Estelle Laura Johnson : Comment elle a séduit le Cameroun
CAMEROUN :: SPORT

Estelle Laura Johnson : Comment elle a séduit le Cameroun :: CAMEROON

Partagée entre une passion pour le mannequinat et son métier de footballeuse, la défenseure centrale des Lionnes Indomptables est une véritable attraction.

Charme et humilité. On résiste difficilement au sourire envoutant d’Estelle Johnson. Si on est naïf on peut succomber à la tentation de croire qu’elle nous trouve quelques bribes d’attirance. On peut même s’imaginer un quart d’heure de gloire aux côtés d’une déesse particulièrement gâtée par la nature. Un quart d’heure de gloire ? Estelle Johnson est tellement humble qu’elle ne rechigne point à vous l’accorder. Pourvu que ce soit dans le cadre bien compris du travail. Comme pour cette interview arrangée dans un hôtel de la ville de Yaoundé en marge d’un regroupement de la sélection féminine du Cameroun. Vous parlez de dépaysement ? On a l’impression qu’Estelle Johnson a toujours vécu au Cameroun. Qu’elle en connait les codes, la chaleur, la culture. A beau séduire qui vient de loin ? Pas tout à fait car la belle Lionne n’est pas si étrangère à ses couleurs. 

USA, Mali et…Cameroun

« Je suis née le 21 juillet 1988 à Maroua. Mon père est d’origine américain c’est un ingénieur agronome et je suis né quand il était en service à Maroua. Ma mère Djenaba, est d’origine malienne et c’est grâce au droit du sol que Johnson peut défendre les couleurs du Cameroun, le pays qui m’a vu naitre », explique d’entrée la footballeuse. Née au Cameroun, c’est bien aux Etats Unis qu’Estelle Johnson va grandir. Élevée dans la ville de Fort Collins dans le Colorado, aux États-Unis, elle va faire ses débuts dans le football amateur à la Rocky Mountain High School où pendant 4 ans, elle engrangera de nombreuses récompenses individuelles. En première année, Johnson est nommée meilleure joueuse défensive de son équipe. La footballeuse en herbe progresse encore et est même désignée meilleure joueuse de l'équipe en deuxième et troisième année : « j’ai eu une bourse sportive pour l’Université du Kansas, ce qui m’a permis de progresser et de rejoindre le monde du football professionnel. C’était un peu difficile pour moi au début mais par la suite les choses se sont bien passées et j’ai même fini capitaine de mon équipe lors des deux dernières années », confie-t-elle. 

Programmée pour jouer

Une progression finalement logique quand on prend en compte l’environnement dans lequel la jeune Estelle a grandi. « Je viens d’une famille où le sport est une passion. Mes quatre soeurs ont pratiqué le volley ou le football. Le football a toujours été présent dans ma famille. Nos parents nous laissaient jouer et nous disaient, « allez dans le jardin, jouez, amusez-vous ». Mon modèle quand j’étais jeune c’était une footballeuse de l’équipe nationale des Etats Unis qui s’appelait Bryan Cury. Mon père m’emmenait régulièrement la voir jouer pour que je puisse faire comme elle. Les choses se sont très bien passées pour moi à l’Université du Kansas. Ils mettaient l’accent sur le cursus académique. J’ai fait des études en communication et ça c’est très bien passé », poursuit-elle. 

Estelle Johnson rejoint l’équipe de Philadelphie en 2010. Elle effectue 16 apparitions pour le club, dont 13 titularisations. La saison suivante, elle fait 17 apparitions et s’impose progressivement dans l’équipe. « Au début c’était très difficile à Philadelphie. Le premiers mois j’appelais mes parents tous les jours et je leur disais « c’est terrible, je ne vais pas y arriver ». Je partais de la Cote Est pour la Côte Est », se remémore-t-elle. 

Un nouveau départ

Après Philadelphie, Johnson fait un passage timide au New York Flash. Elle n’a vraiment plus le coeur à l’ouvrage. Elle envisage de mettre un terme à sa carrière et devient même entraineur de football pendant qu’elle passe son Master en communication. Plus tard, arrive cet appel surprenant de Washington Spirit lui demandant si elle est encore intéressée à faire carrière dans le football. « J’ai eu cet appel de Washington me demandant si je voulais encore jouer au football et j’ai répondu oui. Finalement j’ai repris ma carrière et je suis resté 3 saisons à Washington », commente-telle. Washington reste à ce jour l’épicentre de la carrière en club d’Estelle Johnson. C’est ce club qui lui aura permis de s’affirmer dans son poste de prédilection où elle s’est forgé un caractère au fil des années.

« J’ai essentiellement évolué en défense mais j’ai commencé ma carrière comme gardienne de buts, j’ai aussi joué en attaque, au milieu de terrain avant de me retrouver en défense. Ça donne une meilleure appréciation des différentes positions sur le terrain. Vous êtes capables de dire à une coéquipière fait comme ça, déplace-toi comme ça. J’apprécie beaucoup mieux ma position actuelle qui est celle de défenseure centrale. Peut-être que je suis un peu autoritaire et que j’aime diriger mais c’est vraiment la position que je préfère », argument-elle. Actuellement joueuse pour le Sky Blue FC dans la Ligue nationale de football féminin, Johnson semblait avoir fait le tour de la question quand la providence la ramena à ses racines. Son destin s’écrivait désormais en vert-rougejaune. Le temps était venu pour elle de retrouver la gloire et le bonheur dans le pays qui l’a vu naitre. 

Lire aussi dans la rubrique SPORT

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo