Session parlementaire : Les sujets esquivés par les élus
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Session parlementaire : Les sujets esquivés par les élus :: CAMEROON

Crise anglophone, gestion de la crise sanitaire, décentralisation, etc., sont autant de questions éludées par les deux chambres du Parlement.

Ouverte le 11 mars, la première session parlementaire de l’année législative 2021 s’est achevée le 09 avril dernier. Sauf que cette assise n’aura pas satisfait toutes les attentes.

Il en est ainsi du débat tant souhaité sur la guerre civile dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NOSO) qui n’a finalement pas eu lieu. Sur le sujet, le premier vice-président du Social Democratic Front (SDF), Joshua Osih, avait été blâmé par la hiérarchie de son parti pour avoir signé une pétition adressée au Congrès américain. En réponse,

Le député avait promis d’introduire une motion à l’Assemblée afin que le problème anglophone soit débattu. Mais le rideau est tombé sur la session, rien n’y a fait. Le député de l’Union démocratique du Cameroun (Udc), KoupitAdamou, était lui aussi favorable à l’ouverture d’une discussion parlementaire sur la crise dans le NOSO. Ce dernier espérait également pour « voir sur la table le projet de révision de notre code électoral » ainsi que « la problématique de la carte d'identité qui devient de plus en plus un phénomène de société dans notre pays », avait-t-il confié. À l’instar de la crise anglophone, ces problématiques n’ont pas elles aussi été abordées.

Tout comme ses collègues, le député et non moins président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn), Cabral Libii, s’est soucié, en plus, du sort du compte d’affectation spéciale devant servir à faire face à la crise sanitaire. Autre sujet n’ayant pas retenu l’attention du Parlement, c’est celle de la décentralisation. Jusque-là, la dotation budgétaire de 15% dévolue aux collectivités territoriales décentralisées n’est toujours pas affectée depuis 2020. Initialement prévue, la plénière spéciale sur la couverture santé universelle et le vaccin contre le COVID-19 a été annulée au motif de l’indisponibilité du ministre de la Santé publique qui prenait part aux obsèques du secrétaire d’État à la Santé publique, Alim Hayatou.

Néanmoins, la session parlementaire de mars aura été riche en activités. Notamment « avec des travaux marqués par l’examen et le vote de neuf projets de loi, la tenue de deux séances plénières consacrées aux questions orales et deux séances plénières spéciales dédiées à des questions d’intérêt national à savoir : la prévention et la sécurité routière et la lutte contre la corruption, etc. », s’est satisfait le président de l’Assemblée nationale (Pan), Cavaye Yeguie Djibril.

Dans son discours de clôture, « très Honorable » a une fois de plus décrié « l’exploitation anarchique et abusive des réseaux sociaux ». Le Pan s’est surtout montré affligé par la récente « profanation de la dépouille et de l’intimité du cardinal Christian Tumi », dont les images ont « inondé la toile alors même que le prélat venait de rendre l’âme ». À l’avenir, les autorités sont invitées à réprimer sévèrement les cas d’abus avérés.

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo