBY ITNO...L'HOMMAGE DE CALVIN DJOUARI
FRANCE :: POINT DE VUE

FRANCE :: TRES CHER IDRISS DEBY ITNO...L'HOMMAGE DE CALVIN DJOUARI

Je t’écris cette lettre pour te dire que je suis encore bouleversé par ce que j’ai vu. On s’est acharné sur toi comme si tu étais un félin en furie dans un village. J’ai vu ton corps maculé de sang, les bras en croix, le visage méconnaissable, où les yeux fixaient un ciel sans lune. Ils t’ont mis les balles dans le corps. Ta mort, brutale, n’était pas prévue. L’Afrique qui te pleure est choquée.

Il faut respecter la vie. On a l’impression que la hache reste levée sur les africains. Mais comme toujours elle reste sans mot dit, par peur. On a peur de tout, de notre argent de notre pouvoir, des petits pouvoirs de pacotilles. L’Afrique est un continent de lâche. Plus de héros, plus de vaillants conquérants qui pouvaient la libérer comme Toussaint Louverture le fit ailleurs dans un siècle où il n’avait aucun moyen comme aujourd’hui. Quand les arabes nous voient agir, ils rient.

C’est pourquoi l’arabe n’a pas peur d’un africain noir, parce qu’il sait que celui-ci est un lâche. Nous, écrivains, avons une grande mission. Celui d’éclairer l’opinion et de toujours penser là où la pensée n’évolue pas. Eh oui cher Idriss, je t’écris pour te dire que j’ai vu comme tous les africains ton corps sans vie couché sur une natte. Il m’a semblé que tu dormais pour l’éternité au moment où ton vaillant peuple d’Afrique centrale t’attendait. Comme Tombal baye ils ne t’ont pas manqué. Ils ont tiré pour t’éliminer.

Il y a des éclaboussures de ton sang et de ta cervelle sur toute la terre de l’Afrique. Je t’écris pour te dire que j’ai vu ton corps, tes derniers cheveux. J’ai vu ton dos percé comme celui d’un animal. L’assassin t’as mis deux balles dont une dans la tête. Séjournant au Congo pour les investitures du président Sassou Nguesso tu venais dire au revoir à l’Afrique et aux africains. Tu entres dans la lignée des grands hommes de l’Afrique combattante, l’Afrique chère, patron de l’humanité qui ne sera pas vaincue.

Car le dernier mot n’appartiendra jamais à des assassins. Ceux qui ont comploté contre toi tomberont tous de la même manière. Te voilà parti recouvert du drapeau de ton pays que tu as défendu. Rien de plus que de mourir pour son pays !  J’ai vu ta famille hurlant de douleur, beaucoup avaient des entrailles déchirées face devant ton corps, tu es désormais la chair de l’Afrique.

Tu t’es sacrifié pour ton Afrique, tu es cet africain authentique, digne, comme tous ceux qui croient toujours, contre toutes espérances, que l’Afrique restera debout malgré les humiliations qu’elle vit depuis sa naissance. Nous sommes le peuple les plus forts, on a résisté pendant l’esclavage, on a dompté la colonisation, nous allons gagner toutes les autres terreurs qui arriveront. Le continent africain est comme le désert, il est léger, il n’a pas d’arme, mais celui qui l’affronte avec haine mourra.

Car, ce continent n’a jamais haï personne ; au contraire, elle a toujours accueilli tous les passants avec hospitalité en leur offrant tout ce qu’il possédait. Pourquoi en retour toujours le mal en son encontre ? qu’a-t-il fait de mal pour mériter tout cela ? Je tiens à dire avec foi, qu’aucun homme d’état occidental ayant comploté contre un président africain n’aura la vie facile. Lisez bien le passé. Mais je ne suis pas un prophète de mauvais alois, pour prévenir qu’on n’assassine pas un président africain.

Cher Idriss, je me demande, sans recherche frelatée, quels ont été   tes derniers vœux ? Qu’est-ce que tu t’es dit ? Qu’est-ce que tu as vu ? A qui tu as pensé et quel a été ton dernier mot ?  Les africains sont des hommes en sursis. Je t’écris pour te dire ce que tu sais déjà, que l’Afrique t’aime, que tu es tombée pour elle. Tu t’en vas certes, mais   l’Afrique ne tomberas pas. Aucun africain ne doit avoir peur, même comme l’Afrique marche sur un tapis d’indignité qu’on laisse l’Afrique régler seule ses problèmes.

Que tous les tchadiens se sentent forts comme le président Deby. Pourquoi ne pas apprendre dans nos universités à tous nos enfants l’origine du chaos. Il faut refaire notre système d’éducation et apprendre à nos enfants la science du chaos. Il faut le reconnaitre nous les africains on se tue parce que nous sommes naïfs. Faites comme les sénégalais, le Sénégal est le seul pays à l’heure actuelle qui a compris l’occident.

Demandez-vous pourquoi il n’y a jamais eu de coup d’état au Sénégal. Tout simplement parce qu’on ne peut pas monter un Sénégalais contre un autre, même si c’est son plus farouche adversaire. Il ne cédera pas. C’est le pays le plus civilisé de l’Afrique noire. Essayons d’imiter cet exemple étincelant.

 Cher Idriss reçoit ici l’hommage sans réserve qui t’es dû.     

Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo