Assassinat de Thomas Sankara :  La main de la France
FRANCE :: FRANCEAFRIQUE

Assassinat de Thomas Sankara : La main de la France

Thomas Sankara était l’homme à abattre. Pourfendeur de la « misère asservissante » entretenue par l’ancienne puissance coloniale, le président du Burkina Faso, ce « pays des hommes intègres », n’avait pas de mots assez durs contre cet « Occident repu » qui ravalait l’Afrique au rang « d’arrière-monde ». Il rêvait d’un continent émancipé des tutelles néocoloniales. Il l’a payé de sa vie le 15 octobre 1987, avec douze autres de ses camarades.

Au premier rang des commanditaires de cette tuerie, il y a Blaise Compaoré, l’ancien compagnon devenu l’homme lige de la France, chassé du pouvoir par une insurrection populaire en 2014 et exfiltré grâce aux forces spéciales françaises. Il est depuis réfugié en Côte d’Ivoire, autre place forte de la Françafrique, qui ne peut être étrangère aux sinistres événements de 1987. Paris non plus. Le rapprochement de Sankara avec l’URSS, son refus de payer une dette odieuse, sa volonté de parachever la décolonisation dérangeaient.

Difficile de croire que l’on puisse assassiner un chef d’État dans le pré carré français sans des complicités au plus haut niveau. La justice burkinabé a pris les choses en main mais sans le concours de l’Élysée. Le président s’était pourtant engagé, il y a quatre ans, à fournir « tous les documents produits par des administrations françaises pendant le régime (sic) de Sankara (…) couverts par le secret-défense national ». La majorité des éléments parvenus à Ouagadougou sont des archives diplomatiques quelconques.

Alors que la crédibilité de la France est sévèrement entamée dans cette région du monde, l’intérêt commande de nettoyer les écuries. La raison d’État ne peut se substituer à l’État de droit. « C’est en assumant la vérité sur notre histoire commune que nous pourrons regarder l’avenir avec confiance », avait déclaré le candidat Emmanuel Macron lors de la présidentielle. Les verrous français qui cadenassent encore l’affaire Sankara doivent sauter pour que toute la lumière soit faite.

Lire aussi dans la rubrique FRANCEAFRIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo